Heure de réveil : 5h15 (les chats ont été cléments)

⚠⚠⚠ CW : cishétéronormativité (désolée)

Que dire, que dire.
Hier, j’ai fait la maman-qui-emmène-son-fils-au-parc (et qui s’est baladée avec une trottinette sous le bras en plus de la canne), et ce matin, devine quoi ?
Je peux pas marcher 🥳
C’est juste abominable 🥳
Je devais aller chez la kiné 🥳
Mais j’y vais à pieds hahaha 🥳

“Ah il fait pas d’activité extrascolaire ?
– Bah déjà faut qu’on l’accepte et c’est pas gagné, ensuite, j’ai une question.
– Oui ?
– Je l’emmène comment, au judo à 20 mn de marche avec grosse descente/montée et sans accès rapide grâce aux transports en commun ?
– Gnnnnnnnnnn”

🙄 Pis c’est moi qui doit l’emmener, oui. C’est “maman-judo”.

Autant à l’entrée/sortie des classes je vois quelques papas, autant dans tout ce qui est extrascolaire on est que entre meufs, en non-mixité subie, tsé.

Mais je voulais pas parler de ça, merde 😠

🐓🐓🐓

Hier, j’ai posé une question sur un groupe consacré au TDAH. En gros : c’est quoi qu’on doit faire c’est un merdier pas possible, je ne comprends rien.

Je ne comprends toujours rien, mais j’ai remarqué un truc. Je n’ai eu des réponses que de femmes. Plus de 10 réponses, que des femmes.

Sur le groupe de parentalité dont j’ai l’immense pouvoir de ban, on était, aux dernières nouvelles, 91% de femmes.

👉 On est en non-mixité subie.

La non-mixité subie, c’est, par exemple, les clubs de tricot. C’est bien connu, les hommes cis ne tricotent pas. La non-mixité subie c’est aussi les discussions et les choix autour de la contraception et de la parentalité. C’est nous qui choisissons notre mode de contraception, en admettant d’emblée que monsieur ne fera rien de ce côté.

⚠ Stéréotypes de genre ⚠
C’est pervers car on a cette idée préconçue : cela ne les intéresse pas. On participe donc nous aussi à ce jeu de pouvoirs. La maison est à nous, on en connaît chaque recoin, c’est chez nous. Lui, maîtrise l’extérieur, le travail, les charges lourdes et éventuellement le bricolage.

J’ai été élevée dans l’idée que les hommes en avaient rien à branler du tricot, je n’ai jamais été à un club de tricot mais. Non j’ai vraiment jamais été à un club de tricot donc je ne peux pas finir ma phrase.

🍼 Un mec peut faire 1 enfant par jour à 365 meufs différentes, 1 meuf peut tomber enceinte 1 fois tous les 9 mois (allez, 12 le temps que ça se remette), mais c’est nous qui prenons les précautions d’usage. En toute logique, ce sont les hommes qu’il faudrait contraceptionner. Je sais, je sais, il existe des tentatives de contraception masculine en dehors de la vasectomie, on est en 2022, IL ÉTAIT TEMPS HEIN 🙎‍♀️


🧱🧱🧱

“Où est le sel ?
– Sous tes yeux.”
“Où est le retire-peluche-de-chat ?
– Sous tes yeux.”

Y’a un truc que je trouve grandiose, c’est pas gravissime mais c’est grandiose, c’est les questions genre “Est-ce que l’épicerie près du RER est ouverte à 19h23 ?” “Il mesure combien, ce meuble, déjà ?” “On aurait pas un feutre rouge, par hasard ?”

🏵 C’est grandiose parce que moi ça me fait me sentir superpuissante : je suis LA personne à qui on demande si il reste de l’ibuprofène, quoi, même que je CONNAIS LA RÉPONSE 😱
Je ne connais pas les horaires d’ouverture de chaque commerce mais mon cher et tendre est visiblement persuadé que si. J’ai du talent et je sais faire marcher Google. C’est valorisant, non ?

Je ne sais pas si vos mecs cis (pour ceuxlles qui en ont un sous la patte) sont pareils mais ça, ça a le don de me faire rire. C’est pas grave, en soi, de poser des questions. Mais ça indique quand même une grosse tendance à “je demande d’abord je cherche par moi même après”.

🥣 On les aide pas, en plus. Certains ont une stratégie du mauvais élève tellement au point que personne ne leur a jamais demandé si la casserole à pâtes est propre ou pas. Tu sais qu’il est clueless, le regard perdu, un peu paniqué, et quand il se met à parler comme un enfant, c’est mort.

🚽🚽🚽

On a déjà parlé de l’infantilisation des hommes donc je vais pas refaire un billet là dessus. Moi, ce qui m’intéresse, c’est : pourquoi on est l’option par défaut ?

D’accord, on sait le pourquoi : les stéréotypes de genre, le patriarcat, les meufs à la maison.

Ce qui se passe, et là où le système est drôlement bien (mal) foutu, c’est que pour beaucoup, encore aujourd’hui, et je suis concernée, le fait d’avoir un intérieur rangé et propre est gage de qualités ménagères.

Tu peux gueuler sur tes gosses et les faire dormir dans le placard, personne n’en a rien à carrer si ton intérieur étincelle de magie Ajax. On sait que tu es une bonne femme si ta maison est propre. On tolère les appartements de célibataires mâles, mais une femme qui vit seule est obligatoirement très soignée. Attention, il faut aussi décorer pour la “touche féminine”.

🪑 “La maison d’une femme est son royaume”
Et c’est sensé être valorisant.
J’en lis, parfois, qui sont émerveillées et ravies devant n’importe quel truc relié à la maison : vaisselle, linge, ustensiles de cuisine, rideaux, plaids et boutis, serviettes éponges, verres à pied et autres suspensions contemporaines lumineuses.

Moi aussi j’aime bien ça.

L’accomplissement ultime, c’est d’avoir plein d’enfants dans une maison rangée. “Mais comment fais-tu ??!” demandent les copines.
“Au détriment de ma santé” ne répond jamais l’intéressée.
“Oh c’est juste une question d’organisation” 😎


🧹🧹🧹

Tu veux te foutre de moi, un peu ?
Ouais ?
Ouais moi aussi j’ai envie.

Un jour, j’ai vu un “tableau de corvées” avec des cases à cocher. En gros, on te dit ce que tu dois faire tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, tous les ans, parfois sous forme d’application.

😱 JE VEUX CE TRUC

😱 JE LE VEUX

(edit : je l’ai eu, j’en ai même 3, un pour le quotidien, un pour l’hebdomadaire, un pour le mensuel avec les dates de maintenance des appareils électroménagers)

J’ai déjà testé les applis “to-do list” mais j’ai jamais vraiment trouvé de bon truc pour organiser des tâches quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles et tout ça. Chaque jour, j’ai un minimum à réaliser : une vaisselle, une lessive, descendre les poubelles, arroser les plantes, nettoyer les surfaces de travail, faire le tour de la maison pour récupérer la vaisselle perdue et les mouchoirs abandonnés.

Bah j’étais à fond sur le tableau de corvée, avec ça, c’est sûr que je vais deven…et merde 🤦‍♀️

👾 Comment on peut avoir la hype à ce point à l’idée d’organiser des descentes de poubelles ? Pourquoi je fais ça ? Surtout, comment puis-je connaître les principaux mécanisme patriarcaux, savoir que le maintien à/de la maison fait partie de la stratégie pour nous garder à l’intérieur, et quand même tomber dedans comme une noob ?

Du coup j’ai pas cherché LE tableau, j’ai dit fuck it et je me suis sentie empowerée à mort. Mais j’ai ensuite revu passer le machin, alors je me suis mis une tape sur la main, mais à la troisième fois c’était plus dur.

En gros, la ménagère en moi le nécessite absolument, mais la féministe en moi est atterrée. Pire, ça me détend, de ranger et de nettoyer. Je me sens pas mal après, puis ça sent bon donc j’aime bien 🤦‍♀️

🥳 Alors des fois je suis en full mode “rien à foutre je fais ce que je veux laisse moi tout ranger” (surtout en phase maniaque, hahaha le jeu de mots, rapport à la bipolarité, tout ça) ou en full mode “Nan j’m’en fous, que ça soit crade, le monde peut crever”. Le mode ménagère gagne très souvent. Même dans les pires des pires moments de down, j’arrive à m’obliger à faire le minimum.


👾👾👾

Toujours est-il que je fais la plupart des trucs à faire au quotidien mais que je gère aussi l’Enfant. J’ai désormais une petite idée de comment se déroule un diagnostic et un suivi TDAH et ça va juste être l’enfer pour moi.

J’ai été assez surprise, dans les séances de préparation à l’accouchement, du cours dédié à “laisser sa place au papa”. Pour moi, ça semblait assez évident, alors pourquoi devoir leur ménager de la place ? 🤔

L’Enfant a la chance d’avoir un père surmené mais présent. Qui n’a pas fait certains trucs blabla mais je m’estime chanceuse de pas avoir eu le modèle démissionnaire (tellement de vannes à faire sur la procréation, si peu de temps).

🛁 Mais j’étais formatée pour m’en occuper seule. Dans ma tête, c’était mon travail de maman. Enfin non, dans ma tête c’était le chaos absolu, parce que je suis féministe mais que je suis retombée dans les travers stéréotypés donc je me suis beaucoup engueulée.

Je suis pas “retombée” dedans en vrai, j’ai suivi le mouvement. Parent 1 ? La maman. C’est la maman que la crèche ou l’école appelle. Quand je ne suis pas disponible, on n’appelle pas le papa. C’est moi qui gère.
C’est moi qui sais où est le carnet de santé, où sont les gouttes pour les yeux, où est la crème hydratante, je sais aussi si il nous reste des sacs poubelle en stock (oui) et si on a assez de lessive (oui), de chocolat en poudre (oui), de sopalin (non). Je m’occupe des grosses courses et je stocke en cas d’attaque de zombies, je sais te dire environ combien d’étuis de mouchoirs on a, si j’ai encore du coton, du gel douche ou du Xanax (j’en ai).


🧽🧽🧽

C’est facile à dire “laissez leur place aux papas”. Les papas sont totalement teubés du ménage dans leur vaste majorité. Parce que PERSONNE ne leur a appris, et qu’on leur a bien fait comprendre qu’ils n’auraient pas à s’en soucier. Si on ajoute les lacunes à la non-volonté de s’en occuper, on a un mec qui fout que dalle et qui le fait mal.

🧹 Ma mamie, qui était prof d’Arts Ménagers, a enseigné durant les années 40/60. Elle a eu notamment une classe de mineurs (le métier) Polonais qui avaient immigré pour bosser dans les mines de charbon de l’Est.
“Ils étaient seuls dans des baraquements, ils ne savaient rien faire, alors je leur apprenais à s’en sortir, à faire leur linge, à raccommoder leurs chaussettes”.

Ils n’avaient “pas de femme avec eux” m’a-t-elle dit. Alors on a envoyé une femme leur apprendre tout ça. Ils avaient une bonne raison de suivre ces cours, alors ça n’était pas trop humiliant, je suppose.

👉 Si ils étaient venus avec une femme, on ne leur aurait pas donné ces cours, et je trouve ça ultra significatif. On remplace tout un apprentissage en une seconde. Pouf pouf, magie des lutins des chaussettes sales qui rassemblent le linge dans le panier approprié !

🛋🛋🛋

Et moi, je ne me retrouve pas vraiment là dedans.

🧉 Je ne devrais pas le dire (oublie ce que tu as lu) mais je me sens bien quand je range et quand je nettoie. Je ne suis pas toujours en mesure de le faire, mais quand je le peux, je me fais parfois (2 fois par an) un grand grand ménage qui peut durer plusieurs jours. Et quand j’ai fini, la joie, la joie pure, ça y est, j’ai deux minutes de répit le temps qu’un chat ne vienne vomir sur mon sol propre 🌟✨

J’éprouve une satisfaction qui me fait du bien. Je me sens apaisée quand mon plan de travail est propre. L’odeur de linge propre me plaît, l’odeur de cire également.

Honnêtement, je me dis que si ça m’apporte du plaisir, je le fais sans me soucier de mes mauvais points de féminisme. Je me dis que c’est une activité comme une autre. Y’en a qui font du roller, moi je plie du linge. Si JE me sens bien, mieux, en contrôle, pourquoi m’empêcher de passer l’aspirateur juste par principe ?

☂ C’est chaud hein, parce que tu anticipes la suite.
Comme c’est “mon” truc, ça reste mon truc.
J’anticipe au maximum pour ne pas me retrouver prise au dépourvu. Tout, ou presque, est déjà dans la machine. Je pense à la CNI du petit, à ses photos d’identité, à son pass Navigo qu’il faut que je fasse, je pense à sa vaccination et je vais vérifier quel est le prochain vaccin, je fais en sorte qu’il ait des vêtements juste un peu trop grands pour ne pas me retrouver le bec dans l’eau un matin de croissance fulgurante. J’anticipe la fin de mes ordonnances, mon prochain rdv à Cochin, mes prises de sang, les rdv divers et variés et infinis, les examens habituels. Je sais qu’on est opés niveau liquide vaisselle mais qu’il va falloir racheter de l’herbe à chat, changer des piles, racheter du scotch et sans doute de la patafix.

J’ai des ratés, mais quand je suis très loin dans la dépression, quand je n’ai pas la force de regarder l’agenda. Donc je suis totalement, mais totalement détruite de fatigue mais la maison “fonctionne”. Tout est “sous contrôle” et quand je sombre, la maison sombre avec moi.

🤿🤿🤿

Je me sens comme la collègue senior qui fait de la rétention d’information, tu sais ? Celle qui est sensée te former mais qui ne te donne que le minimum car elle est secrètement vexée qu’on ait embauché une nouvelle personne pour l’aider.

Je l’ai mauvaise quand il fait MES trucs. C’est complètement con, hein ? Mais jamais il ne saura bien utiliser le lave-linge, il mélange les matières, il colle tout à 40°C et c’est parti. Faut que je m’en contente, sinon il va arrêter de le faire. Lui, il peut refuser de le faire, et ça sera quand même fait. Magie !

📣 “Laissez votre mari être imparfait et baissez votre niveau d’exigence”
On t’a jamais dit ça ? Genre j’empêche mon mari d’exister parce qu’il ne sait pas faire la poussière ? Je ne le “laisse” pas être imparfait ? Sans déconner ? T’as vu la misère que nous mettent les cis dudes ? Et nous on ne les autorise pas à être imparfaits, tsé. Méchantes. Méchantes bonnes femmes 😡

En réalité ça les arrange bien, sinon ce serait pas comme ça. A mon avis, ça les arrange bien qu’on anticipe et qu’on sache tout.

La place, on leur laisse volontiers, mais ils ne la prennent pas.
Ah.

☠️ Bah ouais, t’as une personne qui a pris l’habitude de tout gérer, elle est pas encore en burn out, donc ça va. Comme ça va, pas besoin d’en faire plus. Vu que ça se gère sans toi et que t’es bien content comme ça. Toi ? Toi, tu n’as aucun problème, en fait, c’est ta meuf qui en a. Quel intérêt à aller volontairement passer l’aspirateur à part le pur masochisme si quelqu’un veut absolument cocher sa case du vendredi – aspirateur dans son planning de ménage de ouf ?


🧷🧷🧷

🧶Donc on fait les trucs, on perd parce qu’on se crame la santé.
🧶On fait pas les trucs, on perd parce que quand même, une femme doit savoir s’occuper de son intérieur.
🧶Mais il faut laisser la place blabla.
🧶Mais la place n’est jamais prise.
🧶Alors faut leur tenir la main et leur faire des fiches.
🧶Mais ils se sentent infantilisés alors ils sont vexés et font n’importe quoi pour que tu ne leur demandes plus jamais.
🧶Du coup, c’est quand même toi qui fais.
🧶Tu es à la fois perdante et perdante, toutes mes félicitations !

🤷‍♀️

L’injonction à “laisser la place” me rend violente, en vrai. Parce qu’on est déjà punies de vaisselle mais en plus il faut savoir gérer “la place” et aménager les activités, c’est à dire réfléchir à comment éduquer son mec sans le vexer (ça se vexe très vite ces bêtes-là) et ramer 10 ans pour qu’il comprenne comment remplir un lave-vaisselle.

👉 En gros t’as la charge mentale, mais aussi la charge éducative et émotionnelle.


🧻🧻🧻

Dans tout ça, ils sont vraiment peu nombreux à avoir pigé. Mon exemplaire est parfois défaillant mais sait prendre le relais. Quand je vais très mal, physiquement ou moralement, il sait à peu près gérer. Je crise parce que c’est pas fait comme JE le voudrais mais j’apprécie l’effort.

🤔 Je connais d’autres conjoints de copaines féministes, des mecs que j’apprécie beaucoup, qui assurent bien et tout ça. Sauf que même eux arrivent à faire ou dire des conneries qui me donnent envie de les frapper avec une raquette de ping-pong en titane gommé.

Même la plus coriace des coriaces aura toujours du mal avec la charge mentale. Même le plus woke des plus wokes des mecs cis aura de vieux relents patriarcaux.

On est élevé-es comme ça, me diras-tu.
Oui.
On est élevé-es comme ça.

Sauf que nous, féministes, on travaille sur la déconstruction. On réfléchit, on envisage d’autres modalités. On écrit, on gueule, on bosse gratos et on aime ça. J’ai été élevée en ménagère, pourtant je me rebelle. C’est donc que l’éducation ne nous cloisonne pas, vu qu’on peut sortir du cadre. Oui, mais je travaille dans mon propre intérêt, au détriment du patriarcat. Mon mari, lui, n’a aucun intérêt à faire le ménage, autre que de participer à la vie de la maison. Il a le choix de dire “J’ai pas envie” et on le fera à sa place.

Tout, dans notre société, valide les comportements domestiques infantilisants. On perpétue l’image de l’ingénieur perplexe devant son lave-linge, ça en devient même comique, on se moque gentiment de ces hommes pas taillés pour rester à la maison, tels des albatros maladroits sur le carrelage de la cuisine.

On nous fait même croire qu’on est câblées pour ça, dans nos têtes. Les femmes viennent de Vénus-mon-cul. Y’a pas de gène du ménage. Y’a des comportements acquis et de l’éducation. On est pas “câblées-aspirateur”, on a pas la connaissance absolue de tous les appareils électroménagers du monde.

En vrai, tu sais quoi ? On lit les notices 😱
(la fin d’un mythe)

🌠🌠🌠

Chuis pas du tout partie là où je voulais partir mais tant pis 🤷‍♀️
J’ai été assez choquée de voir, sur ce groupe dédié au TDAH, uniquement des femmes me répondre.

Partie comme je suis, ça va être neuropsy, psychopédagochépaquoi, faire des dossier, faire passer des tests à 50 000$, appeler, rappeler, chercher, encore, un-e autre soignant-e.

Si le diag est confirmé, je vais devoir faire des aménagements à la maison, gérer les crises, trouver des outils qui nous conviennent 😴

J’ai fait le parcours orthophoniste/psychomotricienne/pédopsy pendant un an et ça m’a pris énormément d’énergie. Assurer des rdv hebdo quand on est stable ni physiquement, ni moralement, c’est tendu.

Jusqu’ici, j’ai tout fait seule. J’ai voulu gérer pour me prouver que j’étais pas une mauvaise mère, j’ai eu tort. J’ai besoin d’aide, en fait.

Et là, c’est un message : j’espère ne pas être seule dans le parcours de diagnostic TDAH parce que ça va être costaud. Je sais que t’as l’impression que je gère tout, mais c’est pas vrai, je galère ma race. Et sur ce chemin-là, j’aurai besoin de ton aide. Je t’aime et je sais que tu seras avec moi ❤️
En plus t’as rempli le lave vaisselle et passé l’aspirateur ce matin, je suis stupéfaction.

“Fallait demander” hein ? 😅