Heures de réveil : pffffffff 5h10

Je disais hier, je crois, que je préférais les teufs de mon voisin du dessus ?
J’ai menti ET je l’ai jinxé 😭
En plus je suis jalouse, nous aussi, avant, on faisait la fête jusque au moins 5h10, et puis maintenant à 21h je baille ou je dors.

Grblblbl.

Ma grogne m’aura aidée à choisir mon sujet, cela dit, on va parler des jeunes de maintenant ☠️

⌚⌚⌚

J’ai encore 39 ans pour un peu plus ou moins de 8 mois. Je crois. J’ai compté sur mes doigts, c’est le résultat le plus précis que je puisse te donner.

Étant un modèle d’adulte atypique comme, à mon avis, 99% des lecteurices des billets du matin, les gens se trompent souvent sur mon âge ou ne savent pas me catégoriser (folle ? pas folle ?) je n’ai percuté que très récemment la problématique.
Je sais que “les jeunes de maintenant” mais je m’en foutais parce qu’iels ont rien à voir dans ce qu’on a pas fait avant leur naissance.

Mais sinon, wow, vous faites chier !
Parce que je suis jalouse.
😱 J’aurais tellement aimé grandir avec internet !!!

“J’aurais tellement aimé grandir avec internet !!!”
Ouais mais tu l’as pas fait. Et ton fils, oui. Il ne sait pas ce qu’est le monde de l’Ancien Temps. Pour lui, les smartphones, les PC, l’information, les vidéos, les jeux, immédiatement, c’est hin la baaaase maman ! 🙄

“Et comment vous faisiez, avant ?” avec ce petit air indigné par l’injustice de la situation.
“Bah on faisait pas, on avait des livres, la télé, la radio, la musique, tout ça…
– Mais c’est nul !!!
– Hé ho ça va hein, sois pas désagréable.”

Les jeunes d’aujourd’hui selon l’imagier mental du Figaro

⏰⏰⏰

Avec la progression (bienvenue) des idées sur le genre d’assignation et le genre d’assignation, avec la presque banalisation des coming out, on se retrouve avec des enfants qui se posent ces questions là très tôt et qui ont envie d’explorer ce domaine.
Je trouve ça génial 💜

[edit : on peut parler des transitions précoces en commentaires si tu veux mais je ne suis pas concernée][Ah, et je suis une modératrice à la hache, aussi][bonne chance !]

…mais je peux aussi comprendre le sentiment de décalage ou la perplexité, y compris au sein de nos milieux féminazguls, lorsque son enfant arrive avec ces questionnements ou décide d’entamer une transition.
On est connaît et on milite pour les personnes trans, mais dans nos têtes, on a affaire à des adultes. On s’est pas dit, hey, les ados aussi interrogent leur genre ! Et c’est idiot parce que nous aussi on a eu ces questionnements. Mais sans forcément la possibilité et les outils pour y répondre.

Alors qu’on est éduqué-es sur ces sujets, on se retrouve totalement dépourvu-es face à nos enfants, parce que ce sont des questionnements que nous n’avions même pas envisagés étant plus jeunes. J’ai eu 12 ans en 1994, j’étais mal dans mon genre mais j’avais même pas imaginé qu’on puisse performer autrement. Je suis définitivement cis, mais j’ai jamais été outillée pour aborder ces questions. Ma mère ne l’était pas non plus, ma grand-mère encore moins.

Je sais qu’on a pas inventé les personnes trans en 2018 pouf pouf magie, qu’il y a pas mal de récits de personnages qui ont questionné le genre dans l’histoire (Le Chevalier d’Eon, la Papesse Jeanne…), mais c’était pas quelque chose d’aussi connu qu’aujourd’hui. Et c’était vendu comme anecdotique, extrême, tabou, surtout. J’ai dû attendre mes 17 ans pour apprendre totalement par hasard qu’on pouvait transitionner.

Les “jeunes d’aujourd’hui” ont cette possibilité salvatrice, ça pose plein de questions et ça bouleverse beaucoup de choses. Et on est pas forcément prêt-es.

Du coup, il se passe quoi ? Réactance ! 😠
Au lieu de changer notre paradigme, on peut se sentir agressé-e dans nos croyances et s’accrocher à ce qu’on connaît. C’est le “c’est une phase” pour se rassurer. C’est temporaire, ça va s’arranger, c’est une phase (et en attendant, t’as un enfant qui souffre mais c’est une phase alors ça va aller mieux en ne faisant rien)(oui c’est du sarcasme).


⏱⏱⏱

Les jeunes de maintenant ont des outils qu’on avait pas, tout comme on avait des outils que nos parents avaient pas. Ça s’appelle le progrès, l’évolution, le level up. Heu surtout c’est vital, le progrès. Moi je suis contente de ne pas mourir de la polio ou d’avoir un lave linge à la maison, tu vois ?

Mais on a un arrière-goût…comme si on avait été lésé-es.
Offense ! J’avais pas internet à 12 ans !!!
…et en fait, c’est pas si mal parce que j’ai été une élève harcelée (surtout sexuellement) à l’école et que je ne suis pas stable émotionnellement. Je ne sais pas ce qui se serait passé si j’avais eu internet. Je pense que ça aurait été vraiment pire, j’aurais fait une excellente cible. Mais ça on y pense pas, parce qu’on a ce sentiment d’envie et de regret mélangés.

⚡ On idéalise tant ce qu’ont les jeunes de maintenant qu’on oublie les contraintes que ça entraîne.

Les jeunes de maintenant ont peur pour le climat, on leur laisse des gouvernements de merde, une situation politique totalement enkystée, une perte des acquis sociaux (Je ne sais déjà pas si j’aurai une retraite, alors mon fils…), des vieux cartons tout pourris qu’on a laissés traîner dans un cagibi le temps que ça explose pas de notre vivant 😶

L’Apocalypse en slow motion. Une dystopie. Merci maman.

Iels l’ont pas “plus facile” en tout cas, pas du tout. On va dire que j’envisage toujours des situations de pirate mais en 1994 on pouvait faire nos petits deals discrètement. Maintenant, il y a des caméras un peu partout, on est suivi-es par GPS et sinon, on a juste à mater nos posts ou messages sur les réseaux sociaux. Oui, on innove, heureusement, mais, plus prosaïquement, ta vie privée n’est plus qu’un doux rêve, je pense que tu le sais.
Et je ne parviens pas à trouver un tracker de torrents valable, surtout. Pour le coup, c’était mieux avant. Non, c’était hyper galère mais c’était pas payant.


🕰🕰🕰

🐦« C’est la décadence, les enfants n’obéissent plus, le langage s’abîme, les mœurs s’avachissent. Puisse venir le jour où l’humanité coupable finira, où les enfants ne naîtront plus, où tout bruit cessera sur la terre, où il n’y aura plus à lutter contre toutes les nuisances. »

Ipuwer de Gizeh. Sage de l’Égypte pharaonique, 3000 ans avant l’ère chrétienne. Cité par Polybe, historien grec vivant vers 200-120 ans avant Jésus.-Christ.

🐦« La jeunesse d’aujourd’hui est pourrie jusqu’aux tréfonds, mauvaise, irréligieuse et paresseuse. Elle ne sera jamais comme la jeunesse du passé et sera incapable de préserver notre civilisation. »

Trouvé sur une tablette d’argile babylonienne dont l’âge est estimé à plus de 3000 an

Moi je suis vraiment jalouse d’internet. Clairement. Je suis verte de ne pas avoir eu cet outil plus tôt, j’aurais aimé que ma passion de l’informatique ne coûte pas 10 000 balles pour un PC d’entrée de gamme (2219€ en prenant l’inflation en compte), j’aurais…

Bah j’aurais pas fait tout ce que j’ai fait à la place. J’ai aussi vécu des aventures, je me suis fait des ami-es, ce que je ne connaissais pas ne me manquait pas 🤔

📱 Ce que je ne connaissais pas ne me manquait pas, mais quand j’ai vu les premiers smartphones en main de gamines de 12 ans, j’ai été profondément jalouse. Alors que je suis adulte, j’ai beaucoup plus de moyens et mon smartphone me convient.

Beaucoup plus de moyens ça veut dire “plus que zéro”. Parce que je suis “posée” dans la vie, je vis avec des personnes que j’aime, je prends mes propres décisions et même si parfois c’est trop difficile, j’ai une certaine liberté de choix. Je suis mère de famille.
Les gens me font plus confiance que si j’avais 20 ans, mon CV est plus long, et j’ai un revenu qui me permet d’acheter plein de drogue. Plein. Evidemment, que je plaisante…🤫

On va pas refaire le match de l’adultisme parce ce que je suis contente d’être adulte et que c’est donc signe que j’ai des privilèges. Les enfants m’appellent *argh* Madame. ☠️

Je nécessite ce mug

🎩🎩🎩

Tu veux la vérité ?
Les jeunes de maintenant, iels en CHIENT DES RONDS DE CHAPEAU avec ce qu’on leur laisse, comme merdes 😨

Sauf que si on cherche à évoluer, c’est pour que nos enfants vivent mieux que nous, parce qu’on connaît la galère de ne pas avoir un moteur de recherche dans la poche.
Non ?

Les coming-out précoces ne sont pas “un délire des féministes”. On ne force pas nos enfants à faire quoi que ce soit. Par contre, si un enfant sort de la binarité, on a de quoi lui répondre et lui donner des outils. Avec des outils, on construit des choses. Et on doit les laisser construire des choses qui nous déplaisent parce que c’est NORMAL. On a fait pareil à nos parents, quel que soit notre âge.

🦦 Au passage, j’en peux plus des boomers-de-droite (j’ai dit “de droite”) qui foncent tête baissée en mode après moi le Déluge. “J’ai fait ma part, maintenant je vais m’acheter un SUV qui roule au diesel pour aller pêcher les dernières loutres de la côte Basque pour faire un manteau et un chapeau à mamie et je vous emmerde”.

Non, t’as pas fait ta part. Moi non plus.
C’est ptet ça, le fond du problème, non ?
On sait qu’on a laissé des situations s’embourber, collectivement.
On a fait de la merde, souvent.
Est-ce la culpabilité qui nous fait réagir ainsi ?
L’envie et la culpabilité ? Et la peur, aussi ?

⏳ Et si on se libérait de tout ça ?

La guerre du climat ne dépend pas de moi uniquement. C’est un sujet qui dépasse mon individualité. Je fais pipi sous la douche depuis longtemps et je n’ai pas réglé le problème.
On a une sorte de dette intergénérationnelle qui se crée. Un truc vraiment malsain issu du capitalisme, forcément. Parce que c’est le système qui faut faire tomber pour faire avancer les choses, pas les boomers ou les millenials. On ne “doit” rien, on serait plus avisé-es d’évoluer ensemble.

C’est très pratique d’opposer deux segments de l’humanité, non ?
Au lieu de se dire qu’on fait de la merde, on va s’accuser les uns les autres tout en ne luttant pas contre le vrai problème (La vie des calamars géants des abysses, t’as vu la gueule de leur bec, sérieux ? T’as déjà vu un bec de calamar ? Ce sont des instruments de mort !!!). Comme d’habitude, oui. On clive pour faire perdurer le truc.


⏲⏲⏲

Donc si tu veux bien, on va dire qu’on fait la paix. S’il te plaît.
Ouais on est jalouxses. On aurait bien aimé. Mais on se pourrit la vie et on pourrit la leur au passage. Iels ne sont pas responsables de la situation du monde, NOUS le sommes un peu plus.

Et surtout, l’ennemi commun, c’est pas les jeunes, c’est Santiago et le capitalisme. C’est à mon sens le plus important : faut lutter ensemble, jeter par dessus bord la jalousie, l’envie, la peur, recommencer à échanger et surtout TOUT CRAMER 🔥🔥🔥

Parce que merde, à la fin, nos ancêtres ne se sont pas emmerdés à trouver comment trouver et apprivoiser le feu pour pas qu’on s’en serve ! 🧐