Heures de réveil : 3h14, 4h03 (harcèlement félin)

Je dis harcèlement félin car c’est chaque nuit depuis notre première adoption. A partir de 2008 j’ai eu bien plus plus que de banales insomnies matinales pour bien plomber ma vie. J’ai eu au pire deux miauleuses de l’extrême et un pissounours qui s’en prenait à mon intégrité physique et mentale avec ses projections malodorantes. Alors que c’est même pas moi qui change sa litière.

Je veux dire, c’est chaque nuit, quoi. Quand une personne que je ne nommerais pas (l’autre adulte de la maison, oui, toi) oublie de remettre des croquettes ou de changer la caisse, c’est quand même moi qui paye. Je dois être la femelle chat alpha ou un truc du genre. J’ai la main sur les commandes zooplus, F34R !

Donc chaque nuit, mais sans exception ou alors c’est parce que je suis rentrée à 4h du mat complètement déchirée. Du coup il n’est techniquement plus 3h du matin, j’ai techniquement gagné, mais je me relève souvent, toujours complètement déchirée, pour leur filer à bouffer. J’ai eu de très beaux moments de céréales dans les bols, de café qui coule sans mug en dessous, j’ai même goûté une croquette un matin par erreur ou tenté de touiller la pâtée. Alors quand je me levais et que je faisais en plus un biberon…ben non, j’étais réellement en pilote automatique et j’avais pas picolé et fumé toute la soirée.

Ces chats n’ont que leurs miaulements et leur urine fétide pour m’indiquer qu’ils ont la dalle ou qu’ils ont besoin de quelque chose d’autre, mais de préférence de la bouffe.
Mon bébé (qui a 6 ans maintenant 😭 ) n’avait que ses hurlements et ses couches fétides pour me faire comprendre que c’était l’heure de la bouffe ou du change.


😽😽😽

Je suis toute-puissante pour eux. J’ai les mains pour ouvrir les boîtes de pâtée et pour préparer des biberons. Je dis pas pour les chats mais si on laisse un bébé seul quelques jours, il ne s’en sort pas par miracle.
C’est moi qui dis quand et où je les nourris et je les soigne. Je peux décider de changer de marque de pâtée ou de lait en poudre si je le souhaite.

💠 C’est clairement moi la dominante en terme de félins et d’enfant. Alors je reçois leurs messages : amour, câlins mais aussi reproches, demandes, requêtes, insistance. Mais c’est à moi de traduire la demande.

Est-ce que réveiller quelqu’une chaque nuit est du harcèlement ?
Si c’est ton enfant, jamais tu ne vas dire ça, non ? Pourtant, le réveil de 3h14 il fait mal, je t’assure, surtout quand on a déjà des insomnies matinales. Je compte sur les doigts d’une main mes nuits complètes depuis…oh merde, je viens de retirer les nuits où je rentre déchirée. Moins de 8 nuits complètes en 6 ans.

Mais ce petit monde dépend de moi. Je ne peux pas dire “Ah bah finalement tu ne manges pas”. Je pourrais le faire, je ne le fais pas, parce que je les aime et que j’ai envie qu’ils vivent heureux.

Alors, je râle, mais je réponds à la demande. Le plus tard possible, concernant les chats, parce qu’après ça les décale, mais je peux les nourrir avant si je le souhaite. Pas immédiatement concernant l’Enfant parce que La Vie, mais aussi parce que ça lui apprend à ne pas avoir tout tout de suite.


😺😺😺

Certaines nuits je jetterais bien mon oreiller à Monsieur Pissounours. Ça m’est arrivé mais il me faudrait genre un oreiller-harpon parce qu’après j’avais l’air con, moi, obligée de me lever quand même pour récupérer mon oreiller.

Quasiment chaque matin, je me lève bien plus tôt que l’heure de la bouffe. Ils s’en foutent : je suis levée. Ils ont monté des actions coordonnées pour à la fois miauler à l’infini et gratter des surfaces lisses avec ses papattes. J’ai même eu clairement la menace “Si tu ne donnes pas à manger maintenant, on réveille le petit !” devant le petit en question.

Ils en sont revenus, le réveil du petit signifiant retour dans la boucle biberon/colique/reflux/galère ou “l’Enfant est réveillé, tous aux abris !”. Ils savent que s’ils réveillent mon amoureux, ça va chier, alors ils ciblent précisément ma pomme, chats ou enfant.

Certaines fois, je me lève de très mauvaise humeur. Parce que je n’ai pas réussi à m’endormir avant 2h du mat et que je me réveille à 3h14. Je râle, je tempête, et gnagnagna.

💠 Chaque matin, pourtant, je les nourris. Je ne peux pas ne pas les nourrir, tu comprends bien. Je ne peux pas dire “Ah ouais en fait j’ai décidé de vous bloquer sur Twitter pour la journée et…”


😼😼😼

Ooooh oui c’était un piège. Bien vu 😁

Est-ce que mes chats me harcèlent ? Est-ce que mon fils me harcèle parce qu’il attend le patch de Penko Park qui est en retard et que je dois vérifier quasi tous les jours depuis le mois de mai si il est sorti (il sortira “en septembre” mais c’était juillet avant, donc bon) ?

💠 Ou bien est-ce là une expression de leurs besoins ?

C’est leur seule manière de communiquer avec moi. L’Enfant a appris à parler mais il a encore des moments où il gnognote et où je dois deviner out of the blue les plus sombres de ses pensées.

Je ne met plus de réveil depuis quelques longue années, y compris quand je dois aller au travail, tant leur régularité est heu…régulière. Aussi fiable qu’un tronc d’arbre bien au sec et à l’abri des termites.
C’est chaque matin chaque matin chaque matin chaque matin. Tu le sais si tu suis la page depuis un moment. Chaque. Matin. De. Ma. Vie.

Pourtant, je ne m’estime pas harcelée. Ils m’ennuient, je soupire souvent, je râle, j’en ai marre de la vie, mais je leur file à bouffer. Parce que si je ne leur file pas à manger, ils meurent.

Et quand je file à bouffer, bizarrement, ça se calme.
Tu sais, un autre truc qui calme les enfants ? Les écouter. Les écouter se plaindre, geindre (à raison) que le monde est injuste. Écoute, reformulation, validation, éventuelle sortie de crise. Comme avec tout le monde, en fait. Parler dans le vide, hurler sans rien en retour, c’est frustrant.

Alors on gueule plus fort. Parce qu’on est pas en position de force. Parce qu’on a pas le tabouret magique qui mène au placard à gâteaux.

💠 Je suis la cheffe de groupe, c’est moi qui décide. Je peux décider de ne pas les écouter et continuer à leur donner cette pâtée qu’ils détestent pour qu’ils puissent continuer à la vomir dans le couloir. Mon “poids” dans la cellule familiale est assez lourd. C’est moi qui domine, ici.

Nederland, Rotterdam, 30 September 2011
Foto: Marie Cecile Thijs
His Majesty
Majestic Cats Series by Marie Cecile Thijs

🙀🙀🙀

⚠ SHIKASHI ! En adoptant des chats, en mettant au monde un l’Enfant, j’ai signé un contrat invisible. Je me suis engagée à les soigner, les aimer, les nourrir pour toujours, ou tant qu’ils en auront besoin.

💠 C’est ma responsabilité en tant que dominante d’assurer leurs besoins.

Même si ça me fait pas spécialement plaisir d’être réveillée en pleine nuit par une chatte qui me ronronne fort à l’oreille en faisant papattes sur les parties molles de mon anatomie, j’ai signé. J’ai les avantages ET les inconvénients.

Je peux pas me défiler, je peux pas dire “Ah ouais finalement non”. Mon éthique m’empêche de laisser ma famille crever de faim. Je DOIS les nourrir.

Être dominante ne signifie pas que je peux m’affranchir de tout. Il y a la loi, déjà, et puis il y a la considération pour autrui. J’ai envie que chats et Enfant se portent bien. Je n’ai pas envie qu’ils soient malheureux ou qu’ils meurent de faim.

💠 La position de domination implique des RESPONSABILITÉS

Je ne peux pas m’affranchir de ces responsabilités en disant que finalement, non, j’ai pas envie. Enfin, si, je peux le faire, justement, mais il y aura des conséquences. Les chats miauleront plus fort, l’Enfant cassera tout et ils formeront l’Internationale de la Pâtée ensemble.

Ça m’ennuie qu’ils me coupent mes nuits comme ça, oui. C’est même un emmerdement que je qualifierait de majeur. J’aimerais bien dormir jusque 6h00, me réveiller avec mon réveil, me lever tranquille et aller me faire mon café. Franchement, ça serait vachement plus confortable.

On m’a dit “Tu n’as qu’à les ignorer”.
Je suis passée experte dans la technique de chasseuse “Feindre la Mort”, mais ça rate 90% du temps. Ils savent que je les entends. Hier je me suis réveillée et levée pour moins fort. Impossible que je ne les ait pas entendus ce matin. Alors ils persistent, jusqu’à ce que je me lève, souvent agacée.


😸😸😸

Que vaut mon agacement de dominante ?

Je ressens cet agacement, genre bien bien. Des fois j’ai vraiment envie d’envoyer tout le monde bouler mais je ne le fais pas, parce que blabla les responsabilités blabla.

Mon agacement de dominante ne vaut rien si je me suis engagée préalablement à effectuer ma partie du contrat. Moi, je suis agacée parce qu’on me réveille. Eux sont affamés. C’est pas tout à fait le même enjeu. Je ne risque pas ma vie, eux, si.

Tu vois ce que je veux dire ?
Oui, ça me fait chier de me lever chaque nuit, mais c’est la partie chiante de mon job de maman et de maman à chats.

💠 On peut pas “juste dominer”, ou alors on est simplement irresponsable. La domination c’est pas un paquet cadeau qui fait magie je fais ce que je veux.

Bah ça, c’est pas acquis pour les humain-es, on dirait.

Il est 5h22, Miki sait qu’elle aura son manger à 6h, et pourtant, comme chaque matin, elle me tourne autour en couinant. Elle a LA DALLE et je suis un monstre parce que j’attends 6h pour ne pas les décaler trop. Je préfère qu’ils aient des horaires de repas fixes, pour eux et pour moi. Encore une décision arbitraire pour eux qui fait sens pour moi, car je pense à mon propre confort.

COUPABLES !

😾😾😾

Alors tu vas me dire que, souvent, les dominants humains font de la merde sans gérer derrière. Et oui, tu as raison. Parce qu’on lit le côté “avantages” et pas le côté “responsabilités” du mode d’emploi. Personne lit le mode d’emploi.
(Allez, rassure-moi, je ne suis pas la seule à lire et conserver toutes les notices d’utilisation…)

Est-ce que ça veut dire que je dois moi aussi faire de la merde et ne pas respecter mes engagements ? Certainement pas.

💠 Je n’ai pas envie de faire comme ceux qui me dominent, j’ai justement envie de casser la chaîne parce que je sais quelle est l’injustice quand on est dominée.

Je ne veux pas reproduire ces comportements toxiques. Je veux faire autrement, écouter et aider si je le peux. Alors, quand ça miaule ou que ça appelle, je respire un grand coup parce que je suis sans doute ankylosée et que ça va me faire super mal, mais je me lève et j’y vais.

Et, sauf pour ce matin, je ne parle pas de “harcèlement” parce que c’est TOTALEMENT INDÉCENT. Ce sont des individus que j’aime, que je respecte, dont je veux prendre soin.

C’est ptet ça qui pêche.
💠 Comment te comporter quand tu es dominant de type mâle cis blanc et que le monde entier te réclame des choses ?
🧔 Tu peux, par exemple, mettre des bouchons d’oreille.
🧔 Tu peux ignorer les cris et miaulements chaque jour jusqu’à ce que ça se taise.
🧔 Tu peux gueuler contre chats et enfants avant de retourner te coucher.
🧔 Ou alors tu respectes ta part du contrat et tu nourris les personnes qui dépendent de toi.

C’est même pas question d’amour, même si l’amour aide à l’insomnie. C’est vraiment question de responsabilité.

Photo de Clark Tibbs sur Unsplash

🐸🐸🐸

Admettons que je sois un Youtubeur célèbre qui peut vivre de son travail (ce point est important). Est-ce que si on me dit que je dis de la merde, c’est une forme de harcèlement ? Est-ce que c’est de la faute des gens si je fais un type de contenu qui ne leur plaît pas ?
Surtout, si autant de personnes se mettent à râler à l’unisson, c’est qu’il y a peut-être un problème ? Je fais quoi ?

Ah, oui, dans le lot, y’a des gens qui me gonflent. Mais ces personnes font partie de ma communauté, je ne peux pas juste les bloquer. Ah, si, en fait. Je pourrais les bloquer. Et puis ça règlerait mon problème pour toujours, genius.

💠 Je publie du contenu, j’ai des retours. Enfin, les autres, sur cette page vous êtes toustes choupi-es. Mais je m’expose, en publiant ce contenu. Je donne de moi, et j’en suis responsable.

Il est arrivé que mes mots heurtent. Mon intention on s’en fout. Si mes mots heurtent les alliées, je m’excuse et je vais réfléchir dans mon coin. Il m’est souvent arrivé ici d’avoir des échanges intéressants qui m’ont fait soit changer d’avis, soit reconnaître une erreur, soit prendre connaissance d’autres éléments. Je lis tout. Je ne réponds pas toujours mais je lis absolument TOUT.

💠 Et non, je ne discute pas avec les masculinistes ou les fachos. Parce qu’ils sont dominants et nous laisseraient, eux, crever la gueule ouverte s’ils le pouvaient. Dans ce cas de figure, ils sont plus haut sur l’échelle invisible du patriarcat et du capitalisme. C’est à eux de m’écouter, c’est pas à moi de me mettre à lire leur propagande fasciste parce qu’on me le demande.

Après tout, moi, je veux que les gens vivent, pas l’inverse.

🦊🦊🦊

Les rapports de domination c’est compliqué et simple à la fois. Je n’écoute dans tous les cas pas les personnes qui ont une idéologie qui voudrait tuer ou laisser mourir les copaines. C’est sans doute complètement idiot (ou pas) mais parmi les personnes dont je respecte le plus la parole, il y a les personnes plus opprimées que moi. Quand je dis “la parole aux concernées” je ne plaisante pas.

💠 Ce sont les personnes concernées et opprimées à qui je dois dédier mon temps, pas à celles qui ont déjà tout.

Si une personne racisée me dit “Tu es raciste” ça me fait mal à mon petit cœur mais ce n’est pas entièrement faux. Si on me dit “Arrête de prendre l’exemple des réunions non-mixtes entre personnes racisées pour parler de non-mixité”, je réfléchis, et je le fais parce que c’est cohérent et que c’est une demande des personnes concernées. C’est chiant parce que c’était bien pratique, m’enfin, le respect c’est pas tellement une question d’être pratique ou pas.

Il y a assez longtemps, je me souviens des discussions autour du terme “trans”. Il y a eu pas mal de tergiversations, entre trans* avec une étoile, transgenre, trans sans étoile. J’ai conservé le dernier car j’ai lu un texte (que je ne saurais pas retrouver évidemment) qui expliquait assez bien les choses. Je me suis dit ok, on fait comme ça.

Et je suis repassée sur mes 127 articles de blog pour basculer tous mes textes en inclusif et détecter comme je le pouvais les éléments problématiques. Ça m’a pris deux jours pleins. Je l’ai fait, c’était chiant. Mais je l’ai fait.

PARCE QUE C’EST NORMAL

💠 Parce que c’est ma responsabilité : je publie du contenu, je suis responsable de ce que je publie.


🐭🐭🐭

Et ça m’arrive assez régulièrement qu’on me dise “ton texte m’a fait pleurer”. Bah je m’excuse. Je demande si j’aurais pu faire autrement, si je peux faire quelque chose pour réparer. J’ai pas envie de te faire pleurer, moi.

Je vais pas bloquer les gens de ma page parce que JE les ai touchées.
C’est à moi de faire le Service Après Vente des Monologues (NAN je viens pu aux soirées 😭), si je blesse une personne et qu’elle me le dit, je vais pas faire genre “Mais non ça va aller” pour ensuite l’ignorer. Bon, j’ai pas toutes les notifs et je rate quand même des messages, mais là aussi c’est à moi de me bouger le cul et d’aller voir si j’ai des messages.

💠 On est RESPONSABLES de ce qu’on produit et des conséquences de ce qu’on produit. Si je fais un texte de merde, tu vas me le dire. Je ne vais pas forcément tout changer pour tes beaux yeux mais si une erreur récurrente est relevée, c’est à moi de mener l’action corrective.

Mais là, je sais pas, on est dans le virtuel alors osef.
Osef des autres, osef des voix, osef de tout.
Osef ça veut dire “On S’En Fout”, maman.

Je sais pas.
Si 100 personnes, qui ne se connaissent pas, qui sont de tous bords, te disent “Meuf, tu déconnes à plein tube là” je vais me poser des questions. Pas dans tous les cas. Si 50 random cis dudes viennent essayer de me souffler dans les bronches je vais les envoyer chier car ce sont des ennemis politiques et, surtout, des dominants. Je ne réponds pas aux demandes des dominants. Sauf si on me paye (cher) pour. Aux dernières nouvelles, je gagne pas un sou sur cette page.

💠 Si tu es imperméable à la critique, tu t’exprimes à sens unique, pour un public conquis et captif. C’est un choix comme un autre, mais c’est surtout un choix curieux quand on promeut le “débat”.

Et dans ce cas-là, c’est assez compliqué de se faire passer pour une personne ouverte à la discussion.

Si ton ouverture à la discussion ressemble à ça, va bien te faire foutre.

🐱🐱🐱

Les couinements ont cessé : les chats sont repus. Et silencieux. Je les ai écoutés, je les ai nourris, ils ont même eu des caresses sur la tête et tout ça.

L’Enfant va se lever. Il sait maintenant utiliser l’escabeau magique pour se servir son petit dej tout seul et il en est très heureux. Il m’a dit “je veux être grand” à peu près un milliard de fois, et je l’aide à le devenir, parce que j’ai une responsabilité éducative, émotionnelle et parentale vis à vis de lui.
Jusqu’à présent, il était trop petit, il a continué à réclamer de l’autonomie sans avoir les facultés cognitives et motrices pour réaliser l’exploit, alors je lui ai expliqué comment on grandissait, que c’est frustrant, de grandir. J’ai épongé ses colères et ses déceptions, et pas QUE parce que je l’aime à l’infini. Parce que c’est mon boulot, de faire ça.

💠 Les chats ne me harcèlent pas. Ils réclament à manger, des gratouilles, une litière propre et de l’amour.
💠 Mon fils ne me harcèle pas. Il réclame à manger, des câlins, de l’attention et de l’amour.
Tout ce petit monde est là à cause, ou grâce à, moi. Du coup, je m’en occupe. Parce que c’est mon boulot, de faire ça.

💥 Parce que JE suis la dominante et j’ai la responsabilité de leur bien-être.

On peut pas s’affranchir de la critique ou de la responsabilité aussi facilement. Enfin, si, on peut, manifestement. Mais est-ce souhaitable ? Qui est-on pour dire ne pas être responsable de son contenu ?

Tu peux pas avoir que les trucs bien ou que les emmerdes, surtout lorsque tu gagnes ta vie avec ton contenu. Ouais, c’est chiant. Les gens vont venir demander des comptes quand tu merdes et C’EST LE JEU.

Moi aussi, quand je bossais, ça me collait des sueurs froides quand on était down après une mise à jour et que mon téléphone se mettait à sonner parce qu’à 1M de vues par mois, l’enjeu est important. Je n’ai, de mémoire, depuis 2004 et dans le cadre professionnel, raccroché au nez qu’à deux personnes. Je n’ai élevé la voix que 3 ou 4 fois pour stopper une logorrhée. Pourtant, j’en ai eu, du lourd. J’ai eu des insultes, souvent, des gens très agacés (normal quand tu appelles le SAV), j’en ai eu des désagréables au possible et qui ne voulaient parler qu’à moi. Entre 20 et 180 appels par jour selon le poste, chaton.


🦖🦖🦖

Bah j’ai fait mon travail.
J’ai dit d’accord, oui, on est nuls, je sais, je comprends, bon, on va ouvrir un ticket toutes les deux, on va remettre ça à plat, on va y arriver. Mais non, vous êtes agacée, je sais bien, ne vous excusez pas, je le serais aussi à votre place.

Pis après tu vas fumer/vapoter en furie pour te calmer parce que tu as réussi à feindre pendant 20 mn et que tu ne peux plus, là. Et t’y retournes.

Est-ce que mes clients/collègues me harcelaient ? Non. Je faisais mon boulot. Parfois j’ai utilisé ce mot, notamment pour 2 directeurs à la con qui m’envoyaient 48 mails et m’appelaient 6 fois par jour (“Heu, patron, vous m’empêchez de bosser, là”), mais c’était accompagné de “moral” ou “sexuel”.

💠 Quand un client m’appelle tous les jours pour un truc, je ne lui en veux pas, je fais la même chose pour relancer les collègues qui prennent pas la demande en compte.

Donc merde, à la fin (oui, c’est la fin, enfin).

Quand une personne dominée interpelle un dominant sur un contenu indigne, elle ne harcèle pas. Elle ne harcèlera pas non plus si elle le fait à chaque sortie. Elle attend une réponse et ne lâchera pas l’affaire tant qu’elle ne l’aura pas.

Faut arrêter de se poser en victime maintenant, merde. On est responsables de notre contenu. On ne peut pas tout se permettre. Et si on nous interpelle, on ne couine pas au harcèlement.