Heures de réveil : 2h21, 4h17, 4h42

C’est dimanche donc on a dit que je regardais du côté du Dictionnaire du Monde Actuel, tu vas rire mais les pages ne sont pas numérotées donc j’ai l’index mais c’est galère. Très chiant.

Je suis tombée sur un truc à la fois triste et surprenant, un vrai petit îlot d’espoirs déçus…
La naissance du Medicare (l’équivalent de notre sécurité sociale) étazuniens, promulgué par Lyndon Johnson en juillet 1965.

Je te colle la page d’un bloc, on discutera ensuite de l’aspect délicieusement suranné ensuite…

🩺🩺🩺 Début de citation 🩺🩺🩺

2 septembre 1965 – Serle No 62 Fiche N• 733

Medicare
1. Proposée par le président Kennedy le 21 février 1963, rejetée par le Congrès en septembre 1964, combattue par la puissante Association des médecins (American Medical Association: 206 000 membres), la lol sur l’assurance maladie et la sécurité sociale, connue aux Etats-Unis sous le nom de « medicare », a été signée par le président Johnson le 30 juillet 1965, deux jours après son adoption définitive par le Sénat (70 voix contre 24).

2. La nouvelle lol porte le budget fédéral des prestations sociales à 6,5 milliards de dollars, relève de 7% les sommes versées aux retraités (la plus forte augmentation depuis la création de la sécurité sociale aux Etats-Unis, par Roosevelt en 1935) et prévoit la gratuité des soins médicaux pour les personnes âgées de plus de 65 ans.

3. Les bénéficiaires pourront séjourner gratuitement pendant soixante jours dans un hôpital et recevoir ensuite des soins gratuits dans un dispensaire (cent jours) ou à domicile (cent jours). En outre, contre un versement mensuel de 3 dollars, ils pourront se faire rembourser jusqu’à 80 % de leurs frais médicaux jugés « raisonnables ». Ces dispositions s’appliqueront à plus de 19 millions de personnes.

4. SI l’AMA semble renoncer à ses projets de boycott (une telle action étant contraire a la loi antitrust), l’Association des médecins et chirurgiens (16 500 membres), créée en 1943 pour lutter contre la socialisation de la médecine, menace d’ignorer la nouvelle loi. Elle recommanderait à ses adhérents soit de réclamer leurs honoraires directement à leurs clients, soit de les soigner gratuitement sans demander de remboursement à l’agence fédérale.

5. L’entrée en vigueur du système « medicare» risque d’entraîner un manque de lits dans les hôpitaux. Pour obtenir les soins gratuits, le malade devra séjourner au moins trois jours à l’hôpital, alors que son état de santé ne l’exigera pas toujours. En outre, Il est probable que beaucoup de malades n’attendront pas le 1er Juillet 1966, date d’application de la lol, pour demander leur admission dans un hôpital afin d’être assurés d’y trouver place. Cette affluence anormale pourrait perturber gravement le fonctionnement des hôpitaux.

6. Mais la disposition la plus controversée est celle qui prévoit que le remboursement des frais médicaux jusqu’à 80% n’interviendra que si ceux-ci sont jugés « raisonnables ». Il appartiendra à une commission, qui reste à créer, d’établir à cet égard des normes et des tarifs uniformes pour chaque région. Une telle standardisation heurte l’individualisme de la majorité des médecins américains.

7. En dépit de ces difficultés, le système « medicare » constitue, sur le plan politique, une réalisation capitale de la présente administration démocrate. Il s’agit d’une pièce maitresse de la “grande société”, fondée sur l’abondance et la justice sociale, que promet d’édifier le président Johnson.

🩺🩺🩺 Fin de citation 🩺🩺🩺

Je sais pas pour toi, mais moi ça m’a mis un peu une baffe et la tristesse aussi. Je ne savais pas que les médecins avaient lutté contre, c’est affligeant.

C’est quoi, le fameux “Medicare” alors ? Oui tu es sensée avoir lu plus haut mais je sais bien que tu n’as fait que survoler. C’est ce que j’aurais fait en tout cas.

🚑 La prise en charge des personnes de plus de 65 ans indépendamment des revenus ou des antécédents médicaux.

Wikipedia nous indique :

“En général, les individus peuvent recevoir les aides de Medicare s’ils ont (eux ou leurs conjoints) cotisé au moins dix ans, sont âgés de plus de 65 ans et habitent de manière permanente aux États-Unis.[…]

Le programme Medicare est divisé en deux fonds : un fonds d’assurance hospitalière et un fonds d’assurance médicale. Deux autres fonds exceptionnels prévoient : une couverture qui se combine avec les assurances privées ; et une couverture pour les désintoxications.

Toutefois, aucun de ces fonds ne finance entièrement le coût des soins. Le programme prévoit le paiement d’une assurance, de frais déductibles ; mais l’individu devra en payer une grande partie de sa poche (out-of-pockets costs). D’autres programmes gouvernementaux, tels que Medicaid, aident au paiement de certains frais en association avec Medicare. Des programmes tels que Medigap permettent de combler la différence : toutefois, bien que ces assurances soient légalement fixées par le CMS, elles sont vendues et administrées par des entreprises privées.”

Sur Medicaid, créé en même temps que Medicare :

“Medicaid est un programme géré par les États et par le pouvoir fédéral qui fournit une couverture d’assurance maladie aux familles à faible revenu, aux personnes âgées et aux [personnes] handicapé[e]s. Alors que le Congrès et les Centers for Medicare and Medicaid Services définissent les grandes lignes et règles de Medicaid, chaque État met en place son propre programme. Par conséquent, les règles d’admissibilité sont quelque peu différentes selon les États bien que la structure soit la même dans tout le pays.

Le gouvernement fédéral comme la plupart des gouvernements des États semblent remanier continuellement les conditions et les restrictions d’admissibilité. Cela a été constaté récemment avec le passage du Deficit Reduction Act (DRA) en 2005 qui en modifie sensiblement les règles.”

Du coup avec concrètement que dalle, je comprends pourquoi l’Obamacare a fait si grand bruit. Permettre aux gens de se soigner ? Move d’extrême-gauche, évidemment. On veut pas de socialisme chez nous qu’iels ont dit.

🍇🍇🍇

Ok, maintenant, la question qui me brûle les lèvres : “Pourquoi on dit que les papiers c’est compliqué en France, au fait ?”
Medicare c’est 4 financements différents dont une bonne partie gérée par le privé. Y’a des seuils, des plafonds, tout ça, comme en France, sauf que visiblement, après comparatif de 0,35 secondes, c’est moins que le moins du minimum dont nous disposons…

Je triche un peu, j’ai bossé en mutuelle, alors ça me cause un peu et je trouve le système de la CPAM assez clair quand t’as capté la logique. Au moins, tout est géré au même endroit et aller à l’hôpital ne te met pas obligatoirement en faillite. Le tiers payant c’est bien chouette aussi, tiens.

Bon, au niveau couverture je ne vais même pas commencer à comparer parce que très honnêtement cela ne servirait à rien. Tu as sans doute déjà vu des posts avec des étazuniens qui présentent des factures de 50 000 boules pour 2 jours à l’hosto. J’ai moi-même fait plusieurs séjours plus ou moins longs à l’hôpital, ma plus grosse facture a été de 1200€ (prise en charge mutuelle) de reste à charge sur une intervention à 5 ou 6000€ + 3 jours d’hospi.

Une consultation médicale c’est en moyenne 176$ aux us. Une journée à l’hôpital coûte 5220$.

Note : cramer le capital, ça me va

Le tout sans être remboursée correctement, sauf à souscrire à un ou plusieurs organismes privés de prévoyance.
Les zétazini présentent les tarifs médicaux les plus onéreux au monde.

Perso ça m’a toujours interloquée qu’un pays aussi riche dispose d’un système aussi injuste et contre-performant, medicare, medicaid ou que sais-je encore.

“Les médicaments aux États-Unis sont 2 à 3 fois plus chers que les prix français. Il n’y pas de tarification universelle, les prix peuvent varier d’une pharmacie à une autre, et selon les lieux.
Un antibiotique amoxicilline qui te coûtera 5 ou 6 euros en France peut aller jusqu’à 35 dollars aux USA. Les laboratoires fixent leurs prix, en fonction de l’offre et de la demande, sans réglementation.”
(Heyme.care)

Les seuls qui s’enrichissent… ouais, t’as pigé.
Il y a plusieurs scandales sur le prix des médicaments. Les petits arrangements entre autorités/médecins/big pharma font déjà l’objet de callout réguliers. Parce que ça ne profite pas vraiment aux bénéficiaires (No shit, Sherlock)

Aux USA je serai en faillite ou carrément plus en vie depuis un moment, je pense… Mon traitement anti-TNF coûte 150€/injection, mon ordonnance mensuelle est de 200 balles en moyenne, sans oublier la kiné. Je fais des prises de sang, des IRM, des radios, je consulte des spécialistes, tout ça.

J’ose même pas imaginer ce que m’aurait coûté ma journée à Cochin, avec IRM+ radio de tout le corps, analyse de sang exhaustive et entretien de 2h avec des médecins, le tout dans une chambre en hospi de jour. 😱

“Chéri ! Fais péter le PEL, on va chez la rhumato !”

🦀🦀🦀

Moi c’est ça qui me fait le plus flipper, pour être honnête. Jamais je ne pourrais vivre dans de “bonnes” conditions telles que celles-ci dans un autre pays. Sans traitement, je ne peux pas travailler. Durée de vie avant banqueroute : 3 semaines.

Je suis contente d’avoir fait cette fiche, j’en ai appris un peu plus sur le système de santé étazunien, le temps de me projeter un peu dans un futur hypothétique de crash de l’assurance maladie. Je savais que c’était “pas génial” niveau couverture santé mais je n’avais absolument pas prévu un tel degré de…rien ? En fait sans assurance privée, t’es à poil.

Malgré le ton de documentaliste on sent que la personne qui a rédigé la fiche y croyait. Oui, je projette. Mais à lire ça, tu te dis “ouais cool, 1965, ça doit être tellement mieux auj……….”
Non.

De ce que j’ai lu ici et là, Medicare et Medicaid sont les programmes d’assurance santé les plus coûteux et les moins performants. Mais comme t’en a deux trois qui se font de la thune, ça passe. Sinon, tu penses bien que ça n’existerait plus depuis longtemps. Je me demande où va tout cet argent (non).

Je connaissais le truc avec le Big Pharma US, vi, moi aussi j’ai vu des docu Netflix sur les scandales et arnaques de ce type (“Dirty Money”) mais je savais pas que les gens étaient AUTANT à poil.

Donc bon, voilà, l’individualisme tue.

Littéralement.