Heure de réveil : 3h01 (je pense que j’avais assez dormi ?)

Hier il s’est passé un truc fun. Mais j’étais pas chez moi donc j’ai admiré la litanie de gens “ni de gauche ni de gauche” couiner sur un meme.

Je poste ici l’image mais elle ne sera visible que sur la version blog du billet, donc uniquement pour les personnes privilégiées qui vont sur le site, voilà.

Non, je déconne, c’est ici : https://www.facebook.com/photo?fbid=628018605972264

C’est qui qui a la win ? Oui, c’est toi ❤️

🛹🛹🛹

Du coup on va un peu parler de ça, parce que des gens (453 commentaires, mein gott) m’ont donné un aperçu un peu gerbant de leur monde intérieur. A force de ne traîner qu’avec des Kool Kids, c’est à dire le lectorat de qualité de cette page/site/blog/whatever, j’en oublie parfois que les gens se sentent agressés par des affirmations pourtant justes.

On va expliquer ENCORE l’apolitisme, parce qu’il y a des notions non acquises, les enfants.

“Ni de droite, ni de gauche” = de droite.

Pourquoi ?

Parce que les personnes de gauche, et je veux dire réellement de gauche (les sociaux-démocrates sont plutôt de droite en vrai, déso pas déso) ont en général ce qu’on appelle un engagement éthique et politique en faveur d’une version plus équitable du monde. En gros, non, on veut pas laisser couler des gens en exil dans la mer, merci. On a déjà vu ici, plusieurs fois, qu’on avait totalement la possibilité d’accueillir toute la misère du monde (0,5 CICE au bas mot) mais qu’on ne voulait pas, car on vit dans un pays noyauté par le racisme et la xénophobie. Deal with it.

Ose me dire que relâcher des gens à poil dans la neige dans les Alpes en hiver est un truc humain. Ose me dire que regarder des gens couler en se marrant est un truc humain (toujours trop tôt pour le sous-marin de riches, par contre, on ne mélange pas les mouchoirs en soie et le Sopalin sale, merci)(</sarcasme>).

Perso, ça m’est insupportable, mais, après tout, chacun-e son truc.

Moi je lutte POUR les personnes, d’autres militent CONTRE ces personnes. Après, faudrait juste admettre que de laisser des gens crever n’est pas très sympathique, mais pour ça, il faut un supplément d’âme. Il m’en reste un peu, je te le met quand même ?

Favoriser n’importe quel intérêt économique au détriment de la vie des gens, c’est contraire à beaucoup de valeurs “gauchistes” en fait.

🥦🥦🥦

Et ne pas se positionner, c’est prendre le parti de l’oppression que l’on n’interroge jamais.

Ne pas se positionner, c’est laissez les droitards faire le job en fermant les écoutilles et en croisant les doigts pour ne pas tomber dans la catégorie “à benner” du néolibéralisme. T’es à un accident du travail, à un souci de santé, de la terrrrrrrible réalité du monde : on va te laisser crever, toi aussi, si tu n’es plus rentable, peu importe pour qui tu votes.

Parce que ton patron n’en a strictement rien à carrer de ta vie. Il achète ton temps de vie reconverti en temps de travail. Ton boss n’est pas ton pote malgré les séminaires au ski. On aime se croire indispensable mais c’est faux. Tu pars ? Quelqu’un te remplace et si on a du mal à te remplacer, on beugle que les Français-es n’ont pas le sens du travail au lieu de réaliser qu’un SMIC pour un BAC+18 c’est un peu short. Mais y’a des tickets resto, alors bon…

NE RIEN FAIRE, C’EST LAISSER FAIRE

(et donc approuver silencieusement cette minutieuse destruction du monde sous les applaudissements d’une poignée de milliardaires)

🧩🧩🧩

Après, je dis “de gauche” mais on est pas à l’abri d’un sursaut droitiste quand on se met à gagner de l’argent ou qu’on a du succès dans la vie. Le socialisme, c’est cool quand tu en as besoin, c’est juste que tu ne veux pas payer pour les autres. Quand les choses vont bien pour ta pomme, tu ne vois pas l’intérêt à en faire profiter les flemmasses qui font rien de leur vie. C’est une mentalité comme une autre, qui, comme on dit dans le digitalll, est une aptitude à la transversalité opportuniste.

Je connais des gens qui se disent de gauche mais qui ont une vie de droite. De gauche mais seulement quand ça me concerne et que je peux en tirer des avantages. Une fois que j’ai la tête hors de l’eau, j’oublie les autres et je prends ce qu’on me donne, ciao les losers !

Outre les trouzmilles courants politiques se tirant allègrement dans les pattes au lieu d’abattre le Grand Capital, il y a cette vision du monde qui est particulière aux personnes ayant de l’éthique. Faut pas se fier aux étiquettes : il y ‘a des cocos qui sont de sacrés enflures. Des anars masculinistes. Des féministes toxiques. Toutes sortes d’autoritaristes, toutes obédiences confondues. Il ne suffit pas de se dire “de gauche” pour en être.

Ce qui nous distingue est notre passivité, ou l’absence de passivité, face à des événements de la vie et du monde. Là, tu vas me dire que les cathos homophobes et les jeunes cadres dynamiques du GUD ne sont pas dans la passivité, et c’est vrai. La différence se situe aussi au niveau de la valeur d’une vie humaine en perspective avec notre situation.

🧰🧰🧰

En gros, si ce que tu souhaites implique la souffrance d’autrui ou son exploitation pour ton propre confort, tu es plutôt de droite. Désolée, c’est pas moi qui fait les règles 🤷‍♀️

L’individualisme n’a rien à faire dans nos luttes. C’est visiblement difficile à comprendre, y compris dans “nos” rangs supposés. On ne lutte pas que pour soi, on lutte pour tout le monde et pour les gosses qui n’ont rien demandé à personne. Le combat n’est pas sensé s’arrêter une fois que tu as eu ce que tu voulais, ou que tu as enfin réussi à pécho dans ton asso, Jean-Nuisible.

Si personne ne se positionne radicalement, rien ne va changer. On rappellera ici que la Révolution Française, un épisode dont on est tellement fièr-es, est en réalité une émeute qui a mal tourné pour la bourgeoisie, la religion et la noblesse. Donc on glorifie une émeute qui a donné de profonds changements sociaux et on chie dans la gueule des militant-es d’aujourd’hui.

Pourquoi ?

Parce que t’as envie de rester tranquille dans ton canap à glandouiller devant la télé, voilà pourquoi. T’as pas envie de politique dans ta vie parce qu’on est bien, dans ce canapé tout mou payé en 4 fois avec Cofidis. C’est ton canapé personnel, tu le lâcheras pas, t’as bossé pour ça, parce que tu bosses, TOI.

Toi, tu n’es pas une feignasse…sauf lorsqu’il s’agit d’obtenir un canapé pour tout le monde.

☀☀☀

Je préfère encore les gens de droite assumés (ce qui ne veut pas dire que je tiens à leur parler ou à les fréquenter) à des gens se disant de gauche en se momifiant devant C8.

C’est ma vie, c’est les choix que je fais, c’est mon engagement et je sais que ça fait chier le monde qu’on lui colle sous le nez les mort-es du capitalisme. Le monde ne veut pas voir ça, seule la réussite compte.

Les infos te dépriment ? Est-ce que tu te demandes si les gens qui passent aux infos sont de vraies personnes ? Je ne sais pas, je demande juste. C’est pour la science.

“Ah non, je ne veux pas voir ça” 🙈 c’est déjà se positionner politiquement. Le refus de la réalité est une prise de position politique qui a les mêmes conséquences que de laisser faire le fascisme en fermant bien sa gueule car notre canapé est suffisamment mou pour nous aider à oublier la misère.

Le fascisme doit être combattu de toutes nos forces. Peu importe la forme que prend cet engagement, après tout, je suis trop handicapée pour aller péter des trucs dehors, j’ai rien à dire sur les gens qui ont le courage d’aller se faire défoncer par des flics surarmés. L’engagement passe aussi par la création de contenu (coucou !), le remballage de tonton raciste à Noël, l’éducation des enfants ou de certains adultes, pas besoin de tout cramer pour se tenir debout et dire non. Le cramé c’est une option et, j’avoue, j’avoue, un plaisir des yeux et un enfer pour les assureurs.

(Oui parce que normalement, on crame ta bagnole, tu es sensé-e être assuré-e. Quand on pète ta vitrine, tu es aussi assuré-e, c’est pour ça que les assurances existent et s’arrachent les cheveux en ce moment même : quand il faut rendre les cotisations, ça râle.)

Le fascisme ne se combat pas depuis un canapé trop mou. Le fascisme nécessite des taloches façon MMA, notre passivité le laisse prospérer en paix.

C’est tout.

🦄🦄🦄

Donc “ni de gauche ni de droite” signifie “j’ai pas envie de me prendre la tête avec vos étiquettes et j’aime bien ce canapé”. Et si tu te fous de la vie des autres, tu as des valeurs morales de droite, c’est tout. Si la casse de l’Hôpital, de l’Éducation Nationale, de la Sécurité Sociale, des retraites et tout le merdier te laissent de marbre, c’est que tu es de droite par défaut.

Dans “progressisme” il y a “progrès” et c’est pas en fermant les yeux qu’on avance correctement. Non. On se prend tous les nids de poule, les murs, on ne voit pas les voitures arriver et c’est dangereux. Être conscient-e de son environnement c’est déjà faire un pas vers le zbeul.

Sur ce, j’ai des cartes de visites à envoyer et des stickers à logistiquer. Des bisoux ❤️