Hier, j’ai demandé sur Threads (je sais, je sais) ce qu’il y aurait à sauver du capitalisme. Quelqu’un a répondu “la méritocratie” et il a bien de la chance que je n’en ait pas renversé mon café.

J’ai pensé aux enfants de notre nouvelle ministre de l’Education qui passe un sale quart d’heure en ce moment. Amélie Oudéa-Castéra. Désolée, je ne retiens plus les noms, pour moi tout ce petit monde est interchangeable.

Un truc m’a traversé l’esprit, mais ça doit encore être la folie, hein, je me suis dit “et si on collait un-e ou plusieurs profs pour administrer l’Éducation Nationale, tu crois pas que ce serait un peu cool ?”. Je sais pas, hein, je propose.

Notre ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités (les mecs en ont plus rien à foutre dans la concentration du pouvoir, on rabote et on regroupe, ça se voit vraiment que personne ne décide de rien et que ce sont des titres de façade) s’appelle Catherine Vautrin. Avant toute autre chose : cette meuf est anti-IVG et Ministre de la Santé. Déjà. De base. Pouf pouf. Pas de café partout, continuons.

Wikipédia :

🐦 “Catherine Jeanne Marie Vautrin naît le 26 juillet 1960 à Reims du mariage d’André Vautrin, directeur de société, et de Françoise Laudy. Elle est titulaire d’une maîtrise de droit des affaires de l’université Paris-Descartes en 1985. Le 3 mars 2001, elle épouse Jean-Loup Pennaforte, universitaire. De ce mariage, naît une fille en 2002, deux jours après son élection à l’Assemblée nationale. De 1986 à 1999, le groupe Cigna emploie Catherine Vautrin sous le statut de cadre. Elle intègre d’abord le groupe comme chef de produit, puis directrice marketing et communication de Cigna France en 1989, de Cigna Europe de l’Ouest en 1995, de Cigna Europe continentale en 1997. De 1999 à 2002, elle rejoint le conseil régional de Champagne-Ardenne, où elle devient directrice générale adjointe des services chargée des directions et des services opérationnels.

Meuf, je suis désolée de t’annoncer ça, mais t’es pas forcément compétente, en fait. Ton mari est médecin, en médecine interne, mais on t’as pas eu ton diplôme par capillarité. Pire, si c’est ton mari qui te conseille, c’est illégal. Tu as bossé chez Cigna depuis 1986, dis. Je ne sais pas encore de quoi il s’agit.

Toujours Wikipédia :

🐦 “Cigna Corporation est une compagnie d’assurance américaine dont le siège social se trouve à Philadelphie (Pennsylvanie) dans le gratte-ciel Two Liberty Place. Elle fut fondée en 1982.”

Cigna Europe, selon le site :

🐦”Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ?
Cigna est une société internationale de services de santé dont la mission est d’améliorer la santé, le bien-être et la tranquillité d’esprit de ses assurés. Cigna compte 74.000 employés, au service de plus de 100 millions de clients à travers le monde.

Œuvrant au sein de la division internationale de Cigna, notre unité spécialisée se consacre aux besoins des organisations internationales (OIG) et non-gouvernementales (ONG) et des sociétés d’Afrique. Nous possédons plus de 60 années d’expérience dans la conception, la mise en œuvre et la gestion d’assurances santé collectives internationales et de programmes d’avantages sociaux destinés aux employés, qu’ils soient sous contrat international ou local.”

Alors là, tu vois, t’as VRAIMENT pas de bol.

J’ai pris cet exemple au hasard et je tombe sur une pépite. Parce que j’ai travaillé en mutuelle, en prévoyance et en assurance de personnes pendant quelques années, figure-toi, oui oui. Et même les organismes qui se présentent avec de jolis mots n’ont jamais à cœur le bien-être de leurs assuré-es. Le déremboursement de la Sécurité Sociale bénéficie à ces organismes. Mettre une personne à la Santé qui a des intérêts dans cette industrie, c’est presque artistique.

On pourrait se dire, ouais, mais elle connaît son domaine, et puis c’est gentil de travailler pour l’Afrique, CE SI BEAU PAYS 🤬

Sauf que la santé, telle que pratiquée par les organismes de prévoyance et d’assurance de personnes, c’est le cadet de leurs soucis. On fait deux trois trucs de prévention et c’est plié.

🐦 “Aujourd’hui plus que jamais, les individus envisagent leur santé globale (Whole Health) en adoptant une vision plus large et s’efforcent de se préparer un meilleur avenir. Ils recherchent des soins de santé complets, combinés à un soutien et à des outils personnalisés capables de les aider à faire face aux exigences de la vie d’aujourd’hui, que ce soit à la maison, au bureau ou dans toutes les autres situations.

Avec Whole Health, nous nous sommes engagés à améliorer la santé globale et le bien-être de tous, en aidant chacun de nos assurés à reconnaître la valeur des solutions de soins de santé, tout en tenant compte des nombreux facteurs de stress présents dans leur environnement immédiat. Nous leur permettons d’accéder aux meilleurs soins, au bon moment et au bon endroit, quelle que soit la situation. Après tout, le véritable objectif des soins de santé est bien d’aider chacun à vivre mieux.

Notre approche Whole Health est au cœur de tout ce que nous entreprenons. Elle constitue l’identité de Cigna Europe. Et elle débute par l’accès aux soins que nous offrons à nos assurés: une composante clé de nos assurances santé.”

Le pipotron a bien été mis à profit, à ce que je vois.

J’ai mis un TROP long moment à comprendre qu’il s’agissait d’une complémentaire santé pour personnes expatriées. J’ai donc cherché le tarif si jamais mon alter ego maléfique se décidait d’aller à Djibouti. Pour une mutuelle mondiale (Sauf États-Unis), je paierais 118,15$/mois, mais sans soins de maternité, et avec des plafonds pas ouf. Curieuse, je vais m’expatrier aux US pour voir, tiens. 243$. Je dois ajouter 185,68$ mensuels pour les soins de jour (ambulatoire, urgences sans hospitalisation, médicaments et pansements prescrits, consultation spécialistes…”

Le remboursement sur l’optique est de 155$ pour les options “Silver” et “Gold”, le “Platinum” est à 310$. C’est à dire, un remboursement misérable, c’est l’entrée de gamme en mutuelle. En dentaire, on a un plafond Platinum de 5 500€ par an. Woot.

Sur le plan de luxe, toutes options, j’en suis à 1 153,38$/mois.

On est donc sur des tarifs hallucinants, mais on peut se soigner aux US. Tout ça est d’une ironie sans nom. Cette ministre a travaillé en mutuelle, pour des expatrié-es, spécialement aux US.

Il y a un truc à comprendre, ici : la casse de la Sécurité Sociale fait augmenter la nécessité d’une bonne assurance santé. Plus tu défonces le bouzin, moins les gens sont remboursés, plus ils font appel aux assurances complémentaires.

Ici, on n’est pas dans du pur conflit d’interêt à ciel ouvert, mais j’aurais tendance à ne pas faire confiance à une personne dont les intérêts sont liés d’aussi près à son activité professionnelle antérieure. C’est comme si tu mettais un cadre supérieur de chez Danone au Ministère de l’Agriculture. Attends, je vais vérifier si c’est pas le cas, tout est possible…

…oui, il sait peut-être de quoi il parle, lui 🥳

🐦 “Marc Fesneau
Il effectue ses études secondaires au lycée Molière à Paris. Après avoir obtenu un diplôme d’études universitaires générales (Deug) de sciences de la vie et de la nature, il travaille pour une entreprise de conseils pour le ministère de l’Agriculture, puis en 1996 pour la chambre d’agriculture départementale du Loir-et-Cher au service développement local, avant d’être désigné directeur du service, chargé des politiques de développement local et des fonds européens, en 20003. En parallèle, en 2003, Marc Fesneau sort diplômé de Sciences Po Paris.”

Oh oui, il sait de quoi il parle, il aime les animaux. Il chasse. À l’arc. Il est aussi opposé à l’interdiction de la Corrida. On le dit “proche du terroir” et tout le merdier. Je pense que je n’ai pas besoin d’en dire plus pour que tu percutes que lui aussi a certains intérêts très à cœur. Genre les mégabassines, lui, il est totalement opé.

🐦 “L’an dernier, le ministre a pris pour cible l’Agence nationale de Sécurité sanitaire, chargée de l’évaluation des risques des pesticides. Alors que l’Anses venait de suspendre les usages du S-métolachlore, un herbicide utilisé dans les grandes cultures, Marc Fesneau l’a appelé à « réévaluer sa décision »« Une telle ingérence politique sur l’expertise scientifique, c’est quasi trumpien », s’insurge un député de l’opposition.
[…]C’est à l’Association nationale des Industries alimentaires (Ania), qui rassemble les acteurs du secteur agroalimentaire, qu’il a recruté sa directrice de la communication. Et une ex-cheffe de cabinet s’est recasée chez Phytéis, une organisation professionnelle qui réunit les fabricants de produits phytosanitaires.”
(Libération)

Lui, par exemple, il est compétent pour parler Agriculture, pas de souci. Ce choix de ministre est en revanche bien dans la lignée du “on vous emmerde” présidentielle : lobbyiste, chasseur, mégabassines, on sait où il se positionne, ce type.

🐧🐧🐧

Ces deux-là ont effectivement une connaissance du métier. Mais pas vraiment côté assuré-es ou paysannerie responsable, au contraire.

Bah tu vois, la méritocratie, c’est exactement ça.

EXACTEMENT ÇA :

Tu positionnes les pions dans les cases qui te font plaisir en fonction de tes intérêts et ceux de ta classe : les dominants. Mériter ce poste ne signifie pas que tu es la personne la mieux placée, objectivement parlant. Non. C’est que tu es la personne qui mènera à bien la politique présidentielle. Je ne découvre pas le fil à couper le beurre, t’en fais pas, à part pour les tarifs mutuelle, je n’ai pas été choquée ou étonnée de ces cursus.

La méritocratie, c’est exécuter ton numéro pour préserver un système politique moribond, mais duquel il reste encore de la thune à gratter. Aucune de ces personnes ne MÉRITE d’être ici. Aucune n’a les intérêts des gens à cœur. Toustes ont les intérêts des financiers, lobbyistes et industriels à cœur. Cela les rend non seulement pétri-es de conflits d’intérêts, mais ça en fait aussi les dernières personnes qu’on veut voir gouverner. Avec ces gens, t’es sûr-e que non seulement tu ne seras pas écouté-e, mais qu’en plus on te laissera crever la gueule ouverte car, toi, tu ne MÉRITES pas de vivre correctement.

Puis merde, allez CNRTL :

  1. Valeur morale procédant de l’effort de quelqu’un qui surmonte des difficultés par sens du devoir et par aspiration au bien.
  2. Propriété intrinsèque de l’acte humain bon, en tant qu’il a rapport à autrui, à la communauté humaine et à Dieu, et qui est susceptible d’appeler sur l’homme la miséricorde divine.
  3. Caractère de celui ou de ce qui est digne d’une appréciation avantageuse par ses qualités morales ou intellectuelles.
  4. Caractère qui rend une personne plus ou moins digne d’éloges ou de reproches.

Surmonter les difficultés par sens du devoir et par aspiration au bien ? Définit “difficultés” stp. Vautrin est titulaire d’une maîtrise en droit des affaires de Paris 5 René-Descartes, son premier taff c’est cadre.

On revient sur Amélia Oudéa-Castéa, pour le plaisir du sens de la difficulté et des obstacles insurmontables :

🐦 “Amélie Claire Castéra naît le 9 avril 1978 dans le 14e arrondissement de Paris du mariage de Richard Castéra, directeur de Publicis et haut fonctionnaire, et de Dominique Duhamel, directrice des ressources humaines. Elle est la nièce du médecin Jean-François Duhamel, des journalistes politiques Alain et Patrice Duhamel et, donc, nièce par alliance de Nathalie Saint-Cricq (épouse de Patrice) et cousine du journaliste de BFM TV Benjamin Duhamel.

Le 22 juillet 2006, elle épouse Frédéric Oudéa, resté un fidèle de longue date de Nicolas Sarkozy, dont il a été conseiller au ministère du Budget, devenu directeur financier de la Société générale où il sera nommé PDG en 2009 après l’affaire Kerviel, puis en mai 2023 président du conseil d’administration du laboratoire pharmaceutique Sanofi, avec qui elle forme, selon Mediapart, un couple « parangon des élites françaises », « engagé dans la vie publique », y compris dans la « polémique liée à la scolarisation de leurs enfants dans le privé ».”

Paye ton démarrage en pente, hein ?

🐭🐭🐭

En gros, faut prendre tout le concept de méritocratie et le benner immédiatement. Aucune de ces personnes ne mérite d’être là. Aucune de ces personnes n’a vécu en dehors du petit cadre élitiste parisien, personne n’a jamais eu faim ou froid, dans le lot.

Je propose qu’on ne mette pas une mais cinq personnes à la tête de chaque ministère. Dont 3 seraient des travailleur-ses dans le secteur qu’iels administrent. 1 juriste, pour pas non plus faire n’importe quoi n’importe comment, et 1 citoyen-ne random. Le fait de faire ou d’avoir fait du lobbying devrait être un facteur d’exclusion aux fonctions publiques, de la même manière, évidemment, que les condamnations par la justice.

Ceuxlles qui s’en sortent, sans conflit d’intérêt, sans passe-droit, pourraient prétendre, dans ce cas là, à des fonctions politiques.

 

🍅🍅🍅

Pour finir : la méritocratie existe dans un système où tout le monde démarre dans la vie avec les mêmes chances. Ce n’est pas le cas. Une personne peut bosser toute sa vie comme une damnée et ne JAMAIS réussir à “grimper les échelons”. La progression sociale n’est pas accessible au mérite. Elle est déterminée par ton contexte social.

Une personne sur dix mille peut, éventuellement, réussir à percer.

On arrive ici au biais du survivant : “Si moi je l’ai fait, c’est que c’est possible”.

Rappel rapide Wikipédia à l’arrache : “Le biais des survivants est une forme de biais de sélection consistant à surévaluer les chances de succès d’une initiative en concentrant l’attention sur les sujets ayant réussi mais qui sont des exceptions statistiques (des « survivants ») plutôt que des cas représentatifs.

Si tu as survécu à un crash d’avion, ce n’est pas parce que tu es exceptionnel-le, ça veut dire que l’avion s’est crashé en premier lieu !!! Et ça veut dire que des gens sont morts, mais pas toi. TROP COOL WESH.

On pourra parler de méritocratie au moment où les dés ne seront pas pipés. Pas avant. Désolée.