Heure de réveil : 5h09 (chats)

C’est ma journée de la frustration.

Alors déjà, je connais un laboratoire d’analyses médicales qui va se prendre une violente chasse ce matin, parce que ça fait deux fois de suite qu’iels ne savent pas doser ma lithiémie. Ça passait super avant, et là, je ne sais pas, ça fait deux fois qu’on m’envoie chier parce qu’il manque un truc. J’ai donné l’heure de la prise, j’ai donné ma posologie, vous voulez une photo de mon cul avec ou ça va aller ?
C’est pas comme si le dosage de la lithiémie chez une personne bipolaire c’était un tout petit peu important, bande de branques.

Ensuite, je vais un tout petit peu m’agacer sur la formation Médiation de Santé Pair, parce que je me suis fendue d’un assez long (court par rapport aux billets tkt) mail expliquant que, sachant la formation conditionnée par une embauche, j’aurais souhaité connaître la liste des établissements pour savoir si j’abandonne tout de suite ou si l’HP à côté de la maison propose ça. Parce que je suis à mobilité limitée et salariée, donc ça m’aiderait de savoir certains trucs rapidement.
J’ai reçu un copié collé d’un de leur posts FB en réponse. Qui ne contenait aucune réponse à aucune de mes questions, mais visiblement ça devrait me servir de leçon de poser des questions aussi connes que “dites moi si je peux tenter le coup svp”, je sais pas. Ou alors il n’y a pas de liste des établissements et là…heu…

Ensuite, je vais re-recontacter la MDPH qui me fait attendre depuis QUATORZE MOIS mon renouvellement RQTH. Je sens que je vais devoir refaire le dossier. Ouais. Iels ont des problèmes avec les procédures accélérées visiblement, pour aller plus vite faut faire le dossier de 16 pages. Parce que la procédure accélérée prend plus de temps que la procédure normale. Ce qui est parfaitement LOGIQUE PUTAIN.

Bonus : je vais reprendre l’Enfant à la maison à la pause de midi car le bruit de la cantine le stresse beaucoup. On va donc éliminer un facteur de stress pour voir si ça va mieux. L’école n’est pas loin. Heureusement. Oui, ça me fait GRAVE CHIER de faire 2 allers retours supplémentaires mais je vais le faire.

Oh.
Merde.
🦁 Je crois que c’est une journée féroce…


☠️☠️☠️

Je ne sais pas si tu as des journées comme ça, sans doute que oui.
Rien à voir avec les hormones.

Ma petite satisfaction ? L’espace personnel du site que je gérais avant, quand j’étais “utile à la société” est totalement pété. Les messages ne partent plus qu’une fois sur deux. La CSS est une catastrophe. On a modifié une fonctionnalité, visiblement, et on a rendu la démarche utilisateur plus chiante encore. J’ai aussi vu les modifs apportées au site et je suis tellement, tellement fière de ne PAS avoir été responsable de ça…
Cela dit, à plus d’1M visites par mois, un espace utilisateur pété, je sais pas, ça me semble un truc à explorer.

C’est bien, j’étais pas si inutile que ça, finalement. Haha. Hahaha…

Mais sinon j’ai envie de péter des gueules, c’est effroyable.

LE MONDE ME FAIT CHIER voilà.
En plus, un feutre noir que j’aime bien est fini.
Et puis je mange du chocolat et des saloperies pour noyer ma dépression et ça sert à rien d’autre qu’à me faire peur en me sentant grossir. Après 3 ans de nausées violentes à la simple évocation de nourriture, mon corps compense comme après la privation d’un régime. Oui, c’est cool, je peux de nouveau manger sans avoir peur, mais c’est pas la peine de tester tout au long de la journée, si ?

Mein gott c’est de pire en pire.
Ma fureur enfle dès que mon esprit se pose sur quelque chose. C’est le parfait moment pour aller troller des gens en commentaires. Saine activité.

Je suis aussi en colère contre ces stylos gel de différents types (métallisé, paillettes, fluo, craie) qui m’ont promis des trucs et qui m’ont trahie de par leur effroyable qualité.

Je suis, d’avance, affligée par le “débat” (j’appelle ça de la téléréalité maintenant) entre Papi Mélenchon et Zorglub-Zemmour. Je ne vais évidemment pas le regarder, ça va, mon niveau de cringe crève déjà le plafond à l’évocation de la rencontre.
“Se battre sur le terrain des idées” haha. Mon cul, ils vont juste bomber le torse et nous on regrettera que la rencontre ait pas lieu dans un ring de MMA avec Soral. Le piège étant qu’on y fout le feu. Va ma me dire qu’on est pas au niveau octogone de la force, là. Le niveau de WTF crève le plafond.


⚡⚡⚡

Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toute cette colère ?

Me dire que c’est signe que je reprends vie ? Ou que je repars dans le Merveilleux Pays de la Manie ? Sans doute.

Avec les années, la vieillesse, tout ça, j’ai appris à ne plus rejeter ma colère. C’est un sentiment qu’on cherche a annihiler chez les petits, et je ne suis fondamentalement pas d’accord avec ça. La colère est un puissant carburant si on la maîtrise. 6 ans avec un l’Enfant terrible m’ont appris à contenir ma colère (un peu) et c’est depuis peu que je me rends compte de l’utilité du truc.

Je vais canaliser cette colère, je vais faire chier mon laboratoire d’analyses et en profiter pour pinailler sur tout ce qui est pinaillable dans ma vie. Tous ces petits trucs qui me font chier au quotidien. Et tant que ça sera pas réglé, je persisterai. Voilà.

Ces journées de colère sont souvent très productives au boulot. Je reprends mes vieux dossiers, je relance les trucs en attente, je fais chier le monde en lâchant pas l’affaire.
Mais je ne suis pas au boulot.

Donc je vais sans doute faire du tri et jeter des choses, à commencer par ces stylos de merde.
Voilà.
Je me sens mieux 😊

Je vais ptet ranger mes affaires numériques aussi, mon disque dur est plein de doublons parce que Drive a fait de la merde. Han ouais je vais faire ça. Recherche de doublons et gros tri. Je vais jeter plein de choses. Parfait.

Je vais aussi sans doute mettre la musique fort dans la journée et faire un lipsync de la honte seule dans mon salon. Ouais !

Je vais continuer le tri des jouets du gosse et je ferai pousser de l’herbe à chats. Oui ça n’a rien à voir mais d’un coup…ma vie semble pleine de projets de destruction, je suis un peu requinquée.


🔥🔥🔥

Ouais, en fait, je suis juste en colère, ça va.
Et j’arrive à ne pas dire au petit “MAIS JE M’EN COGNE DE TES TRUCS DE MINECRAFT, QU’EST-CE QUE J’EN AI A FOUTRE D’UN MOUTON ENDERMAN SANS DECONNER”
Je ne l’ai pas dit. Je l’ai pensé, oh oui, je l’ai pensé.

Je préfère la colère à la résignation. La colère consume mais la résignation étouffe.
Sans la colère, on serait en 1224 niveau droits des femmes et des minorités. Sans la colère, on se serait résignées et on aurait vécu dans la mort perpétuelle. Cet état de semi-conscience laborieuse où tu ne vis que pour les 5 prochaines minutes de souffrance sans pouvoir te projeter au delà.

La colère militante, la colère exprimée semble détestable aux yeux des hommes cis (qui sont, il faut le reconnaître, des modèles de patience, de vertu et de calme), parce qu’elle est bruyante mais qu’elle est surtout signe que ça déborde. Et quand ça déborde…des gens crament le Fouquet’s (un des plus beaux jours de ma vie) et ça, c’est atroce.

On devrait déjà être bien contentes de pouvoir vivre avec des droits et tout, notre colère est considérée comme du caprice. Elles en veulent toujours plus. Tu donnes le droit de vote, elles veulent pouvoir divorcer. Ça sera quoi, après ? La liberté d’utiliser leur corps comme bon leur semble ? Et après ? Le MATRIARCAT et la procréation sans les hommes ?

La colère, ça me permet de tacler méchamment Jean-Nuisible. Et qu’est-ce que c’est bon, ça ! Sans colère, ce serait moins puissant et moins convaincant. Notre colère leur fait peur et ils ne savent y répondre…qu’avec de la colère…tout en nous reprochant d’être agressives.


🍓🍓🍓

Alors, merde. Voilà.
Je suis fâchée, j’ai de très bonnes raisons de l’être, je vais passer ma journée fâchée et ça va me permettre de faire bouger des choses.

La nuance c’est que je ne vais pas me mettre en colère contre mes proches, parce que je n’ai rien à leur hurler. Mes proches n’ont rien à voir avec mes difficultés et iels n’ont pas à pâtir de mon état de nerfs. C’est parfois difficile de me contenir quand je suis agacée, mais c’est faisable.

Je ne sais pas si tu as connu l’Homme qui Rentre Tard à la Maison, qui est énervé à en crever et qui passe ses nerfs sur toi (non je ne parle pas de toi, mon cœur, tkt, tu rentres de mauvaise humeur mais tu as le bon goût de rester vivable). J’ai connu ça enfant puis adulte. T’as rien fait, tu vis ta vie, tranquille, et tu te fais engueuler pour rien. T’es dans ta chambre et, d’un coup, il débarque et te hurle dessus en retournant tout. Avant de te demander de ranger ta chambre, sérieux, regarde moi ce foutoir.

T’es là, une tornade passe et se casse, t’as rien compris sauf que tu te sens soudainement très petite, faible et malheureuse face à l’injustice.

J’ai vraiment pas envie de faire subir ça aux personnes que j’aime. Parfois c’est difficile, parfois je crie, je pars, je boude. Je finis par m’isoler pour reprendre mon souffle. Tout va bien se passer, allez.

Du coup je travaille sur cette colère, cette IMMENSE colère au fond de moi. Parce qu’elle est dantesque. J’ai trop subi dans l’impuissance. Il y a trop de choses qui ne seront jamais justes, jamais réparées.


🌩🌩🌩

Les violences commise sur les enfants, ça donne ça. Une immense frustration jamais apaisée. Quelque chose qui ne sera jamais recollé. Une cassure, immense, dans laquelle je tombe régulièrement en passant par le trauma, la tristesse, l’injustice et qui ne me rend que de la colère. Et je sais que je suis loin d’être la seule à patauger dans ce sentiment visqueux d’un vague gris maronnasse non identifiable mais très, très réel dans ma tête.

Quand tu es enfant, tu as encore moins de droits qu’un chat. Tu peux juste poser ton cul et écouter. Subir. Parce qu’on ne te croit pas, parce que tu es caractérielle et capricieuse, parce que c’est ça qu’il faut corriger. Il faut aplanir ta colère jusqu’à la rendre invisible, pour qu’elle ne perturbe personne. Alors que tu ne cherches qu’à hurler l’injustice de ce qui t’arrive, on te demande de te calmer. On ne te croit pas. Pour quelle raison une enfant peut-elle être en colère ? Pour un truc d’enfant. Merci, au revoir, ça fait 85€.

Ma colère, maintenant, je la connais, je la porte, je l’utilise. C’est normal d’être en colère et il faut qu’elle sorte d’une manière ou d’une autre sinon elle pourrit au fond de mon cœur.

C’est normal d’être en colère quand tu es enfant. Il faudrait savoir comment leur apprendre à gérer leur colère plutôt que de les faire taire. On commence à le comprendre, heureusement.

Ici, on a des “moments colère” quand on est tous les deux.
On se met en colère, on crie, on dit ce qui ne va pas, on peut même utiliser des gros mots. Et puis ça va mieux. On s’est écouté l’un-e l’autre, on peut discuter de ce qui nous fâche et on a vidé notre sac. En disant des gros mots en plus (l’effet de transgression est très utile avec cette technique).

🐾🐾🐾

Bon, après, ça dépend aussi de ton type de colère. Les colères masculines virilistes de possessivité sont dans ma catégorie “colère malsaine” car elles sont dirigées contre des personnes qui n’ont pas de prise sur la colère. Un mec possessif va être en colère parce qu’il est possessif, pas parce que sa meuf a une vie en dehors du foyer.

Ça arrive d’être en colère contre une personne et c’est toujours utile de s’interroger sur l’objet réel de la colère. Bien souvent, l’objet en question c’est nous. Pourquoi s’en prendre à une autre personne si c’est toi qui merdes ? Parce que t’as pas envie de voir que c’est toi qui merdes. C’est plus gratifiant de se persuader qu’une tierce personne est responsable de ton malheur, m’enfin, on va pas la refaire, je pense que tu connais le truc.

Je différencie vraiment les deux types de colère (colère contre le monde/colère contre une personne spécifique) au ressenti dans mon cœur. La colère sur le monde est enveloppante, entière, sourde. La colère sur autrui est piquante, me laisse à vif et a un cri bien plus aigu.

On a tendance à parle de “LA” colère, mais ça me semble intéressant de chercher les subtilités. Toutes les colères ne sont pas légitimes, par exemple. Un droitiste qui est colère du manque de moyens des flics ou un type qui râle parce qu’il a pris une amende pour excès de vitesse à juste titre ne vont pas vraiment bénéficier de ma compassion. Un mec qui est en colère contre “les femmes” aura peut-être une raison pour cela (il en a rencontré une qui ne faisait pas les sandwiches en coupant en triangle) mais sa colère ne sera pas légitime. A moins que tu considères que couper les sandwich en triangle soit vital. Hum. Je n’ai pas encore vu de “mort par sandwich rectangulaire” donc on va dire que “hum”.

Toutes mes colères ne sont pas fondées non plus. Ça m’arrive d’être en colère par rapport à quelque chose qui arrive suite à mon incompétence. Mais aussi parce que mes bananes ont mûri trop vite. Remarque, je suis ptet incompétente de la banane. Vu mon ban du cake à la banane, c’est probable..

(Image tout sauf contractuelle)

🌚🌚🌚

J’ai toujours été définie, enfant, comme colérique. C’était pas faux. Sauf qu’une partie de mes colères avaient des raisons sinistres.

Une anecdote qui fait beaucoup rire ma grand-mère est quand je la traitais de sorcière et ce jour où j’ai bien failli lui envoyer un tabouret à la gueule. J’avais 4 ans.

Quelques mois auparavant, je vivais avec mes deux parents et mon petit frère en Lozère, dans la nature et les moutons. Un soir, ma maman nous a collé-es dans la voiture, on a roulé toute la nuit et on est arrivé-es en Lorraine au petit matin. J’ai encore le lever de soleil en mémoire.

On a rien compris. Je pensais qu’on allait rentrer à la maison à un moment. Ma maman pensait aussi qu’on allait rentrer à la maison. Mais on est jamais rentrées. Et va expliquer à des enfants de 4 et 1 an que papa et maman, c’est compliqué, alors on va revenir. Elle était sûre qu’on allait revenir, comment expliquer aux enfants que son mariage était terminé alors qu’elle ne le savait pas encore ?

La ville sentait mauvais, il y avait du béton partout, on habitait un tout petit appartement avec des escaliers à monter et des voisins. Je ne comprenais rien à ce qui se passait et mon petit frère était sans doute dans un état pire que le mien même s’il avait dans les 18 mois. Il présentait déjà des symptômes de TSA (Troubles du Spectre Autistique), ça a dû être atroce pour lui.

Je ne savais pas si et quand on rentrerait. J’ai posé des questions à ma mamie mais elle ne m’a pas répondu. J’étais totalement perdue.
Alors j’ai imaginé qu’en réalité, c’était ma mamie, la sorcière, qui avait fait quelque chose pour nous avoir rien qu’à elle. Ça m’a permis d’apporter de la cohérence et de l’apaisement. Et de projeter ma colère sur une personne que je tenais pour responsable. Tout s’expliquait, tout était simple : c’était de sa faute.

C’est une des raisons pour lesquelles je fais attention à l’objet des colères de l’Enfant. On ne sait pas tout percevoir, sa colère ne vient pas de nulle part.
Je fais attention mais j’y suis hypersensible, d’autant plus que je suis souvent l’objet de sa colère. Je prends la violence pleine poire et ça fait mal quand ton enfant te déteste, c’est même pas que ça fait mal, c’est que ton cœur passe au broyeur PUIS au mixer PUIS au four en mode pyrolyse.


⚛⚛⚛

Bref, je suis fâchée.
J’ai envoyé un mail cordial-mais-désagréable® à la MDPH, je compte les minutes jusqu’à l’ouverture du labo et je vais écumer les groupes pour tacler du mascu, ça leur fera les pieds.

L’Enfant râle parce qu’il va devoir aller encore deux jours à la cantine, scandale, hurlements, tout ça. Alors que ça va être lourd pour moi et qu’il a bien de la chance que je puisse aller le chercher.

*ceci est le plus long soupir que t’as jamais entendu*

Si tu as une personne à emmerder, envoie, c’est le bon jour, ça me fera du bien, ça te fera du bien ❤️