Heure de réveil : 1h49…

Chuis un peu loin, là, mais en repensant à ce sur quoi je voulais écrire, ça m’a requinquée, comme dirait ma grand-mère.

“Critiquer le mâle blanc hétéro de plus de 50 ans c’est être raciste 4 fois”
– Frédéric Beigbeder

🐓🐓🐓

Holy shit 😆

Sur la photo tu le vois presque pleurer devant tant de méchanceté.

Perso, je pleure parce qu’il ne connaît pas la définition du racisme et que cette phrase est le nectar de male tears ultime. C’est presque artistique. La citation, la photo (je ne mets pas en gros plan parce que j’ai pas envie de revoir sa tête en grand chez moi pour 16 relectures, merci), le Figaro, TOUT est pur, TOUT est parfait, émouvant et hilarant.

Bon.

Je pense que ce type a bien compris les notions d’oppressions systémiques, mais on sait jamais.

Le fait qu’on te dise que tu es blanc n’est pas une insulte ni une oppression à ton encontre. Tu es blanc comme mon cul, deal with it. La notion de couleur de peau, d’ethnicité ou de racisation n’auront plus court quand le racisme aura disparu de la surface de la planète. En attendant, les personnes racisées sont moins bien traitées que les personnes blanches, c’est un fait, c’est établi par trouzmille rapports de trouzmille instances qui ont pondu trouzmille tableaux et statistiques. Le racisme existe, sinon tu ne l’utiliserais pas pour chouiner.

Donc tu reconnais l’existence du racisme mais tu l’utilises pour te victimiser alors que tu n’es pas concerné. Ce qui fait un peu de toi un raciste imbu de lui-même.

On va répéter ensemble :

“Le racisme anti-blanc existe tout autant que les scrupules des Balkany envers l’argent public”

🦄🦄🦄

Continuons.

Dire que tu es un homme est raciste ? Ton âge est soumis à la racisation ? Ton orientation sexuelle intéresse encore quelqu’un ?

Inepte, mais je pense saisir ce que tu veux dire.

Tu détournes les conventions soit-disant “wokes” en les poussant à l’absurde pour démontrer à quel point on est un ramassis d’illétré-es violent-es vis à vis de nos chers dominants. Car dominant, tu l’es, de par ton statut social et de par ton exposition médiatique. Tu sais qu’en disant ça tu vas rassurer les vieux mecs blancs de droite qui achètent tes livres. Tu prends soin de ta fanbase et tu stabilises ton opinion en l’exposant dans la presse à coup de citations comiques telles que celle-ci.

“Ohlàlà quel trublion, prenez ça dans les dents, les gauchiasses !”

…sauf qu’en fait, on a surtout ri et on s’est méchamment moqué-es de toi. A ce stade, c’est même plus blessant, c’est presque drôle. Ok, C’EST drôle. J’avoue. J’ai ri.

J’ai ri et toi tu encaisseras les chèques de ton éditeur, chèques qui serviront à entretenir ton train de vie et ta position perçue comme supérieure. Pauvre homme.

“Mes actes ont des conséquences, bouhouhou 😭”

🦖🦖🦖

“Je suis au delà de la mêlée et je pousse à l’absurde en me riant de vous hahaha”

Non. En vrai, tu veux juste continuer d’avoir une existence médiatique et tu te sens pas de te lancer dans le porno comme Houellebecq donc de temps en temps tu sors des conneries pour que le monde se souvienne de ton existence. C’est triste de ne pas exister en dehors des médias, mais bon, c’est ton boulot, je t’en veux pas trop de ressentir intensément l’inexorable pression de tes pairs pour rester à flot dans le monde impitoyable de la Littérature Française.

Et je dis ça en ayant lu, comme pour Michel, plusieurs livres que tu as fait publier. J’ai mon exemplaire broché de “99 Francs” en bibliothèque, oui, tu es dans ma case of shame littéraire à côté d’un bouquin qui parle de Feng Shui.

99 Francs m’avait beaucoup plu, j’étudiais l’infographie et une passerelle était dans les agences de com donc ça m’a parlé. Je ne l’ai pas relu, comme beaucoup, de peur du cringe intersidéral qui transforme une belle expérience en regrets. Je préfère garder ce bouquin tel quel.

Puis, je sais pas, avec l’âge t’es devenu de moins en moins cool. Et je dis ça en n’ayant que 17 ans de moins que toi, ce qui, à l’échelle des temps cosmiques ou de la différence d’âge avec tes diverses épouses, n’est pas grand chose.

Le côté vieille aristocratie bourgeoise a fini par prendre le dessus, et comme dirait mon père citant un autre mec célèbre : “La vieillesse est un naufrage”.

🦞🦞🦞

N’empêche, tenter de se victimiser de la sorte, c’est quelque part un exploit, une prouesse, est-ce un roc, un pic, un cap, une péninsule ? Non ! C’est Frédéric Beigbeder en fausse PLS, feignant l’agonie d’un monde fantasmé dans un mouvement de danse contemporaine peu flatteur mais très explicite.

On doit faire quoi, du coup ? Arrêter de te dire que tu es un mec blanc cisgenre (tu as oublié, ça) hétéro de plus de 50 ans ? Sinon ça froisse ta petite susceptibilité de dominant ? Je peux comprendre ça, aussi, après tout tu coches CHAQUE case du bingo, c’est pas de ma faute.

Un des trucs qui peut te gêner c’est de se dire “Et si Beigbeder était né prolo, aurait-il réussi à publier ses bouquins ?”
C’est vrai que ça retire au challenge que d’être né favorisé, un peu comme si tu devais tout à papa-maman et que ton succès n’était aucunement lié à ton extraction sociale. Un peu vexant, même. Si ça se trouve, le monde va découvrir que tu es dépourvu de talent et que tu es juste un opportuniste super edgy qui fait son beurre sur une provoc de moins en moins légitime ?

Après tout, tu fais rire et tu caresses les autres dominants dans le sens du poil, ça fait un moment que ta provoc n’est plus percutante. Regarde, même là, dans les “4 racismes” (titre !!!) tu floppes comme un sauvage. Tu te penses hors de tout, dans l’absurde poussé à son paroxysme, alors qu’en vrai tu réconfortes juste tes éditeurs.

Biclassé Katerine Pancol ❤️

🦈🦈🦈

C’est un peu triste, finalement. D’en arriver là.

Le ridicule ne tue pas et c’est bien dommage, je serais libérée de la vie et toi de la tienne, on gambaderait dans les nuages en s’insultant et on rirait, on rirait !

Mais nan. Tu chouines au Figaro comme tu chouines chez Causeur ou dans Valeurs Actuelles. Tu chouines comme un type qui se réalise de droite sur le tard et qui le vit mal. Merde. Tes potes avaient donc bien raison, tu es de droite, la lose. Nan, je comprends, je comprends, je le vivrais super mal si ça m’arrivait. Tu crois que tu as des principes puis tu as des enfants. Un jour tu critiques la bourgeoisie, le lendemain tu râles car tu payes trop d’impôts.

Ouais, c’est triste, j’en conviens. On assiste au naufrage d’une intelligence qui, si elle n’est pas rare, n’en existe pas moins.

C’est un peu la même trajectoire que pour les autres mecs blancs hétéros que je regardais ou lisais dans les années 2000.

Attends, il y a 3 jours j’ai vu Karl Zéro sur Radio Courtoisie sur Tik Tok, steuplé. Karl Zéro. Le mec que je pensais ultra subversif avant et que je trouve juste pitoyable. C’est sans honte que je dis aussi que je matais Ardisson et Fogiel à la télé avec grand plaisir dans ces mêmes années. J’ai même vu en direct Dieudonné avouer son antisémitisme. A l’époque, j’avais juste trouvé ça gênant, sans vraiment percuter le reste.

🐙🐙🐙

Le reste, c’est qu’on a plus ou moins bien vieilli. Curieusement, les mecs blancs cis hétéros de plus de 50 ans penchent de plus en plus à droite avec le temps avant de se vautrer totalement dans l’idéologie bourgeoise arriérée qu’ils satirisaient dans leurs jeunes années.

“La terreur féministe” les a sortis de leur torpeur, leur donnant un nouvel objectif : que tout reste absolument pareil pour ne pas perdre ses privilèges.

La terreur féministe va te dire, par exemple, que tu te la joues daron en épousant une meuf née la même année que la parution de ton premier livre. Et alors ? Et alors, perso, je m’en fous, de ta vie privée, mais ça doit pas faire plaisir quand on te rappelle ça. Tu veux des meufs jeunes et malléables, poursuivant la tradition du vieux dominant qui se permet de, sans vouloir qu’on te le dise.

Ouais, ça fait chier qu’on te le rappelle. Dominant. Le mot de la honte alors que tu profites au max de ta position dominante pour faire infuser des idées de merde dans les médias. Tu refuses d’être dominant, parce que ça fait de toi le vainqueur et que ça contrecarre ta rhétorique larmoyante du créatif en souffrance victime d’un monde si injuste.

Ici, le monde est injuste parce qu’on te qualifie tel que tu es.

C’est comme quand un copain de l’Enfant m’a dit “Oui mais vous êtes riches”. Ma première réaction a été de dire “Ouhlà non, pas vraiment, en fait…” avant de réaliser que tout était relatif. Mais ma première réaction a été de refuser ce qualificatif qui me plaçait là où je ne voulais pas être.

Tout s’explique !

🍄🍄🍄

Tu vois, je suis une femme blanche cisgenre hétérosexuelle de 40 ans, et ça ne me pose pas trop de souci que de le dire. J’ai des privilèges, j’en ai plein. La question est de savoir ce qu’on fait de ses privilèges. Moi, j’ai décidé d’aider les luttes sociales autant que je le pouvais. J’ai déjà reçu des “t’es une blanche, de toutes façons” et ça m’a blessée, sauf que c’était fondé. J’ai pris des baffes parce que je ne prenais pas suffisamment en compte l’aspect racisation dans mes productions, c’était désagréable mais nécessaire. On m’a dit qu’utiliser l’exemple de la non-mixité entre personnes racisées était bien cavalier, j’ai dit oh merde, j’ai réfléchi, j’ai compris pourquoi, j’ai eu honte, et c’était plié.

Tout ça n’est qu’une question de fierté mal placée.
Ouais, se faire reprendre ça craint. Des fois on se sent mal dedans soi et tout. Mais sans aucune contradiction, on finit par faire de la merde hors sol d’entresoi sans même le réaliser pleinement. Exactement comme là, maintenant.

T’es vexé ?
Il y a de quoi.
Parce que se dire victime du racisme quand on est Frédéric Beigbeder c’est quand même bien la honte…