Heure de réveil : 4h43 (ankylose)

TW : armes, suicide, tueries scolaires, pas de description.

Toujours fatiguée, la douleur monte et j’ai la haine contre le Dr Méchant qui me prive d’anti-TNF parce que je le fais chier.
D’un autre côté, sans effet secondaire lourd, ça change.
Je ne sais toujours pas ce que je vais faire. Reprendre les injections ou vivre avec la douleur mais aussi deux trois trucs sympa genre ne pas perdre mes cheveux et ne pas dormir en 4 secondes à tout moment de la journée ?

🤖🤖🤖

Hier, j’ai expliqué à l’Enfant (7 ans) pourquoi je griffonnais sur son bel agenda Minecraft. Agenda qui comporte une petite déco de bon goût avec les mots “AK47” (je vais en choper un autre, oui 😬).

J’ai pas pu. Je lui ai dit tu sais, les armes, à l’école, ça ne me fait pas rire.
Il a commencé à se fâcher, puis il m’a écouté.

“En mai dernier, une personne est rentrée dans une école primaire aux US et a tué des enfants avec des armes de guerre. Cette arme-là, sur ton agenda, c’est une arme de guerre. Les armes sont faites pour tuer, les armes de guerre sont spécifiquement faites pour tuer des humains.
– Il a tué des enfants ?
– Oui, des enfants à l’école primaire, comme toi.
– Mais…😳
– Tu sais, les exercices où tu dois te cacher, à l’école ? Et bien c’est si jamais quelqu’un arrive avec une arme à l’école. C’est très important. La vente d’armes à feu est très limitée en France, mais aux Etats-Unis, on peut en acheter facilement. Et on préfère apprendre aux enfants à se cacher qu’à cesser de vendre des armes.
– Mais…il a tué des enfants comme moi ?
– Oui. 19 enfants en mai. Et ça arrive régulièrement. Moi, les armes, ça ne me fait pas rire. Dans les jeux vidéo, pourquoi pas, mais dans la vie, c’est non.”

Il a chopé des gestes avec les deux doigts figurant un pistolet, je ne sais pas où il a appris ça (dans la cour, j’imagine) mais à un moment il le dirige vers sa bouche, le sang a quitté mon corps, et j’ai été sidérée. Je suis la feminist killjoy de la famille, j’explique ce qui est problématique et TOUT est problématique. J’ai essayé de lui expliquer que c’était un geste “pour se faire du mal” mais j’avais surtout des souvenirs qui sont remontés, j’étais bouleversée, j’ai juste dit “J’ai perdu des amis comme ça”.
Tu veux dire quoi ? Que c’est trop salissant comme méthode de suicide ?

Va falloir que je prenne sur moi et que je raconte sans décrire, tout comme j’ai raconté pourquoi on ne suivait pas les inconnus dans la rue et pourquoi, si on l’attrapait, il fallait crier le plus fort possible et se débattre.

Cet article sera illustré avec des trucs mignons, hors de question que je mette des images d’armes.

🦈🦈🦈

Je vis dans un endroit où on colle des mentions d’armes dans des agendas Minecraft et où ça passe. Je pourrais vivre dans un endroit où je peux choper des armes de guerre au supermarché.

Parce que des gens considèrent comme sacré le droit de posséder des armes. Donc on peut acheter des AK47 pour “””se défendre”””. Sans doute des hordes de zombies ?

Et te crois pas en sécurité en France, les flics ont le droit de garder leur arme de service avec eux.

“Le Sénat a adopté cette après-midi l’article 25 de la proposition de loi Sécurité globale, à 214 voix contre 121. L’article prévoit que les policiers et les gendarmes ne peuvent se voir opposer un refus d’accès aux établissements recevant du public alors même qu’ils portent leur arme en dehors de leurs heures de service.”
(Public Sénat)

“Lorsque les circonstances le requièrent, le policier ou le gendarme, même lorsqu’il n’est pas en service, intervient de sa propre initiative, avec les moyens dont il dispose, notamment pour porter assistance aux personnes en danger.”
(Décret n°2013-1113 du 4 décembre 2013)

“Paris : soupçonné de féminicide, un policier déjà connu pour violences conjugales est toujours recherché”
(Sud Ouest)

🥀🥀🥀

Oui, mais c’est pour garantir notre sécurité, tu sais ?

Un soir de 2017, j’attendais une amie en terrasse d’un café à Vincennes. Un treillis passe, puis un autre, puis un autre, tous armés. J’ai commencé à me sentir mal.
Puis, petit à petit, la terrasse a été encerclée par les militaires. Je me suis dit que j’allais mourir. Que j’allais me faire abattre, par qui, je ne savais pas, mais c’était ma mort que j’avais en tête, pas ma sécurité.

J’ai parlé de cette histoire avec plusieurs ami-es. Ben on est assez nombreux-ses à bader quand on voit des kékés en treillis se balader, fusil d’assaut en main, dans les couloirs du métro.

C’est peut-être moi, cela dit. Je suis antimilitariste depuis le tout premier récit de guerre de ma Mamie.

📕 Lorsque les “Américains” sont arrivés dans les Vosges, l’Ennemi a rassemblé tout le monde devant une église. Les hommes ont été séparés des femmes et des enfants, qui ont été enfermé-es dans l’église. Heureusement, le temps a manqué, l’Ennemi a pu mettre le feu à l’église mais pas plus, avant de s’enfuir. Personne n’est mort, mais j’ai vu son regard vide, celui de celle qui a beaucoup perdu en dedans elle.

Elle avait 18 ans.
18 ans et la guerre en territoire occupé. Héberger, nourrir les soldats ennemis. Puis les choses dont elle ne m’a jamais parlées, les choses qui arrivent quand on est en territoire occupé.
Puis la faim, les privilèges de l’agresseur, l’obligation de bien fermer sa gueule car à qui vas-tu te plaindre si on te tue dans les bois ?

📧📧📧

Tuer, ça évite d’avoir à réfléchir à d’autres solutions.

J’ai PAS de solution, moi. Parce que c’est pas mon boulot et que la Solution Parfaite n’existe pas. Je sais juste que les militaires armés me collent en PLS.

J’en suis au stade où je n’ai jamais pu jouer à Call of Duty. D’un autre côté, ça m’arrange, parce que la vue FPS me fait peur et que j’ai zéro réflexe, donc personne ne se doute qu’en vrai, je suis une tanche.

J’ai pu utiliser un fusil d’assaut (virtuel) dans The Secret World, mais j’étais en Leech Heal : mes coups me soignaient en me redonnant une fraction de mes dommages en point de vie. Du coup c’était un fusil magique, j’ai pu faire abstraction.

On m’a tiré dessus au pistolet à billes quand j’avais 12/13 ans. On était au square à boire de la bière en fumant heu des cigarettes, un des mecs sort un pistolet de son manteau, et là j’ai fait “pffffffiout” 😰. Ça l’a beaucoup fait rire donc il a décidé de me menacer avec ce que je ne savais pas encore être un pistolet à billes.

Bah pistolet à billes ou pas, ça fait mal, surtout quand c’est tiré de très près (dans ma jambe). Mais au moins, c’était pas une vraie arme, j’étais presque soulagée de voir le bleu grossir sans que ça n’en foute de partout.

Puis…
🔴 Le gore. L’imagerie gore. Les scènes de crime, les morceaux dispersés un peu partout sur les murs et le sol. Les scènes de guerre, de massacre, sans floutage ni trucage. Une arme à feu, ça fait tout ça.

☠️☠️☠️

Est-ce que mes expériences traumatiques expliquent cette profonde aversion ? Sans doute que oui. En partie.

Parce que sur le principe, les armes à feu c’est quand même bien particulier, surtout les fusils d’assaut.

🧱 Un gros rocher est une arme si on veut. Mais c’est d’abord un gros rocher. Un couteau peut couper des légumes, ou des gens. Une corde peut attacher des trucs et des machins ensemble, mais aussi tuer. Le fusil d’assaut, lui, est conçu uniquement pour tuer des gens, des personnes, des êtres humains, c’est son seul but.

Quand je vois Astronofaf faire joujou avec ses copains conspi, ça ne me fait pas rire. Je me dis qu’un mec aussi malsain et perturbé dispose d’une arme et ça ne me fait pas rire. Quand tu vois la violence dont il sait faire preuve sur les réseaux, tu te demandes jusqu’où ça va, jusqu’où va ce qu’on ne voit pas.

L’arme à feu, c’est la puissance de la mort instantanée, si tu vises bien. La mort dans ta poche, bien au chaud, des fois qu’un grizzli vienne t’attaquer tandis que tu fais tes courses à Auchan un samedi après-midi, tu sais ?
(Oui, je fais un raccourci foireux car il y a des dispositions légales pour empêcher ce genre de trucs. C’est grâce aux dispositions légales de sécurité routière qu’on est actuellement à zéro virgule zéro mort-es sur la route, d’ailleurs, car bien entendu tout le monde respecte la loi)

🔫🔫🔫

Donc on entraîne les enfants à se cacher en cas d’attaque terroriste.

Ça m’écœure qu’on en soit là, qu’on sache pas gérer autrement que de dire aux potentielles victimes d’apprendre à se cacher. On apprend aux femmes à ne pas occuper l’espace public si elles ne veulent pas se faire agresser, on apprend aux enfants à se faire tout petits pour ne pas se faire agresser, mais on n’apprend rien aux agresseurs.

Une société sécuritaire, c’est sensé être ça.

Mais je ne me sens PAS en sécurité, moi.
Je suis une femme, et dans l’espace public, je ne me sens jamais en sécurité parce que je sais que personne n’apprend aux hommes à gérer leurs émotions.

Oui bah désolée, je vais chercher “tuerie de masse commise par une femme” pour voir, je reviens.

📺📺📺

Nasim Najafi Aghdam. Attaque du siège de YouTube, 3 blessé-es, 1 décès, le sien.

“Selon la police, Nasim Najafi Aghdam a ouvert le feu au siège de YouTube avant de se suicider car elle était « en colère » contre la plateforme. Elle s’estimait lésée, affirmant que YouTube avait « filtré » et « discriminé » ses vidéos, plombant ainsi ses revenus. Aux Etats-Unis, les fusillades de masse sont monnaie courante mais elles ne sont presque jamais perpétrées par des femmes : sur 220 incidents analysés par le FBI entre 2000 et 2016, 211, ou 94 %, ont été commis par des hommes. Et on ne sait pas exactement pourquoi il y a un tel écart entre les sexes.

« Il y a de multiples facteurs biologiques, environnementaux et sociétaux », estime le sociologue Eric Madfis, de l’université de Washington Tacoma. Selon cet expert des tueries de masse, l’explication biologique reste cependant la moins convaincante : « Il semble y avoir un lien entre le niveau de testostérone et l’agressivité, mais c’est un problème de l’œuf et de la poule. Des recherches ont montré qu’un acte violent, chez les athlètes ou les militaires, peut faire grimper le taux de testostérone ».

Les auteurs de fusillades de masse partagent des caractéristiques communes. Ils sont souvent solitaires ou marginalisés, et éprouvent un sentiment de réjection ou d’échec, sentimental ou professionnel. Mais « les hommes ont tendance à exprimer leur frustration en cherchant un responsable extérieur alors que les femmes intériorisent et se sentent coupables. C’est notamment pour cette raison que davantage de femmes souffrent de dépression, d’anorexie ou s’automutilent », avance l’expert.”
(20 Minutes)

Bon, je suis moins binaire que ça dans ma réflexion, évidemment.

📔📔📔

La “Crise de la Masculinité”, j’adore. Les hommes fabriquent eux-mêmes des règles de vie intenables et quand ça marche pas, ils se vengent sur leurs compagnes et leurs enfants.

On parlera de la mentalité “incel” à un moment (c’est dans le || ) parce que pour moi, c’est la quintessence de tout l’illogisme du patriarcat.

Comme t’es pas content dans ta vie, tu prends une arme et tu empires le problème. Normal. Les Vrais Hommes ne réfléchissent pas à leur problèmes en en parlant calmement autour d’une boisson chaude. Non. Ils gardent tout dedans, advienne que pourra.

Je pense qu’on peut le dire : ça marche paaaas super bien. On obtient des générations d’hommes qui ne savent plus rien exprimer tant on leur a rabâché qu’on ne parlait jamais de ses faiblesses. Puis qui pètent un câble plus ou moins violent, plus ou moins régulièrement, quand ça déborde de colère.

Pourquoi les séances de thérapie seraient-elles “pour les fillettes” ? Pourquoi vouloir à tout prix être en contrôle et dominer son entourage ? Pour dire que t’es grand et fort ? Ok, t’es grand et fort, mais si tu pouvais ne pas te montrer violent quand tu ne sais pas gérer tes émotions, ça serait mieux, je crois.

🎲🎲🎲

…et moi, dans tout ça, je me retrouve à expliquer à mon fils pourquoi les armes ne me font pas rire du tout. Pourquoi il ne faut pas faire comme les copains, en vain. Parce que le bazar en face de l’école vend des kits (jouets) gilet pare balle, casque, menottes et fusil et que ça ne choque personne.

Parce qu’on éduque nos fils à la violence, “comme des hommes”. Le mien n’est pas éduqué comme ça à la maison ? Pas de souci, l’école prend le relais, les jeux vidéo font le reste. Je dis ça alors que je suis (j’aime pas dire j’étais parce que j’ai l’espoir secret de pouvoir récupérer assez de mobilité et d’endurance dans les mains, on sait pas, tout peut arriver) une joueuse moi-même et que j’aime la violence gratuite quand elle est fictive. Mais j’ai 33 ans de plus que lui, quoi.

Il a 7 ans, qui lui apprend à faire le geste “balle dans la tête” ??! Pas ses jeux. Je sais à quoi il joue (oui, quand même, je suis un peu responsable) et je sais que ce ne sont pas les jeux. Il y a des armes dans certains jeux, oui, mais le geste ?

T’imagines que je suis probablement une des seules daronnes à prendre ça très très au sérieux ? Que ses copains, vu la violence déployée pendant les récrés, n’ont pas de mère aussi pénible que moi ? Je sais pas, tu ferais quoi, toi, à ma place ? Evidemment, je passe pour la reloue, ce que je suis. Je casse la “joie” et le “fun” des armes à feu.

Et franchement, tant mieux. Sans regret. Je vais continuer à faire chier, yep. Je suis le parent chiant donc ça reste dans ma fiche de poste.

♟♟♟

T’en penses quoi, toi ?