Heures de réveil : 2h02, 2h35, 3h10, 4h04 (nausées)

Le réveil nauséeux, j’avais pas connu. C’est particulier. Mais faut voir le bon côté des choses : aucun chat ne m’a réveillée.
J’ai des frissons, j’ai froid et chaud, j’ai le nez et les sinus bouchés donc ça va être une énième journée à traîner avec la crève fantôme.

Je voulais parler psychophobie pour rappeler que les adjectifs tels que “débile” ou “attardé” étaient problématique (j’ai vu que c’était pas intégré pour tout le monde encore, hier) mais merde, c’est tellement évident, je sais pas, merde. Merde 🖕

Hier, l’Enfant m’a appris que les grands de l’école l’appelaient “Gollum”. Je ne sais pas quoi en penser. Lui s’en fiche, il connaît le personnage et il est content d’être reconnu par les grands, maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis…j’irai quand même bien leur dire deux mots. Je sais en revanche exactement pourquoi il est appelé ainsi (parce que le monde est une scène et il est la réincarnation de Jim Carrey sous acide) et je suis quelque part soulagée que ce ne soit pas pire, tout en sachant que je ne sais pas tout.

Donc à la meuf qui m’a fait chier hier et qui ne lira pas : ça t’irait qu’on appelle ton enfant “attardé” ? Pis les “attardés” iels ont pas voix au chapitre alors on se permet d’utiliser cette insulte parce que c’est tellement drôle, les personnes en situation de handicap ou neuroatypiques ?

Allez on va parler psychisme atypique.


🦠🦠🦠

On va causer de l’homme qui a passé 18 ans de sa vie à l’aéroport Paris Charles de Gaulle. Mehran Karimi Nasseri aka Sir Alfred Mehran, ou l’inverse.

⚠ Tout n’est pas vrai dans cette histoire, il y a beaucoup d’anomalies sur la biographie, notamment au niveau des dates. Idem, des faits sont tels que décrits par différentes personnes, ce billet est un foutoir absolu, j’ai fait ce que j’ai pu.

🛸 Mehran Karimi Nasseri est un iranien né en 1942 (ou 1946) à Masjed Soleiman (en Iran, donc), dans une famille relativement aisée. Il a 5 frères et sœurs. Son père, médecin pour l’Anglo-Persian Oil Company, décède en 1965 (ou 1972) et à ce moment-là, sa mère lui annonce qu’en réalité il est un enfant illégitime : sa véritable mère était une infirmière écossaise, collègue de son père.

Non, il ne le prend pas bien 😰

En 1973, on l’envoie donc au Royaume Uni pour faire ses études en mode “Salut, passe une bonne vie et ne reviens pas stp” avant de simplement lui couper les vivres.

Lors de son retour en Iran, on l’arrête pour avoir participé à une manifestation contre le Chah en 1974 (ou 1970). On ne sait pas trop ce qui se passe et ce qui ne se passe pas, mais sa famille le délivre à la condition qu’il ne revienne jamais en Iran. Il part sans retour en 1977. On ne sait pas s’il a été expulsé ou s’il s’est enfui pour éviter la conscription et la guerre Iran-Irak, de la même manière que l’histoire de l’enfant illégitime a été contestée par toute la famille. Mais il se barre en 77.

😑 Tu sais, des fois tu te dis que tes parents sont toxiques ou tu remets en question les fondements de ton éducation, puis tu lis ça, et tu te dis ouais j’assure grave en fait.
⚠ il semblerait que ses frères et sœurs aient voulu lui rendre visite durant son long séjour à Roissy. Mais Sir Alfred ne les connaissait pas, tu vois ? Puis il ne parle pas persan, il est suédois, danois, bref, il ne connaît pas ces gens là. Cette rencontre serait documentée, jetant donc un énième gros doute sur la véracité des propos de notre squatteur aéroportuaire.

Il passe les 11 années suivantes en transit, à la fois dans sa tête, dans les cieux, et les deux à la fois, jusqu’en 88.

On le refoule au Royaume Uni, en France, en Italie. La Belgique lui propose un statut de réfugié et un titre de séjour, mais il refuse et tente à nouveau d’entrée en UK. C’est un fail, il se retrouve en France et en taule pour séjour irrégulier (on aime bien les migrant-es, en France), puis en taule lors de la re-tentative d’entrée au Royaume Uni. 8 mois en tout. Terres d’accueil ouaiche.

Je vais pas te faire la timeline avec les doubles dates, mais une chose est sûre, le 26 août 1988, il se retrouve à Roissy, lost in translation, et décide que finalement c’est pas si mal. Ou moins pire que de jouer à la balle de flipper en Europe. ⛔ Il retentera une traversée, mais sera de nouveau refoulé à la frontière. Alors, il reste en France.

🧾 Son avocat retrouvera ses papiers (entre 92 et 99), que Sir Alfred avait expédié en Belgique depuis le Royaume Uni dans un “moment de folie”. On est bons, là, non ?

Non. Ce sont de faux papiers, selon lui. Des faux papiers qu’il a expédiés. Mais qui sont faux. Il les a envoyés mais ce ne sont pas les siens : son vrai nom n’est pas Mehran Karimi Nasseri. C’est quand même peut être les siens, en vrai, sauf que maintenant qu’il est installé…

“Mehran Karimi Nasseri était libre de partir, Sir Alfred ne l’était pas.”

Sortir signifiait reconnaître être Mehran Karimi Nasseri, et cela, ce n’était pas du tout envisageable pour Sir Alfred.

En gros, il était libre de partir dès 1992.

(FILES) In this file photo taken on August 12, 2004 Mehran Karimi Nasseri looks at a poster of the movie inspired by his life, in the terminal 1 of Paris Charles De Gaulle airport. – Mehran Karimi Nasseri, a political refugee who lived over 18 years in Paris’ Roissy-Charles de Gaulle airport and inspired director Steven Spielberg’s “The Terminal”, died, aged 77, at Roissy-Charles de Gaulle airport’s terminal 2F, as reported to AFP by airport officials. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

🛩🛩🛩

🚑 Son errance aéroportuaire ne s’achèvera qu’en 2006 suite à une urgence médicale qui le conduit aux urgences, puis en foyer à Paris.

Durant ses années à Roissy, une lore se bâtit autour de lui. Il est remarqué par des journalistes et se plie volontiers à l’exercice de raconter sa vie. Il raconte la situation ubuesque dans laquelle il est, et commence à recevoir du courrier et des visites de personnes intéressées par son parcours.

😎 Soudain, on s’intéresse à lui.

Au fil des mois, Mehran Karimi Nasseri fera place à Sir Alfred Mehran et je pense comprendre une partie du pourquoi. Le fait qu’il tente mille fois d’entrer sur le territoire britannique en sachant qu’il sera sans doute expulsé donne un bon indice sur “pourquoi SIR Alfred ?”

🕵 La maîtresse de son père était supposée être une écossaise. Tous ces événements, le rejet, la recherche de ses racines, ont bien infusé durant ses études au Royaume Uni. Pour moi, c’est logique de vouloir se reconstruire une identité après qu’on t’ait purement et simplement éliminé de ta famille (Même si ce n’est pas le cas, c’est sa perception des événements qui compte car c’est cette perception qui influe sur son psychisme, pas la réalité).

En retour, Sir Alfred déclarera qu’il ne parle pas persan et qu’il n’est pas iranien, tout comme il refuse de reconnaître ses frères et sœurs venus le voir à Paris. Parce qu’il rejette ceuxlles qui le rejettent, l’abandon de sa langue maternelle au profit de sa langue maternelle est une tentative pour lui de revenir dans un monde juste. Les choses doivent s’équilibrer, et quand je retrouverai maman, je prendrai un abonnement chez un psychanalyste parce que wow, beaucoup de matériau de base pour procéder à des élucubrations infinies 😱
(Et en plus il est blindé)

Il cherche sa mère, en vain, l’adoption du “Sir” marque ce tournant identitaire. Il refuse tout ce qu’il était au profit de celui qu’il a construit.
Car selon la famille, la maîtresse n’était ni écossaise ni infirmière, toute l’histoire est un peu différente. Euphémisée.

Après tout, ils se sont “débarrassés” de lui et maintenant il fait des déclarations à la presse, on fait des films, il devient célèbre, ça la fout mal. Ou, plus probablement, la vérité se situe entre les deux : il est peut-être un enfant illégitime dans un pays où l’adultère était passible de mort. L’histoire est sans doute beaucoup moins glorieuse que ce qu’on peut en imaginer 😕


🚀🚀🚀

Mais revenons à nos papiers au lieu de faire de la psy de comptoir.

🐦 “En 1992, des avocats français obtiennent que la France lui accorde un titre de séjour. Mais pour cela, les autorités françaises exigent qu’il présente sa carte de réfugié accordée en Belgique. Cela crée une situation kafkaïenne puisque Bruxelles exige qu’il se rende en personne pour la retirer alors qu’il n’a pas de papiers pour sortir du territoire et entrer en Belgique.” 🐦

(Ça, je pense que ça arrive régulièrement, en fait, les situations ubuesques, on est en France, oui ou merde ?)

En 1999, la situation se débloque et on lui donne enfin de nouveaux papiers. Son avocat a réussi à retrouver le pli qui avait été envoyé en Belgique. Papiers qu’il refuse, car il s’appelle donc Sir Alfred Mehran et pas Mehran Karimi Nasseri, et qu’il n’est pas iranien : son père était suédois et sa mère danoise. Deal with it 😎 🖕
Il aura eu d’autres propositions de régularisation, notamment encore en Belgique, mais il veut absolument aller au Royaume Uni.

Donc il retourne toujours à Roissy, volontairement, retrouver son presque chez lui. Il fait sa vie, et là…

🎥 Steven Spielberg réalise un film inspiré de son expérience avec Tom Hanks en Sir Alfred Mehran. Le film sort en 2004 et je ne l’ai pas vu. Je ne compte pas le voir, parce que je viens de lire le synopsis complet. Je n’ai pas lu le synopsis de “Tombé du ciel”, film français sorti en 1994, mais ça va, je le vis bien. “Sir Alfred of Charles de Gaulle Airport” est un petit docu, ça dure 30 mn.


Tellement d’attention !!! 🥳

Sir Alfred Mehran reçoit, selon les sources, entre 175 et 500 000 $ pour les droits de son histoire par l’équipe Spielberg. Il écrira également un livre autobiographique qui lui permettra de toucher des royalties et qui se vend d’occasion une petite fortune (entre 125 et 250€). Ah, et des personnes lui envoient tous les jours du cash sous enveloppe.

Cet homme est riche, célèbre, il continue de dormir sur les bancs de l’aéroport à entretenir la légende. Il ne peut plus en sortir, maintenant, tu vois ?


✈✈✈

🌐 Il est l’Homme de l’Aéroport 🌐
Donc sans aéroport, il peut pas faire.

Je pense comprendre, en fait. Il a été rejeté par sa famille et par beaucoup de pays qui ne l’ont sans doute pas traité comme un VIP. Il ne sait pas où aller et que faire. La situation l’a gagné et le définit désormais.
Il est né dans une famille aisée, pour que tout s’écroule ensuite. Alors il veut trouver sa mère, la vraie, et c’est cette insistance à toujours vouloir retourner en UK qui le guide. Il n’a plus de famille, plus d’attache nulle part. Il a trouvé un endroit accueillant et il y reste en attendant d’enfin pouvoir retourner la chercher au pays. Cela n’arrivera pas.

Au fur et à mesure, il est devenu de plus en plus connu. Normal, si je te dis “Ce type vit dans un aéroport depuis 18 ans” tu vas être intéressée 😳 Comment a-t-il réussi (ou raté) son coup ? A quoi ressemble son quotidien ? A-t-il tout ce qu’il faut, notamment au niveau médical ? Attends, t’as bien dit DIX-HUIT ANS ??!

🌠 On montre forcément un minimum d’intérêt pour cette histoire de vie totalement hors normes. Et Sir Alfred Mehran est la star. Il retrouve enfin ce qui lui manquait : un réseau social, de l’attention, beaucoup d’attention. La thune, je pense que c’est accessoire, pour lui, son personnage est frugal.

❤️ Il se rebâtit une famille comme il le peut, avec les commerçants de son étage et le personnel de l’aéroport. Des voyageurses régulièr-es font le trajet vers le terminal 1 pour aller le saluer, comme en pèlerinage.
❤️ Il est l’objet d’attentions : on veut savoir s’il va bien, s’il a besoin de quelque chose, personne n’a jamais montré cet intérêt pour lui, et c’est ce dont il a besoin. La situation lui convient parfaitement, sinon il serait parti dès qu’il l’aurait pu.

C’est assez difficile pour moi de me projeter vivant 18 ans dans un aéroport, ne serait-ce qu’à cause du bruit. Entre les personnes qui voyagent, les appels pour les départs, les commerces, c’est une hyperactivité qui me semble, à moi, invivable. Sir Alfred aurait pourtant pu se payer des nuits à l’hôtel pendant un moment…


🛫🛫🛫

💸 Revenons à l’argent, oui. Je sais qu’on peut passer de 175 à 500 000 euros à zéro en peu de temps mais il n’a pas fait de grosses dépenses, il vivait de manière assez frugale et n’avait ni charges ni loyer tout en continuant à percevoir des royalties, sans compter l’argent envoyé du monde entier.

Peut-être que son statut lui convenait ? Peut-être qu’il a toujours la thune quelque part ?

(▶ J’ai une théorie pour “où est passée la thune du film”. Le personnage incarné par Tom Hanks vient d’un pays fictif et le personnage ne conteste à aucun moment sa nationalité : il est coincé là à cause d’un problème diplomatique. Sir Alfred est, lui, britannique, pas iranien, c’est sûr et certain. Le personnage du film n’a pas cette contradiction en lui et a des objectifs beaucoup plus terre à terre : rentrer chez lui ou arriver à destination tout en péchotant l’hôtesse de l’air incarnée par Catherine Zeta-Jones.
On l’a vu au moment où il refuse de signer les papiers : Sir Alfred n’admettra jamais qu’il est iranien ou qu’il s’appelle Mehran Karimi Nasseri. Accepter l’argent provoque sans doute une grosse dissonance cognitive à ce moment. Il ne le refuse pas non plus, cet argent, et là c’est intéressant car pour moi ça veut dire qu’une partie de lui sait que c’est de l’esbrouffe. A quel nom est à son compte bancaire, au fait ?)

C’est ça qui est le plus perturbant dans l’histoire : on sait qu’il y a un fond de vérité, on sait aussi que le personnage a tendance à enjoliver ou détourner la réalité pour consolider son image d’exclu. D’un autre côté, sa famille a pas l’air super opé pour la jouer “en toute franchise” non plus car la réputation, c’est plus important qu’un fils désavoué. Surtout en Iran. Admettre l’infidélité du père serait trop dangereux, je pense que personne ne connaîtra la vérité maintenant que la mère “biologique” est décédée.


🔮🔮🔮

Une autre chose que je ne savais pas non plus, c’est qu’il y avait actuellement de nombreuses personnes coincées dans des aéroport autour du monde. Edouard Snowden a vécu comme ça un mois à l’aéroport de Moscou.
Denis Luiz de Souza vit, lui, volontairement à l’aéroport de São Paulo depuis 2000.

Moi, ça me fait penser à Lulu qui fait la manche devant le supermarché. Si je venais lui dire “Hey, on te sort de là, on te met dans un appartement avec de la thune” je ne suis pas sûre du tout qu’il accepte. Il a son réseau à lui, ses habitudes, il vit dans un quartier relativement paisible dans une ville relativement paisible…

C’est assez connu, je pense, des copaines assistant-es sociales. J’ai rencontré plusieurs fois des personnes en très grande précarité qui refusaient l’AAH ou le RSA pour pas “devenir un assisté” ou “un handicapé”. Il y a sans doute d’autres raisons (et ton avis m’intéresse).

De prime abord on juge, forcément. Mais en fait, c’est vraiment pas si simple. On reconstruit sa vie autour de ce que l’on a, c’est à dire pas grand chose (parce qu’en général on dort dehors suite à quelque chose qui s’est passé dans sa vie, tu te lèves pas un beau matin en disant “Ouaiiiis je vais tout laisser derrière moi et me meuler le cul sur un banc”), je n’ai pas de mal à imaginer qu’on puisse vouloir se raccrocher à une situation ou à un banc rouge pour garder une cohérence.

Il a reconstruit sa vie, après une errance de 11 ans entre différents pays (1977 – 1988). T’imagines, 11 ans comme ça ? 11 ans de ping pong puis 18 ans de vie dans un aéroport ?
😱 29 ans de sa vie dans ces conditions.
Comment ne pas évoquer au moins un trauma ?
Il est convaincu qu’on l’a jeté de chez lui à 23 ans après la mort de son père parce que sa “mère” n’est pas sa mère, le tout en Iran. Il a un double deuil à faire, là, peu importe la véracité des événements. Pire, on l’empêche d’aller retrouver sa mère au Royaume Uni. Pour lui, c’est sans doute une torture. On l’empêche manu militari de trouver le dernier point de repère qu’il lui reste ! C’est logique qu’il cherche à entrer dans le pays peu importe les moyens. Je trouve ça d’une tristesse et d’une violence infinies.

🔴 Il s’est posé à Roissy, il s’est pas senti mal, il est resté et son banc rouge est devenu son point de repère, son ancre. Parti de là, il s’est totalement réinventé et réimaginé en Sir Alfred avant que ce personnage ne le consume entièrement. Je n’ai pas de mal à croire non plus qu’il ait voulu détruire l’ancien lui.

Je me demande aussi à quel degré le racisme a joué un rôle dans ce “blanchiment” du nom (parce que non il ne ressemble pas vraiment à l’image qu’on se fait d’un britannique blanc, il est iranien, quoi). Quitte à se réinventer, autant pouvoir choisir, non ? Adopter un titre de noblesse c’est montrer que attention, tu causes pas à n’importe qui, ça pose une certaine distance entre toi et le monde extérieur. C’est sans aucun doute confortable.

C’est bizarre d’ailleurs, et ça n’a presque rien à voir, mais tu as vu toutes les personnes qui pensent être des réincarnations de reines ou de nobles ?
🤔 Pourquoi personne n’est ouvrier, esclave ou paysanne dans ses vies précédentes, hein ?

(FILES) In this file photo taken on August 12, 2004 Mehran Karimi Nasseri sleeps early in the morning, in the terminal 1 of Paris Charles De Gaulle airport. – Mehran Karimi Nasseri, a political refugee who lived over 18 years in Paris’ Roissy-Charles de Gaulle airport and inspired director Steven Spielberg’s “The Terminal”, died, aged 77, at Roissy-Charles de Gaulle airport’s terminal 2F, as reported to AFP by airport officials. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

🧳🧳🧳

Sir Alfred Mehran n’a plus donné de signe de vie après son intervention et son placement en foyer après un long séjour à l’hôpital, en 2007. Il aurait 79 ans, aujourd’hui. Vu ses problèmes de santé, son mode de vie et le XXème, il est fort probable qu’il ait emporté ses secrets dans la tombe.

edit : “En octobre 2022, il retourne vivre à l’aéroport de Roissy, où il meurt quelques semaines plus tard, le 12 novembre 2022, de mort naturelle” (Wikipédia)

N’empêche, ça pose pas mal de questions, notamment sur les personnes qui s’enferment seules dans des situations intenables mais trop confortables pour être quittées.