Heure de réveil : 4h36 (chat)

Dèche de litière, réveil avec une tache d’humidité dans le dos, ça sent (haha) le chat qu’a pissé parce que sa litière était sale.

HOLY FUCKING SHIT DE SA DARONNE EN CHOCOLAT 🥶😱

J’ai perdu un disque dur.


Le disque dur avec toutes mes données. LE disque dur.
Il a juste fait “pouf pouf disparition” pendant la nuit.
Bon, j’ai des sauvegardes (j’ai tellement de chance avec le matériel que j’ai un abo cloud pour tout sauvegarder sur tous mes appareils que je pète régulièrement) mais merde, merde, merde.
Il avait été effacé “par mégarde” par l’installation de Windows 10

Je crois qu’il faut se rendre à l’évidence (et j’ai des indices depuis quelques semaines), ce PC initialement monté en 2007 (on a changé des trucs dedans au fur et à mesure, au fil des pannes plutôt) atteint sa fin de vie.

Pile au moment où j’ai pas de thunes. PAR-FAIT.

(Ce billet sera long, enfin, il EST long, j’en suis à 3064 mots et j’ai découvert la limite de caractères de Google Keep. En fait j’avais fait un article jamais publié sur les écrans et les enfants, j’en profite pour le publier et me la couler douce ce matin. Ouais.)

🌎🌍🌏

Mon PC, c’est un bout de moi.

Les gens “normaux” ont vraiment du mal à comprendre ça, moi j’ai du mal à comprendre comment iels vivent sans.

J’ai un temps d’exposition aux écrans qui explose tous les compteurs façon puzzle.
Si j’étais un enfant, ma mère prendrait super cher de la part des parent-es sans écran.

On a eu des sessions de jeu sur WoW ou The Secret World (TSW) absolument dantesques, genre à s’obliger à aller dormir à 3h du mat pour reprendre le jeu à 10h, et ne faire que ça de la journée. J’imprimais des docs, j’ai fait des tableurs pour calculer notre équipement et les stats, plus généralement on a passé des heures, des jours, à optimiser notre stuff1.

On a de très bons souvenirs d’instances (donjons, en gros tu pètes des boss et tu as des récompenses qui valent parfois la peine) de la galère (surtout sur TSW, certaines stratégies étaient vraiment hardcore) où tu retente 10 fois un boss avant de le tomber…des souvenirs de Nouvel An en ligne, des souvenirs d’aggro de la mort de la mort. Tout ça.

Tellement d’heures sur ce jeu…

Je ne sais pas pourquoi les souvenirs qu’on se fait en ligne seraient “moins valables” que ceux qu’on se fait dans la vie. C’est presque une insulte, en fait, de dire ça.

J’ai rencontré mon mari sur un forum en 2007. On a appris à se connaître en ligne, on a beaucoup chatté, on a fait des “IRL”2 et beaucoup de nos ami-es viennent de ce cercle.

👾👾👾

Certain-es sont devenu-es potes IRL, d’autres sont devenu-es nos témoins de mariage.

Ça me heurte toujours un peu quand on me dit que ce qui se passe en ligne n’a pas de substance. Si, ça a de la substance. Si tout les souvenirs et expériences qu’on s’est faites en ligne comptent pour du beurre, alors je suis con comme un cale-porte.

Dans ce cas, les expériences et souvenirs de JDR3 on en fait quoi ?
Est-ce que ça compte pour du beurre aussi ?
Ben non. Parce que, au delà de l’aspect “jeu”, il y a plein d’autres choses qu’on ne soupçonne pas.
Une campagne4 de JDR peut souder un groupe de potes, ou l’éclater. Tu as un esprit d’équipe très fort, tu vis des expériences.

Des expériences imaginaires, et ?
Le cinéma c’est imaginaire, non ? En plus tu peux même pas changer le scénario dans les films…

L’idée c’est que le jeu permet de développer certaines de ses capacités : réflexes, attention, réflexion, astuce, pugnacité…

Tout ça est acquis en jeu, et a une vraie substance. Ça fait longtemps que le jeu est considéré comme un formidable outil d’apprentissage. Les MMORPG (jeux de rôles multi-joueurses en ligne) n’échappent pas à la règle. Animal Crossing non plus.

🤖🤖🤖

Pis les ami-es.

Quand tu te sens mal en soirée ou en groupe, le fait de passer à l’écrit permet plein de choses. Là j’écris en peignoir moumoute et pyjama, par exemple, et tu n’en sais rien ! Enfin si, maintenant, tu le sais.

Je suis contente d’avoir un outil qui me permet de partager mes billets.

Ce que je veux dire c’est que je suis assez souvent honteuse. Surtout quand on me dit “pas d’écran avant 3 ans”. Ah ouais en fait l’enfant est privé d’écran et moi aussi…
J’ai tenté, au début. J’ai rapidement pété un câble. Bon, j’étais en dépression post-partum mais quand même.

Pas d’écran…passif, surtout. Ca concerne la télé, mais aussi les vidéos, films, séries.
On s’est enfin rendu compte que les enfants bénéficiaient de sessions de jeu sur écran.

🦜🦜🦜

En ce moment, mon enfant de 5 ans recrée un circuit “touristique” sur Minecraft.
Il a vu une vidéo où son idole Furious Jumper fait le tour d’une carte sur des rails, il s’est dit “je vais faire pareil”.
Avec une persistance, une concentration qu’on ne lui voit pas ailleurs, il l’a fait. C’est difficilement descriptible mais de nos avis de parents indignes gamers on a fait tous les deux “OMG…cet enfant est terrifiant…”. Il continue à peaufiner son circuit gigantesque, il a appris qu’il fallait des rampes d’accélération avant certaines côtes, il persiste, continue, reprend son travail.

Il finit des jeux presque seul. Il commence à utiliser Roblox Studio (pour construire ses propres mondes), et il a compris le principe, sans savoir lire, en moins de temps que sa mère dont c’est un peu le job de percer à jour le fonctionnement des applications.

Est-ce que ça, c’est pas substantiel ?

Ouais, mais j’en parle pas à la maîtresse. On a dit pas d’écran.

Hey, ça marche d’un autre côté, ce petit individu très mobile a fait chuter drastiquement NOTRE pourcentage de jeu vidéo sur le temps libre. Hahaha 😑

🦄🦄🦄

On a d’autres occupations à la maison, évidemment : je tente de dessiner ou de fabriquer des trucs, j’écris (merde c’est sur écran), mon époux prend des insectes en macro (c’est très réussi), on lit, on partage du temps.

Avec un enfant qu’on est obligé-es légalement à détourner des écrans ses 28 premières années de vie, c’est chaud. Il y a eu beaucoup de phases intermédiaires entre ban total (3 habitants de la maison malheureux), plages horaires ou “On s’en fout on veut juste dormir”.

Il est strictement impossible pour nous de totalement cacher nos écrans au petit. Ça nous rend tristes, déjà.
Le “pas d’écran” ça punit aussi les mamans-geek.
Moi, sans écran, je tiens 1/2 journée avant de chouiner.
Même dans les endroits les plus beaux du monde j’ai besoin de WiFi.

Puis c’est vachement hypocrite, surtout.
On a un bureau ouvert sur le salon/cuisine ouverts. On passe la majeure partie de notre temps dans cette pièce qui est dédiée à notre vice. On ne va pas dire “nous, on a le droit, toi, va te brosser”

👽👽👽

Alors j’ai décidé d’en tirer parti. Après tout, il y a plein de jeux pour enfants. Je me suis retrouvée à tester des jeux de coloriage, des jeux où on apprend les couleurs (Je les connais toutes, maintenant ! Chacune d’entre elles ! Surtout le rouge !😭), j’ai découvert le monde affreux des Titounis et des vidéos au WTF de l’infini sur YouTube. Bob le train au camp militaire. Cherche Bob le train au camp militaire, ça vaut le coup (non).

Bob le train visite un camp militaire…

3h de LA MORT ? Non, merci.

Si tu sais qui est Blippi toi aussi, je t’offre toute ma compassion. Allez, une petite tape sur l’épaule et c’est reparti. Courage. A 18 ans iel ne matera sans doute plus Blippi.

Dans le top 20 des chaînes Youtube avec les plus d’abo , 4 sont des contenus destinés aux enfants. C’est donc bien qu’il y a des enfants de moins de 3 ans devant des écrans.

Hypocrites 😊

S’il y a beaucoup de contenu, en toute logique, c’est qu’il y a encore plus de contenu de merde comme les vidéos de ce collabo de Bob le train qui me ferait presque atteindre le point Godwin. C’est une loi des intenettes. Pour un contenu pertinent et intéressant tu as un océan Pacifique plein de voix stridentes et d’effets visuels de nature à causer des lésions cérébrales irréversibles.

Et c’est là que j’enchaîne en disant : tu fais bien ce que tu veux avec tes enfants mais ne les laisse pas seuls sur YouTube. YouTube Kids existe, à la limite laisse-les devant mais pitié, pas le YouTube des grands. Trop de contenu dérangeant. J’ai fait l’erreur, ne la fais pas. Notre fils l’a appris à ses dépends devant une vidéo classique de nyan cat qui finit par un chat écrasé. Maintenant, dès qu’il sent que c’est “bizarre” il demande. Idem pour les jeux. Il sait en plus que si je le trouve devant un contenu pour plus grand, je désinstalle et j’interdis formellement. Il sait que s’il tente de le cacher, je le saurai quand même. Il le sait d’expérience, oui. Je suis une mère indigne 🤷‍♀️

Je n’aime pas les injonctions mais pour le coup c’est super important. Sois plus futé-e que moi : ne laisse pas tes enfants seuls devant YouTube.

Pour moi, le vrai risque sur internet est là. Permettre l’accès aux contenus sans restriction d’âge et ne pas monitorer l’activités des gnomes. Il existe tout un tas de systèmes de contrôle parental.

🛡🛡🛡

Si j’ai une autre recommandation à faire, c’est de tester les jeux d’abord ou de tester avec l’enfant. C’est assez contraignant et pas forcément obligatoire si, par exemple, on connaît l’éditeur. Il est par exemple assez difficilement envisageable que les jeux Sago Mini contiennent des jumpscares ou des gens à poil.

Cette phase est importante, surtout au début. Il s’agit de découvrir l’univers du jeu, les commandes et la difficulté avec le gnome, pour simplement parfois conclure tous les deux par un “c’est nul ce jeu” ou “c’est encore trop difficile”.

Sago Mini est une suite d’applications vraiment sympa comme tout, si tu cliques sur l’image tu arriveras à ma critique sur l’autre blog

La phase de prise en main est importante car elle peut générer beaucoup de frustration. Et attention, je me suis déjà retrouvée bloquée sur un puzzle durant de longues minutes avant que le petit, consterné, me reprenne le jeu des mains pour se débloquer tout seul. T’as intérêt à avoir un ego bien solide.

Au passage, “l’écran est une nounou”, faut en parler et arrêter de se raconter des histoires. Avec un enfant, rien que 5 minutes de répit sont aussi savoureuses qu’un grand verre d’eau fraîche après 10 plombes de marche dans le désert. 5 minutes c’est parfois une respiration qui évite des hurlements de maman stressée ensuite.

C’est confortable d’avoir toujours à portée un dispositif permettant de garder calme un enfant (par exemple dans une salle d’attente), c’est moche de dire ça mais ose me dire que c’est faux… Le téléphone permet d’obtenir un temps tranquille, au même titre que les livres, les BD ou la sieste. BAH OUAIS. On va pas se mentir comme dit l’autre. Chaque seconde sans cri est une seconde gagnée ♥

Et pourquoi c’est si précieux ?
Parce que ces moments peuvent être nos moments d’adultes et que le fait d’être parent ne signifie pas absolument la mort du fun à tout jamais. Je côtoie (virtuellement, bien sûr) pas mal de mamans elles aussi épuisées. S’il y a une chose sur laquelle on s’accorde à peu près, c’est sur la nécessité de ne pas se laisser envahir par son rôle de parent.

Je préfère une daronne qui peut souffler de temps en temps qu’une daronne-sans-écran-sans-repos. Y’a des parent-es sans écran et que ça se passe très bien mais en général chez eux-lles il n’y a pas forcément 6 PC et 5 écrans comme ici…

C’est comme quand on dit “les enfants ont besoin de plein air”.
Ok, j’habite un lieu hyper-urbain, je suis à mobilité réduite, on fait comment ? Tu viens nous chercher en voiture ?

Les 3 premières années de vie de l’enfant, je n’ai pas pu jouer. Je n’avais ni le temps ni l’énergie ni l’envie. Tout était consumé : mon temps, ma thune, ma vitalité. Depuis que j’ai assez de latitude pour jouer, honnêtement, ça va beaucoup mieux, psychologiquement. C’est vraiment là où j’ai réalisé toute l’importance des écrans chez moi.

⚗⚗⚗

Alors maintenant, les allégations santé.

On va la faire courte parce que ce n’est pas mon boulot, je ne suis pas neuropsy ou psy ou juste en position de déterminer The Truth.

Je suis toujours méfiante face aux propos alarmistes, que ce soit sur nos précieux enfants ou notre santé à nous. J’ai trop vu d’études lancer des affirmations super inquiétantes basées sur le ressenti de 3 personnes.

Du coup voici des textes plus nuancés sur la question.

🔹 Les écrans ont-ils un effet causal sur le développement cognitif des enfants ? (Ava Guez, Franck Ramus, 2020) (Je sais. Ramus. La littérature est peu abondante sur le sujet)((PDF : https://www.researchgate.net/profile/Franck-Ramus/publication/342039553_L%27association_entre_exposition_aux_ecrans_et_developpement_cognitif_au-dela_des_interpretations_hatives/links/5edf52cc45851516e661b550/Lassociation-entre-exposition-aux-ecrans-et-developpement-cognitif-au-dela-des-interpretations-hatives.pdf))

🔹 Apprendre à s’en passer, apprendre à s’en servir (Serge Tisseron, 2020) (j’adore ce titre !)5

🔹 Les 0-6 ans et les écrans digitaux nomades. Évaluation de l’exposition et de ses effets à travers la littérature internationale (Marie-Noëlle Clément, 2020)6

🔹 Les écrans menacent-ils le langage ? (Béatrice Kammerer, 2020)(Béatrice Kammerer, fondatrice des Vendredi Intellos, keur avec les doigts)7

Si tu en as d’autres : je prends !

Il y aurait un danger neuropsy : les enfants à écran présentent tous des troubles du comportement, j’entends souvent “les enfants aujourd’hui, entre autisme et TDAH” et ça me fout en boule parce que l’autisme n’est pas causé par les écrans, pas plus que par les vaccins. Je suis moins formelle concernant les TDAH (Troubles de l’Attention avec Hyperactivité), j’avoue, surtout que pour ces deux traits neurodivergents, on a encore du mal à déterminer la part génétique de la part acquise. Mais je connais des parent-es sans écran avec des enfants TDAH, tu vois…Et nos adultes avec TDAH ? Dans mon enfance à moi, des écrans, il n’y en avait pas des masses. Pas sûres que les potes TDAH aient grandi entourées d’écrans.

Dire “les écrans vont rendre tes enfants autistes ou leur coller un TDAH” ça me heu…non, je vais juste dire que ça m’agace. On “attrape” pas l’autisme.
Et quand bien même. Les gens autistes ou avec un TDAH sont des personnes. Neurodivergentes. Mais des personnes au même titre que n’importe qui. C’est pas contagieux. Ça nécessite un temps d’adaptation, des efforts, en fait c’est ça qui les fais chier, ces gens. Veulent pas prendre en compte ces spécificités, rejettent la notion de pathologie en bon neurotypiques-je-suis-la-norme.

C’est comme les gens qui disent “le vaccin cause l’autisme”
En gros tu trouves l’autisme pire que la rougeole ou la polio ? C’est ça ? Tu préfères que ton enfant crève plutôt que de “””risquer””” de le rentre autiste ?
Ça dit quoi, de toi ?

Pour finir cette section sur la santé : il y aurait des effets sur le sommeil, et sur ce point je suis entièrement d’accord. L’effet “lumière bleue” touche aussi bien les parents que les enfants.

☣☣☣

Ensuite, le danger sur le contenu.
Et là, c’est à toi de jouer. Il n’existe aucun outil plus efficace que toi en terme de contrôle parental. Il me semble évident que tous les temps d’écran ne se valent pas. 2h de Bob le train n’auront pas le même effet que 2h de puzzles (Le premier apporte tout de même des connaissances sur les tanks…j’imagine ?), c’est ce qui est systématiquement relevé dans les articles : la qualité de l’accompagnement parental est primordiale. Comme elle l’est PARTOUT en fait.
On choisit les jeux ensemble, on les teste ensemble, on apprend à y jouer ensemble, et on laisse l’enfant nous raconter de manière décousue toute sa session et on appellera ça un “débriefing”.

Autre point d’importance : l’interactivité du contenu. Une heure passive devant une vidéo sera moins intéressante, psychologiquement parlant, qu’une heure active sur tablette ou smartphone. Et quand je vois la logique et la perspicacité que développent mon fils je n’en doute pas une seule seconde.

Je ne suis pas partisane de la limitation systématique du danger. Dans mon esprit un enfant surprotégé sera moins armé pour faire face à la suite de sa vie. Un des dénominateurs communs de toute la merde qui peut nous arriver en ligne est le manque d’éducation à l’informatique et ses dangers, que ce soit virus ou monstre déguisé fan de Bob le train.

Après quelques années de support technique et fonctionnel, je peux te garantir que 90% des problèmes et failles critiques se situent entre la chaise et le clavier. Certains des plus beaux hacks ont d’ailleurs été rendus possibles par une faille humaine. Stuxnet a réussi parce qu’un type a collé sa clé USB perso sur son PC au boulot. Sauf que son boulot c’était dans une centrale nucléaire en Iran. Pire journée de sa vie je crois bien.

Le message que j’essaie de faire passer est simple : le danger d’internet est réel mais souvent surestimé. Donc relax mais vigilance en amont. Non, des hordes de pédophiles ne vont pas débouler dans ton salon pour kidnapper la chair de ta chair. Du moins pas si tu surveilles son activité et que tu lui interdis de démarrer Tor pour faire des transactions en Bitcoin.

Il faut absolument, et là je suis super injonctive, il faut s’éduquer et éduquer nos enfants à la sécurité et aux bonnes pratiques en ligne.

Un enfant, même de 14 ans, laissé en totale autonomie sur un ordinateur doit être ABSOLUMENT formé à la base de la confidentialité sur internet et à la sécurité. On voit beaucoup trop de jeunes ultra-numériques qui se font pourtant avoir très bêtement.

Il faut qu’on leur apprenne à savoir vérifier l’identité des personnes qui se rapprochent de lui, à avoir un esprit critique, à ne pas partager d’information confidentielle.

La maîtrise technique d’un outil ne signifie pas une absence de risque. On peut être un super joueur de Minecraft mais piètre administrateur réseau (moi j’ai aucun des deux).

☂☂☂

Pour finir

Mon article n’est pas un plaidoyer. Je m’en fous, ça roule pour nous.

Je ne suis pas non plus une autorité en la matière, je suis une daronne qui essaye et réussit parfois à trouver un équilibre entre les besoin de son enfant, ses capacités, ses émotions et mes propres limites. J’en ai juste un peu marre qu’on me dise “les écrans alors ?” toutes les 2 minutes.

On m’a dit ça toute sa première année de maternelle. S’en sont suivi sevrages brutaux, overdoses, re-sevrage total, permissivité et on reprend au début du cycle. Il a changé d’école en 2ème année. Sa consommation d’écran est sensiblement la même mais son comportement a changé du tout au tout…

Je pense aussi que, fondamentalement, l’envie créé le besoin.

Les besoins des enfants selon un site de parentalité bienveillante dont je te file quand même le lien (clic sur l’image)

Cela fait des années que je vis avec un TCA8. La manière que j’ai de limiter ma consommation de chocolat est de toujours en avoir une plaquette à portée de main. Je sais que je peux à tout moment. Et donc je mange mon chocolat au moment où j’en ai vraiment envie. Bientôt 10 ans que je fais ça. Je me fais des overdoses de Galak de temps en temps, et…ça va. J’ai beaucoup moins de compulsions alimentaires.

Quand mon fils veut faire autre chose que geeker, il sait le faire. Il sait qu’il a accès au PC. Alors ça lui donne la liberté d’aller dessiner ou jouer aux LEGO quand il en a envie, sans penser qu’il risque de “perdre” son accès.

Je suis sûre et certaine qu’à 14 ans il sera à fond sur le Fortnite de 2029. Je suis sûre et certaine qu’il jouera avec son père. Et que s’il se met aux MMO on ira farmer avec lui 🤷‍♀️

Et il sera meilleur que nous deux réunis 💖

  1. équipement []
  2. des rencontres dans la vraie vie d’une communauté virtuelle []
  3. Jeux de Rôles []
  4. une série de plusieurs épisodes []
  5. https://www.cairn.info/revue-nectart-2016-2-page-29.htm []
  6. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0222961720300684 []
  7. https://www.cairn.info/revue-l-ecole-des-parents-2020-2-page-44.htm []
  8. Trouble du Comportement Alimentaire []