Le terme de terrorisme stochastique, ça a de la gueule. Ça conjugue deux termes qui font peur, le premier, normal, le second parce que c’est une définition un peu complexe que je vais tenter de réexpliquer à moi-même. Mais je t’assure que si tu sors ça en soirée, tu auras la classe.

Wikipédia n’aide pas vraiment :

🐦”Adjectif. Aléatoire. Un phénomène stochastique est un phénomène qui ne se prête qu’à une analyse statistique, par opposition à un phénomène déterministe. En biologie, les mutations sont des processus stochastiques.”

Le CNRTL va encore une fois se montrer précieux :

I. − Adjectif
A. − ÉPISTÉMOL. Qui dépend, qui résulte du hasard. Phénomène stochastique. […].
B. − MATH., STAT.
1. Qui relève du domaine de l’aléatoire, du calcul des probabilités. Équation, intégrale stochastique. En théorie des probabilités, on dit qu’un phénomène est stochastique s’il dépend de variable(s) aléatoire(s) (Le Garff1975) […]
2. Qui utilise la théorie des probabilités. Synon. probabiliste.Méthode stochastique. Les modèles stochastiques de l’apprentissage (Aur.-Weil.1981).
C. − INFORMAT. Calculateur stochastique. ,,Calculateur dans lequel l’information est codée par une probabilité“ (GDEL).
D. − MUS. Musique stochastique. ,,La mus. st[ochastique] est celle que synthétise un ordinateur lorsqu’il calcule d’après un programme dans lequel une au moins des données est laissée au hasard. On peut obtenir des partitions musicales à partir de thèmes simples et d’une programmation convenable des traitements qu’il faut leur appliquer“ (Mus. 1976).
II. − Subst. fém., MATH., STAT. Branche des mathématiques qui traite de l’exploitation des données statistiques par le calcul des probabilités. (Dict. xxes.).
Prononc.: [stɔkastik]. Étymol. et Hist. 1949 adj. (Lar. mens.); 1953 subst. fém. (Lar. 20eSuppl.). Empr. au gr. σ τ ο χ α σ τ ι κ ο ́ ς « habile à conjecturer, conjectural ».

Pour plus de clarté, on va dire : c’est comme la pêche aux canards les yeux bandés. Ce qui est normalement une histoire de précision devient un concours de maladresse sans être à l’abri de RÉELLEMENT pêcher un canard.

Ok, on en a un.

Maintenant, les deux termes ensemble…

Terrorisme aléatoire ? Terrorisme pêche au canard ? Un peu.

🐓🐓🐓

On va prendre l’exemple via lequel j’ai découvert le terme : ce fabuleux exemplaire de ce que le capitalisme patriarcal fait de pire en terme de résidu de fond de bassine, aka Donald Trump.

L’exemple est évidemment parfait car si on parle d’aléatoire, ce type en connaît un rayon. Je ne sais pas comment il a été conçu, ni comment un organisme humain a pu le porter toute une grossesse avant de délivrer ça, papi Fred Trump a trop joué à la pêche au canard à l’aveugle chaque premier samedi du mois avec mamie. Donald Trump est le fruit du hasard et la preuve d’une absence de dieu à mes yeux : comment tu peux fabriquer un truc comme ça en toute conscience ?

Bref, t’as compris.

Mais en quoi Donald Trump est-il un terroriste stochastique ? Terroriste, bon, aléatoire, oui, mais les deux ensemble ? Comment fait-il ?

Fastoche. Il reprend les mêmes méthodes que notre extrême-droite à nous, mais en ajoutant une couche de connerie auto-congratulée supplémentaire. Je suis sûre qu’il se fait des câlins devant le miroir tous les matins. Outrancier, voilà. Outrancier.

Donc ce qu’il dit peut prêter à rire, ou à une écoute passive blasée, ou à de joyeux fou rires devant sa bouche en cul de poule et son ton traînant de spoiled brat. CEPENDANT, pour qui écoute sans rire, des messages passent plus ou moins subtilement. C’est pour ça qu’il est légalement mis en cause dans l’affaire de l’invasion du Capitole le 6 janvier 2021.

Un District Attorney (procureur) expliquait sur la chaine de Brian Taylor Cohen (https://www.youtube.com/@briantylercohen) qu’on pouvait accuser deux personnes de complot sans trace écrite. L’exemple donné était les deux voleurs de sac à main qui se font un signe discret une fois la cible en vue. Les deux ont agi de concert, sans trace écrite, sans ordre vocal, mais sont tout de même condamnés conjointement pour “conspiration”. Techniquement, il n’y a pas de trace de complot ni d’arrangement. Mais on sait que les deux se connaissent, étaient au même endroit au même moment et ont coordonné une action via leur comportement.

Les signaux secrets peuvent aussi être un outil de soutien, cf. la technique pour signaler qu’on est filmée mais qu’on veut alerter sur sa situation. Paume ouverte, pouce replié, puis tous les doigts se replient sur le pouce : HELP.

🐶🐶🐶

On est un peu dans la vibe du dog whistleblowing (appeau à cons) dont on avait parlé récemment avec Cnews et l’écriture inclusive. Tu dis “IEL” et bim, tu t’emplafonnes des gens que ça déclenche direct. Comme quand je lis “gauchiasse”, je sais qui porte le propos, d’où vient le terme et pourquoi on l’emploie : mon interlocuteurICE (inclusif dans ta mouille, blam) est très très probablement une personne de droite assumée. Ce terme, ainsi que “journalope” (contraction de journaliste et de salope) ou “merdia” font directement appel à mon cerveau illuminato-reptilien qui répond “Alain Soral, pourquoi tu me fais ça ? On a dit que les néologismes c’était que nous !”

Tout est dans la “””subtilité””” (triple guillemets, oui, j’ai peur de rien) de l’appel. Par exemple, si on poste un screenshot d’un MP rageux d’une militante féministe, on peut, sans le dire, tout comme l’a fait Marsault en 2016. Il a fini en procès et avec une peine de prison avec sursis de 10 mois pour le message que tu vois juste en dessous si tu me lis depuis le site ou la newsletter. Sinon, il faudra faire preuve d’imagination :

 

Marsault n’a pas directement été voir Jean-Nuisible pour lui demander de pourrir la victime. Il a semé du postillon rageux sans explicitement dire que ça allait chier. Il n’a pas été voir tous les auteurs du harcèlement un à un. Il a sifflé, les chien ont accouru. D’où le “dog whistleblowing” : tu émets un signal sensé être discret pour que la meute se déclenche subitement sans prévenir.

Le terrorisme stochastique, c’est un peu ça mais élevé au rang d’art contemporain.

🗳🗳🗳

Pour en revenir à ce bon Donny et au 6 janvier au Capitole :

🐦 “«Si elle doit choisir ses juges, vous ne pourrez rien faire, les amis. Bien que les gens qui défendent le deuxième amendement, peut-être qu’ils le pourront. Je ne sais pas.” (“If she gets to pick her judges, nothing you can do, folks. Although the Second Amendment people, maybe there is. I don’t know. »)”
(OIC au Canada)

En gros, il dit en filigrane “Attaquez maintenant, sinon on aura plus le temps, magnez-vous avant qu’il soit trop tard, les potos”

Ici, le contexte est d’une importance capitale. Donny sait parfaitement pour Qanon et les autres groupes fascisants s’étant formés autour de sa personne. Impossible même qu’il puisse les ignorer car cela flatte son égo comme jamais rien ne l’avait fait auparavant. Il est plus que probable qu’il ait été informé des plans pour la tentative d’invasion du Capitole. En fait c’est impossible que l’ex-président des Etats-Unis ne soit pas au courant alors que des millions de personnes le sont. Allez, sérieux, c’est grillé.

Il faut agir en plusieurs temps :

  1. Déclencher une haine ou l’amplifier en utilisant des termes plus ou moins codés
  2. Ressasser encore et encore des propos haineux sur la personne ou le groupe de personnes incriminées.
  3. Entretenir le flou
  4. Lancer l’appel comme au Kem’s, le jeu de cartes où on fait exactement ça.

Les règles du Kem’s :

🐦 “Former un jeu de 4 cartes identiques et le faire savoir à son coéquipier discrètement, sans se faire repérer par les autres joueurs.
Les joueurs forment des équipes de deux. Discrètement et à l’abri des regards, chaque duo va choisir un signe distinctif qui lui servira pour communiquer, et notamment se prévenir mutuellement que leur jeu est complet. Le signe peut, par exemple, consister à mettre toutes ses cartes dans la même main, se toucher les cheveux….”
(Règles du Kem’s)

Je savais bien que toutes ces heures passées en classe de Russe me serviraient un jour à quelque chose !

🔮🔮🔮

C’est en ces termes que Donald Trump est inculpé pour cette affaire d’invasion de profanateurs de sépultures. Il a fait monter la hype, a contribué à la formation de groupuscules en son honneur (MAGA, Qanon, etc.) avant de lancer l’appel au monde entier. D’accord, les personnes se sont coordonnées. Mais sans Trump, pas d’attaque. Sans rhétorique outrancière au cul de poule, pas d’attaque. Le truc est assez évident si on sait où et quand on est.

“Il va bientôt être trop tard” c’est donner une date butoir.

Trump ne sait pas qui, quoi ou comment ça va se dérouler (il a une mémoire tampon moins brillante que celle de Dory le poisson) mais il sait qu’il va se passer quelque chose et que faire passer un appel à la télé est relativement efficace pour déclencher le torrent de merdes. Son discours sera gentiment relayé par tous les médias, par les éditorialistes, par la presse, ni vu ni connu j’t’embrouille.

Pour reprendre l’exemple de la subtilité langagière de l’article précédent, si je te dis “jeune de banlieue” tu ne penses pas à Jean-Alphonse qui habite à Neuilly sur Seine. Non. Ton esprit va direct à Bobigny au pied des HLM, petite personne confite de préjugés 😡

Je ne juge pas, avec les années, j’ai encore ces préjugés alors que je suis techniquement une “jeune” de banlieue. Casse pas mes espoirs en me rappelant que c’est bientôt mon anniversaire. Chut. Toujours est-il que je sais à quoi tu penses sans dire “immigration”. Je te renvoie l’air de rien à une idée préconçue que je sais être suffisamment répandue pour que tu captes le sous-entendu bien réel.

🌸🌸🌸

Je ne sais pas si on peut officiellement dire que l’appeau à con (whistleblowing c’est super chiant à écrire) est l’autre face du terrorisme stochastique. Mais j’ai envie de le penser. On a d’un côté la construction d’une forme d’ennemi commun sur lequel on entretient une haine tenace, la facilitation médiatique de ce message et le signal discret qui fait attaquer les chiens.

Malheureusement, maintenant que tu le sais, ou que ça a posé un terme sur ce que tu percevais, ou que ça t’a rappelé un truc que tu savais déjà, tu ne peux plus l’ignorer. Ce billet était en réalité un piège pour t’obliger à réfléchir à nos propres exemplaires fascisants médiatisés. Rien dans les mains, rien dans les manches.

Est-ce que tu as pensé à nos droitards habituels en tentant de voir si le concept s’appliquait à des éléments plus connus ? Evidemment, que tu as transposé. J’ai dit “Soral” et ça t’a renvoyé-e à la fachosphère directement. En vrai, j’ai pensé “Le Pen” ou “Zemmour” mais le concept perdait du sens si je le disais dès le départ. Donc je sais que tu y as pensé. Forcément.

Bon, maintenant que tout le monde est à la page, on va créer notre groupe secret complotiste et si je dis “La banane sourit aux audacieuxses” ou “pierre qui roule ne dégrade pas les biens publics” à la télé un soir, c’est qu’il faut cramer de nouveau un restaurant chic au centre de Paris.

On fait comme ça ? Allez.