Heure de réveil : 4h42 (chats)

C’est bon, ça va mieux. J’ai ruminé, j’en ai rêvé, tout ça (j’ai fait des rêves incroyablement violents et tristes et cruels). Donc on va passer à l’étape suivante : poursuivre le raisonnement.

C’est une anecdote d’une amie qui s’appelle Annabelle (nan c’est pas son vrai nom) qui m’a fait tilter, et beaucoup rire. Elle croise son ex. Il s’enfuit. 🤨

Je lui ai expliqué qu’il avait peur d’elle.
Il est où le dogue allemand fier et viril qui doit sa survie au fait qu’on m’ait empêchée de lui “faire des trucs pas cool” ?

Il est plus là. Il avait aqua-poney.

🔥🔥🔥

Les mecs cis ont peur de nous. Je le pense sincèrement.

Nous, êtres si complexes, si mystérieux, avec tout notre truc flippant avec la lune, là et ça fait plein de sang, c’est le Malin, au moins, qui nous a créées.

Même un dogue allemand a peur de nous. Parce qu’ils ne nous comprennent absolument tellement pas qu’on se demande où ils étaient ces 150 dernières années.
Et on a peur de ce qu’on ne comprend pas. Les trucs inexplicables, ça fait peur.

Genre les fantômes et les trucs du genre : si une chaise bouge toute seule dans ton salon, tu flippes ta race. Alors que c’est qu’une CHAISE bon sang, elle va faire quoi ? Se jeter sur toi ? 😱

Le Projet Blair Witch nous a terrifiées avec 3 bouts de ficelle.

Résumé : 3 documentaristes partent dans les bois à la recherche de la sorcière de Blair qui est supposée hanter une forêt quelconque dans un endroit quelconque. On sait pas précisément mais j’ai décidé que tout le monde mourait à la fin.
La particularité de ce film est qu’il s’agit d’un des premiers “found footage” (pellicule retrouvée) un peu mainstream. Un found footage c’est quand une personne tierce tombe par le plus grand des hasards un média sans en connaître sa nature.
En gros, tout est filmé caméra à l’épaule, et les vidéos retrouvées retracent le parcours de nos 3 futur-ex vivants.

Paranormal Activity entre également dans cette catégorie. Le budget n’a pas à être incroyable pour générer masse revenus (sur Paranormal Activity, le budget était de 15 000$ pour 193,4 millions de dollars de revenus. Un bon plan pour faire du film à pas cher.

Beaucoup d’ARG (Alternate Reality Game) utilisent ce mécanisme et ça fonctionne plutôt pas mal.

Mais je m’égare.

Je suis absolument traumatisée de la fin du Projet Blair Witch, quand iels arrivent dans la cabane. Alors que concrètement, dans ce film, on ne “voit” rien ou vraiment pas grand chose. La terreur vient de ce qu’on ne voit pas, dans ce film.
Je l’ai vu à sa sortie en salles en 1999, j’étais terrorisée alors que quelques années plus tôt, vers 12 ans, j’avais vu toutes les cassettes vidéos de “Face à la mort” et Cannibal Holocaust. Niveau gore, à l’époque, y’avait pas beaucoup mieux (j’ai découvert rotten après) et j’ai construit toute ma librairie d’horreur entre mes 12 et 25 ans on va dire. J’ai vu BEAUCOUP de choses atroces.

Mais Blair Witch, ça m’a plus qu’épouvantée, ce film a construit une partie de ma culture de l’horreur à lui seul.


☠️☠️☠️

La peur est ici provoquée par ce qu’on ne voit pas. Les choses qu’on suggère au lieu de les montrer sont, à mon sens, bien plus épouvantables que celles qu’on montre.
Tu me colles devant un film d’horreur, je vais avoir plus peur avec les jumpscare (les événements qui surgissent brutalement devant ton écran et qui te font sursauter) que devant les scènes gore.

J’ai déjà eu effectivement peur devant une chaise qui bouge capturée par un babyphonevidéo. Il se passe que dalle, que dalle, que dalle, la chaise bouge, je suis terrifiée.

Le vide laisse une place à l’imagination. C’est entres autres pour ça que les cas de disparition sont si populaires sur les chaînes YouTube de crimes et/ou paranormal. La disparition laisse ouvert le champ des possibles. La personne est peut-être encore en vie. Ou pas. On en sait rien et notre cerveau n’aime pas le vide, on va donc combler avec des spéculations pour trouver de l’apaisement mental. Le mystère a été cassé, on connaît la “fin” de l’histoire, ouf.

Alors, face à des situations totalement anormales, les chaises qui bougent toutes seules, les portes qui claquent et les objets retrouvés sur le pas de la porte, on doit trouver une explication. Mais il n’y a pas vraiment d’explication (je suis assez rationaliste donc j’ai des explications : le fil de pêche, l’edit vidéo, Photoshop) donc ça pourrait être TOUT ou RIEN.

Sur un terrain moins horrifique, si tu attends qu’une personne t’appelle ou soit en ligne ou revienne à la maison et que le temps passe sans que cette personne soit là où elle devrait être, tu as peur. Ton esprit commence à gamberger, tu imagines le pire et en fait il était juste parti acheter des clopes et de la litière.


🍄🍄🍄

La Fâme, en tant que symbole, est profondément mystérieuse.
Je peux comprendre : on saigne et on fait des bébés. WTF 🤔

Et quand bien même ces mystères sont levés, il en apparaît d’autres. Comment pense-t-elle ? C’est quoi ces sautes d’humeur ? This is…hysteria ?

Pendant un temps, ça aurait (je ne suis pas anthropologue) été résolu mentalement grâce à la divinisation de la Terre Mère et tout le bordel. On ne comprend pas, on voit que des bébés arrivent, on se dit cool, c’est magique, c’est la magie des femmes, la magie de la vie, émotion, essentialisme, toussa.

Ensuite, et encore une fois ce n’est pas mon domaine donc si tu as des infos, je pique, il y a eu un twist et les femmes ont commencé à intégrer la propriété des hommes. C’est MA femme, la mienne, personnellement moi-même à moi et je veux être sûr que mes enfants soient bien mes enfants pour ne pas transmettre mon héritage au fils du paléo-facteur.

C’est une autre résolution du problème : on sait pas trop comment ça marche, mais on va faire comme ça, c’est plus simple. Mettre les femmes au même rang que le bétail permet de résoudre le vide : elle est à moi, on s’en fout comment ça fonctionne, je veux des bébés. Je n’ai pas à me poser la question mille ans : la réponse est simple, on sait pas mais on peut s’en servir donc ça va.

A MON avis (je me plante sans doute, je ne suis pas vulcanologue) c’est là où ça a changé. On ne sait pas comment le feu fonctionne mais on l’exploite quand même. On commence à pouvoir domestiquer des animaux qui se laissent tuer, quelle différence avec nos femmes ? En revanche il faut les habituer préalablement à la captivité.

Ce raisonnement est évidemment parti totalement en vrille pour les effets qu’on connaît. Sauf si t’es un mec cis. Toi, t’es content. Tout va bien. Zéro mystère : tu es le maître de la nature, c’est tout. Il fera 53 degrés l’été prochain, bravo !

Mais à un moment, la dissonance cognitive est trop forte : on ne peut pas vivre éternellement dans le mensonge. Les faits ne collent pas bien, ça gêne aux entournures sans qu’on s’autorise à envisager d’autres possibilités. On a pas répondu à toutes les questions, il faut faire taire les questions et trouver rapidement une astuce scénaristique pour arrêter d’être mal à l’aise alors qu’on dresse des personnes comme nous.

On va dire qu’elles sont des animaux. On a pas de mal à tuer les animaux. On va dire qu’elles n’ont pas d’âme, comme ça on culpabilisera moins en les exploitant et tout rentrera dans l’ordre. On les compte dans le bétail, voilà.

Hélas ! Les femmes auraient à priori une âme et ne se laissent pas toujours faire et ça, ça ne les arrange pas, mais alors pas du tout.


🦑🦑🦑

Donc la violence et la domination physique. Si elle ne veut pas se reproduire avec moi, je vais l’obliger et après elle sera à moi. Elle aura ma marque dans son ventre, je suis le champion du monde.

Si tu entends quelqu’un s’introduire chez toi pendant la nuit, tu fais quoi ? Soit tu te planques, soit tu te défends ou tu restes sidérée. Peu importe qui est la personne dans ton salon, ça pourrait être le Père Noël à ce stade on sait pas, tu agis par réflexe et tu vas aller péter les genoux de ton mec qui rentre totalement bourré.

Situation de stress ➡ Combat, Fuite ou Sidération.

Face au très très grand danger que présentent les femmes et vu la différence morphologique, la plupart des hommes a choisi le combat. On peut toujours tenter de dominer physiquement. Je sais pas pour toi mais mon mari pourrait me plier en deux en 4 secondes s’il le voulait. Il ne le veut pas, ça tombe bien pour ma pomme.

Mon ex, l’infâme (Mec, j’espère que tu retrouveras cette page un jour, 15 ans après je sais que tu me Google encore de temps en temps, et ici t’en prends plein la tronche pour pas un rond) pétait des durites à certains moments :
– Quand je refusais quelque chose
– Quand je ne répondais pas au téléphone ou aux SMS
– Quand je communiquais avec des personnes qu’il ne connaissait pas.

Ce type a un jour failli péter la porte de la salle de bains où je m’étais réfugiée parce qu’un ami m’a appelée (il ne savait pas qu’il ne fallait jamais m’appeler) et que je refusais de donner mon téléphone. J’ai éclaté le téléphone à la place.

Il voulait tout savoir. Mes ex, dont il avait la liste exhaustive bien sûr, mes ami-es, ma vie au travail. On vivait ensemble donc il contrôlait le reste, mais quand j’étais au travail, qu’est-ce qui prouvait que j’étais bien au travail ? Ben il lui est arrivé de m’attendre devant la gare près de mon travail. J’ai refusé de prendre le train seule quand il me l’a demandé. Va chier, j’ai 45 mn de train, j’ai bien le droit de causer à mes collègues.

Tu sais quand les violences ont quasiment stoppé ?
Quand j’ai fait semblant de me résigner. Il avait le code de mon téléphone, il m’attendait à la sortie du boulot si il voulait, je lui donnais même mon planning. Je ne sortais pas sans lui. Je disais oui à tout (même au pire).
Il a demandé à parler à certains de mes amis, j’ai dit d’accord.
Il me posait des questions, je répondais.

Vidée de ma substance, ou c’est ce que je voulais lui faire croire, sans mystère, toute plate, je n’étais plus intéressante pour lui. Il a commencé à me tromper, j’ai fait semblant de ne rien voir et je ne lui posais aucune question. Il déposait des indices, intérieurement je jubilais même si c’était douloureux car j’avais encore des sentiments pour lui à ce moment. Je ramassais les indices, il me teasait avec sa nouvelle cible, et j’en avais rien à carrer. En surface. En vrai ça a été une des périodes les plus difficiles de ma vie et je suis bien contente d’avoir été maligne.
Ben il s’est rapidement fait chier, tout son fun était pété, alors il s’est barré. Quelques mois plus tard il a réalisé l’entourloupe mais j’étais déjà loin.

Le truc drôle c’est que j’ai passé 3 semaines d’arrêt maladie à faire semblant d’aller au boulot, il ne s’est rendu compte de rien 😇 Au moment où je lui ai donné mon planning, il a cessé de m’attendre à la gare.
Le mystère était cassé, j’étais cassée aussi, notre relation avait perdu son socle et je ne présentais plus aucun intérêt. Ouf !

🐔🐔🐔

On frappe, on dresse ce qu’on ne comprend pas.
Beaucoup de parents (et ça m’arrive donc pas de jugement ici) beuglent en première intention quand leur enfant fait une connerie.

Il y a plusieurs manière d’élever un enfant : la manière forte, la manière bienveillante, et tout ce qu’il y a entre les deux.
La manière bienveillante nécessite un peu plus d’efforts que la torgnole mais elle permet de ne pas traumatiser ton enfant. Parce que c’est ton enfant et que t’as pas envie de le traumatiser. Normalement. Les acquis sont plus sains, les bases meilleures qu’avec une éducation par la baffe. Mais ça demande de comprendre l’enfant, pourquoi iel réagit ainsi, quelles sont les grandes étapes du développement, etc.

La baffe, ça va plus vite, c’est très efficace pour avoir un enfant soumis, et ça coûte moins cher que toutes ces conneries Montessori en bois.

Il est plus facile d’éduquer une personne dont on connaît les mécanismes, et en 2021 je pense qu’on en connaît pas mal niveau parentalité.
La violence est facile, plus facile que de se casser le cul à analyser les comportements de l’autre. Si on ne sait pas que les capacités cognitives de l’enfant sont en plein développement, on ne comprendra pas pourquoi [insérer random galère parentale] et on s’énerve.

On a peur de ce qu’on ne connaît pas et il faut réagir à cette peur.
Les femmes (perçues comme telles) présentent un trop grand risque pour qu’on les laisse gérer seules. Mais comme on ne les connaît pas, on va parfois se demander si unetelle ne serait pas un peu une sorcière. On fait rentrer dans le rang le femmes rebelles, celles qui ne veulent pas d’enfant par exemple.

On ne laisse pas ses vaches s’échapper du troupeau, non.

Image par thejakesmith de Pixabay

🐢🐢🐢

Ça fait un moment que tu vois là où je veux en venir, hein ?

Certains mecs sont terrifiés par notre existence et la seule réponse immédiate à leurs yeux est la violence et la domination. Parce que les baffes, ça marche. Moi si on me gifle tous les jours à un moment je vais dire oui à tout au lieu de me rebeller.

ILS ONT PEUR.

Ils ont peur de celles qu’ils ne connaissent pas, et n’ont aucun intérêt à aller creuser pour savoir ce qui pose problème, car 5000 ans après, leur domination est quasi totale. La question a trouvé réponse, mais la réponse ne présente plus d’intérêt à leurs yeux, ils ont trouvé un moyen plus rapide et moins coûteux de nous asservir.

Avec le temps, nous, femmes, avons appris à avoir peur d’eux. Totalement à raison, car ils sont violents avec nous et sont violents globalement. Les hommes sont violents, oui. Ils ont été éduqués comme ça et on encourage ces comportements chez eux (“Boys will be boys”) tandis qu’on encourage la passivité chez nous. La base.

Du coup, dès que tu sors des sentiers battus, c’est la panique totale.
J’ai déjà fait un peu peur à des mecs qui me mataient dans le RER. Je les vois, d’ailleurs, à mater mes tatouages en se disant “c’est quoi cette meuf ??!”
J’ai déjà été accostée par des mecs très sûrs d’eux qui ont dû se dire (comme on me l’a déjà dit en réalité) qu’ils allaient me dresser. Je les vois de loin, eux. Mais chuis pas un cheval, mon bonhomme.

Une femme avec une forte présence va leur faire peur. Je pense aux copines et à nos sorties. Tu sens, quand on est en terrasse, que l’aura du groupe éloigne les potentiels pénibles. On est sorties assez souvent, on a été emmerdées qu’une seule fois (et on les a fait fuir après une humiliation verbale vraiment kiffante). On les fait FLIPPER 😁

Là je sors le #notallmen pour éclairer un peu le truc.
Je connais des hommes, plusieurs et bien réels, qui ont réussi plus ou moins à sortir ou s’affranchir ce ce jeu de domination. J’en ai un à demeure. Il est en train de dormir, ce salopard 😈
Ben quand tu travailles à t’extraire de tout ce système, tu apprends aussi à découvrir les femmes comme tu ne les avais pas pensées et la peur disparaît. Sans peur, tu as pas mal de chances de devenir un mec bien et un partenaire convenable.

Je fais peur à beaucoup de mecs j’ai toujours eu ce côté indomptable où ils savent qu’il est possible que je leur en colle une si ils viennent m’emmerder. En vrai, je me fais très peu aborder ou siffler dans la rue. J’ai en revanche les regards haineux. Plein. Certains de ces regards m’ont pétrifiée de peur. La peur contre la peur. Sauf que moi, je suis inoffensive. Le max que je puisse faire en terme de saloperies c’est inscrire mes ex-collègues avec leur mail pro à toutes les newsletters de sites XXX que j’ai trouvées. Le type en face de moi, celui qui a peur, peut me plier en deux. D’un autre côté vu mon état physique à peu près n’importe qui est capable de me plier en deux.

De même, je ne reçois pas de dickpic, ou de MP d’insultes, ou de MP tout court de la part de mecs pas contents. Parce que je sais répondre. Je sais les humilier. Alors ils choisissent des cibles plus fragiles, ces gros fragiles.

🐨🐨🐨

Ils ont peur de nous. C’est ce qui motive en partie les comportements violents.

Abuser de femmes endormies ? C’est autant une question de domination qu’une question d’impuissance. Une femme inerte n’est pas dangereuse. Une femme éveillée l’est. Je suis à peu près sûre qu’on retrouve un des mecs qui fait ça avant de l’attendre devant chez lui, il se planque 10 jours et finit par demander une extraction au FBI parce que de méchantes féministes vont le disputer très fort. Parce qu’en vrai, le mec se sent impuissant et tente de palier à cette impuissance en reprenant le contrôle.

Quand leur cible leur échappe, quand les femmes ont une âme, ils se sentent en danger. Il faut reprendre le contrôle, peu importe comment.

La violence est l’arme des lâches blablabla mais ça nous aide pas, tout ça. Enfin moi je m’en fous, je suis une vieille aigrie misandre.

Ce qui serait cool, en fait, c’est que les mecs se sentent autorisés à chercher comment on fonctionne. Parce que, et j’insiste, les seuls #notallmen que j’ai croisés n’avaient pas peur des femmes et cherchaient à mieux les connaître. On m’a posé des questions sur les relations, par exemple. Que répondre à ce message que je ne comprends pas ? Qu’est-ce qu’elle veut ? On décortique ensemble, on donne des conseils, personne ne se moque de personne. Moi, honnêtement, j’ai pas de souci à répondre à des questions sur les relations, surtout à des mecs, parce que je sais qu’ils sont totalement largués, parce que personne ne leur apprend. Nous on a les romans à l’eau de rose, eux ont Star Wars. Une fois lâchés dans le grand monde, ils entravent que dalle et c’est comme ça qu’on se retrouve avec des Pick-Up Artists qui font des conférences sur comment dominer toutes les femmes du monde.

C’est hallucinant de dire ça en 2021 mais, hey, réveillez-vous !
On sait pourquoi les bébés, c’est bon, vous pouvez arrêter de nous tabasser !
On a même réussi à comprendre le cycle menstruel ! Et les hormones !

Vous pouvez dès à présent agir intelligemment en cherchant honnêtement à comprendre votre partenaire ! Posez-lui des questions, éduquez-vous, bon sang, ça sera toujours mieux que nous gueuler dessus…🙄

Pis, perso, je me sens notablement PAS magique, hein. Le mystère n’est pas si épais pour peu qu’on s’en donne la peine.