Heure de réveil : 4h32 (gratte gratte papatte)

Je commence ma journée avec “Artillery” d’Infected Mushrooms. Oui, je suis toujours dedans.

“Military start at the part with artillery”…

🔥🔥🔥

Et ce qui devait arriver…

Comment tu peux t’attendre à de l’apaisement entre les forces de l’ordre et les émeutier-es ? Oui, ça crame tout. Et je les comprends. Désolée pour ta bagnole 😶

Cela fait donc 3 nuits de révolte absolument chaotiques, et un Gérald D. qui assure que “C’est la République qui va gagner, pas les émeutiers”. Je ne sais pas si j’ai le droit de dire ce que je pense donc on va dire qu’on ne lui souhaite pas de bonnes choses dans son avenir et que oui oui les vaches laitières sont bien gardées par les porcs en ce moment.

Comment ne pas comprendre cette rage ? Depuis 2005, rien ne s’est passé sauf une dégradation supplémentaire en terme de racisme et de qualité de vie. Le RN est omniprésent et la rhétorique gouvernementale est sur certains points carrément calqué sur leur programme.

Iels z’avaient qu’à voter, hein ?

On exlut les “jeunes de banlieue” des terres fréquentables et de la politique, on les coince dans des grandes tours et on défait le tissu associatif petit à petit en retirant des subventions selon le sens du vent, et comme on a peur de l’Islam et qu’on est dans un pays islamophobe, en fait, ça coupe toute une partie de la population de la démocratie. Comment tu veux avoir envie de voter quand tu vois que tout se dégrade malgré tout ?

Marseille, 30 juin 2023

🐙🐙🐙

Ils ont construit des quartiers entiers, dans leur coin, surtout, pour se débarrasser du “problème” de l’immigration dans les années 50 à 70. Construits par des immigré-es, habités par des immigré-es et des personnes blanches mais précaires.

Les ascenseurs ne fonctionnent pas toujours, alors on crée de l’emploi : remonteur d’escalier pour personnes à mobilité réduite, au lieu de juste…réparer les ascenseurs.

Tout y est laissé à l’abandon, chaque sursaut fait venir la BAC.

Ce sont les “délinquants” qui n’ont plus que ça à foutre, les dealers de drooooj, les mecs qui cherchent un boulot mais qui n’en trouvent pas dans un pays raciste. Deliveroo, cantonnier, cantiniers, déblayeurs de bureau ou rien. Dès le début, les dés sont pipés par un système éducatif inégalitaire. Là où on devrait injecter de l’argent, on en retire de plus en plus tout en maintenant une pression policière façon Far West pour “réguler”, comme disent les chasseurs, tiens.

J’ai été assez favorisée pour avoir habité dans un HLM de 4 étages dans une petite ville. J’ai été favorisée par les rencontres que j’ai pu faire au cours de ma vie. J’ai rencontré des Grands Frères, ceux qui n’ont plus peur, qui n’ont plus rien à perdre. J’ai rencontré un type qui s’était cassé les deux jambes en fuyant la police par la fenêtre. La promesse de deux jambes cassées était préférable à se faire choper puis tabasser avant d’entrer dans un système judiciaire qui préjuge quand même pas mal. Il ne voulait pas retourner en prison, alors il a sauté et s’est caché dans une benne à ordures. Il n’a pas été retrouvé, pas ce jour-là.

J’ai connu qui tenait les murs, les halls avec leur odeur de pisse insupportable, leurs tags, leurs boîtes aux lettres vandalisées, les éclats de voix ici et là. La rivalité, allez, on y va à 15 cette fois, pour la deuxième manche et on revient fracassé mais avec encore plus de haine. Les potes qui partent de plus en plus loin, de plus en plus fort, parce que La Haine n’est pas qu’un film. On préférait sans doute quand les règlement de compte étaient restreints à cette communauté.

⛓⛓⛓

Alors faut mettre en cage ce qu’on appelle l’ensauvagement. On parle toujours d’être humains, au fait. On parle de personnes qu’on carre à un endroit pour ne plus y penser. L’ensauvagement vient de ceux qui prennent les décisions pour ne surtout pas améliorer la situation sinon va passer pour des gauchistes.

La colère est légitime. Partagée.

Moi aussi, ça me fout en rogne contre le système, par proxi. Tellement de situations de pauvreté dramatique, de violences intra-communautaires encouragées par les flics, d’injustices au tribunal, tant de prison, de prison, de prison, parfois pour trois fois rien, parce qu’il fallait remplir les quotas.

A la limite, découvrez-vous comme vous le faites dans ce communiqué du syndicat “Alliance”, on saura à quoi s’en tenir :

“Communiqué DE PRESSE Paris, le 30 juin 2023
MAINTENANT CA SUFFIT …
Face à ces hordes sauvages, demander le calme ne suffit plus, il faut l’imposer
Rétablir l’ordre républicain et mettre les interpellés hors d’état de nuire doivent être les seuls signaux politiques à donner.
Face à de telles exactions, la famille police doit être solidaire.
Nos collègues, comme la majorité des citoyens, n’en peuvent plus de subir le dictat de ces minorités violentes.
L’heure n’est pas à l’action syndicale mais au combat contre ces « nuisibles ». Se soumettre, capituler et leur faire plaisir en déposant les armes ne sont pas les solutions au regard de la gravité de la situation.
Tous les moyens doivent être mis en place pour réinstaurer au plus vite l’Etat de droit.
Une fois rétabli, nous savons déjà que nous revivrons cette chienlit que nous subissons depuis des décennies.
Pour ces raisons Alliance Police Nationale et UNSA Police prendront leurs responsabilités et préviennent dès à présent le Gouvernement qu’à l’issue, nous serons dans l’action et sans mesures concrètes de protection juridique du Policier, de réponse pénale adaptée, de moyens conséquents apportés, les Policiers jugeront de la hauteur de la considération portée.
Aujourd’hui les Policiers sont au combat car nous sommes en guerre.
Demain nous serons en résistance et le Gouvernement devra en prendre conscience.
Les bureaux Nationaux Alliance Police Nationale et UNSA Police.”

Nuisibles. Chienlit. Nous sommes en guerre.

Tu la vois l’estime portée à leurs cibles ? Comment ne pas répondre par la violence, sans déconner ? Les gens qu’ils assassinent ne sont même plus considérés comme faisant partie de l’humanité. Et à aucun moment ils se disent qu’ils en sont responsables. Responsables de la défiance, responsables de la violence. Non. On a des casques, des armes, on va “épurer” les cités comme dans Call of Duty et tout finira bien.

Notre pays n’est pas en guerre, la police seule est en guerre et l’affirme en toute décontraction.

🌾🌾🌾

En général, quand tu as un problème de chienlit, justement, tu prends le mal à la racine, c’est à dire aux inégalités profondes qui ne font qu’exacerber la rage. Si tu coupes tout, ça repousse et je commence à penser que ces policiers sont de très mauvais jardiniers. On refait le match à chaque fois, rien n’évolue, rien n’est remis en question, on recommence juste avec plus de moyens pour faire taire les cités et ses habitant-es.

Pure répression, ça donne ça. Quand les voix ne sont pas entendues, elles hurlent encore plus fort malgré la peur.

Tout ça, c’est le résultat de ce qu’on peut à peine appeler “politique” tant le processus démocratique est pourri jusqu’à la moelle. On fait en sorte de désengager et désintéresser “les jeunes” pour que leur bulletin de vote ne se matérialise jamais dans la boiboîte et on découvre soudain que, parfois, la colère déborde car on n’y répond jamais que par la violence.

Un enfant éduqué dans la violence a pas mal de chances de devenir violent à son tour. Si tu réponds aux appels à l’aide avec des LBD et la prison, c’est que t’as rien compris. A quel moment “taper fort” a un autre but que de la pure intimidation ? L’éducation par la baffe ne donne jamais rien de bon.

Et on en appelle aux parents de ces personne dans la rue ? Sérieusement ? Elle s’arrête où, l’indécence ? “Gérez vos mômes qu’on tabasse quand ils sortent de la maison” Les parents sont tout autant victimes de ce racisme, comment leur demander d’apprendre à leurs gamins à respecter l’ordre et la loi en toutes circonstances ? L’état, c’est la main qui nourrit et qui frappe, c’est un langage incompréhensible, qui n’a pas de sens, qui se mord la queue et s’empêtre dans ses contradictions. Les agents de la CAF et de Pôle Emploi deviennent des flics, alors la main qui nourrit peut cesser de le faire quand ça lui chante.

Devant des signaux contradictoires, que faire à part ne pas comprendre les contorsions étatiques et y répondre brutalement lorsqu’une fois de plus, on retire encore et encore. On durcit les contrôles, on restreint les avantages sociaux, on les conditionne à une bonne attitude de soumission tout en étant raciste et hors sol avec nos salaires dignes d’un escroc à la tête d’un Ponzi.

🛠🛠🛠

J’en peux plus, de cette haine d’état. Cette toute puissance qui outrepasse les voix de la rue, qui se permet de faire des économies de bout de chandelle sur notre dos en défonçant l’école, l’hôpital, les infrastructures et tout le merdier, cette surdité sélective. On entend mieux un Pinault qu’un prolo, la vie des riches est si bien cloisonnée qu’on joue l’étonnement face à la révolte. Parce que pour eux, dans la vie, ça va, donc pour ceux qu’on exclut, ça va aller, osef, z’avaient qu’à traverser la rue.

Ce mépris, cette ostracisation ne peuvent pas continuer. Et ça continuera, t’en fais pas. On va noyer les actualités sous d’autres choses, on reparlera bientôt des bouchons sur les routes des vacances et des spécialités fromagères de notre Brave Patrie tout en préparant la rentrée avec les habituels marronniers.

Et ça recommencera, ça recommencera comme ça recommence toujours lorsqu’on n’écoute pas les gens en leur “proposant des solutions” totalement à côté de la plaque. Réprimer n’est pas une solution, je pense que ça commence à se voir.