Aujourd’hui, on va parler d’une entreprise impie et tentaculaire. Aussi, on va découvrir par la force des choses que la Chine n’est pas vraiment communiste, mais ça, normalement, tu le savais déjà.

On va parler Tencent, de pourquoi tu connais pas forcément et pourquoi c’est important d’en savoir plus sur cette entreprise.

Si tu veux voir l’historique de Tencent genre à la success story, tu trouveras pas mal de vidéos sur Tencent et son créateur, Ma Huateng, aka Pony Ma (c’est un jeu de mots sur la prononciation de son nom en chinois simplifié). C’est un milliardaire, forcément, les gens s’intéressent, sa vie est sans aucun doute plus palpitante que celle des employé-es qu’il tue à la tâche. Je n’ai pas envie de faire un énième parcours de gloire d’un type qui a oublié d’être humain, merci.

Lorsque j’ai appris (il y a longtemps, ça va, faut pas déconner) que la Chine possédait des milliardaires, ou que les milliardaires possédaient la Chine (ça revient au même), je me suis demandé comment c’était justifiable niveau idéologique. Ok, avec Mao on était déjà plus dedans depuis un moment et l’euphémisme est monstrueux. Mais comme j’ai fait un tunnel sur la Chine en me documentant pour ce billet, je sais que l’histoire de ce pays est une suite de reprises de pouvoir suite à des séditions. Je sais aussi que ce pays tue sa propre population, directement ou pas, et que ça ne date pas de Mao (même si c’était un mec qui aurait dû rester chez lui). Le déclin démographique est tel que je me demande ce que sera la Chine dans 20 ans. Je sais aussi que les avortements sélectifs (car on ne veut pas de filles), dans la période de l’enfant unique, on permis à 40 millions d’hommes Chinois de se retrouver célibataires et lancé un petit trafic de “femmes” : achat d’épouse à l’étranger, enlèvement, ce genre de trucs qui me fait dire que le manque de femmes ne les rend pas plus puissantes pour autant : elle les victimise encore plus. Comme les entrées en boîte gratos pour les filles. C’est toi, le produit. On est sur une page féministe, ou pas ? Voilà !

🌔🌕🌖

Allez, on fait une ellipse un peu confuse pour revenir dans le présent et recommencer ce billet sur de nouvelles bases, maintenant qu’on a évacué les évidences.

Il était une fois, moi qui mate la fiche Wikipédia de Discord et qui vois que l’entreprise Tencent est un des investisseurs, et pas des moindres : 40% de l’entreprise leur appartient. Ça aurait pu en rester là, si je n’étais pas habituée à faire de la veille sur le monde de la tech et de la finance. Car j’aime bien les innovations et j’apprécie de voir les PDG se vautrer et finir en prison. C’est moins cher que l’alcool et ça m’amuse beaucoup plus, le tout avec juste la gueule de bois capitaliste habituelle.

Donc, je vois ça, je fais “oh oh dis donc intéressant, tout est donc bel et bien pourri”.

Car Tencent est l’un des acteurs majeurs dans la surveillance de masse de la population Chinoise.

C’est même un peu l’Empereur de la Délation.

Un Empereur qui investit massivement dans les entreprises étrangères pour augmenter le soft power Chinois.

Alors on va parler de ça après un autre détour contextuel.

Lui, c’est Ma Huateng, le président de Tencent.

🦄🦄🦄

Il y a autre chose à bien retenir pour comprendre la suite : la Chine se veut exemplaire et sûre. Exemplaire, car il faut continuer à vendre le modèle Chinois à l’international, mais surtout à sa propre population, qu’on incite à la délation dès la primaire. Le monde extérieur est infernal, et, comme je l’ai entendu hier : “Ils ont vendu leur liberté contre de la prospérité.” Car le deal il est bien là : en échange d’une réduction de tes libertés personnelles, on te garantit une vie sûre, productive et simplifiée.

Toute ressemblance avec la rhétorique sécuritaire de nos propres pays lorsqu’ils parlent de Loi Renseignement et nécessité de fichage n’est que pure fortuicité. Haha. Évidemment, ça se passe en Chine, mais la Chine, c’est en Étrangie, c’est pas nous, nous on est pas des barbares, haha. Nous, on est civilisés, on tue pas nos gosses en manif…oh wait 🤔

Tu savais que Huawei avait gracieusement offert à l’Ouganda 20 caméras de surveillance en 2014 ? Oh, et le génocide de la population Ouïghoure ? Facilité par la télésurveillance et l’IA. Tout ça pour la sécurité. Juste pas la tienne, en vrai : c’est les gouvernements qu’on protège, pas ta pomme.

Maintenant, quand on te dira que la Loi Renseignement et la surveillance sont là pour assurer ta sécurité, tu pourras ricaner avant de paniquer.

Tout ceci est conforté par une propagande sévère, qui donne l’illusion aux Chinois que la Chine est le pays le plus sûr du monde et que l’extérieur est apocalyptique. Si en dehors c’est l’enfer, alors on ne va pas y aller. Cela va même, comme en Russie, jusqu’à ignorer ou dissimuler les crimes sériels pour suivre ce narratif.

La Chine est l’un des plus grands viviers de tueurs en série au monde, les John Wayne Gacy et Ted Bundy peuvent franchement retourner mourir. Comme les informations ne remontent pas, on se retrouve à découvrir des charniers dans des jardins et à bien être obligés de dire “Oui, ok, on a peut être UNE personne pas ouf dans le voisinage”. Le nombre de crimes par tête de pipe est assez hallucinant, et j’emploie ce terme à bon escient. Je connais “un peu” les tueurs en série des autres pays, ici on est du simple au double en termes de décès.

Le premier de la liste, Bai Baoshan, a causé 15 morts. Long Zhimin a tué 48 personnes entre 1983 et 1985. Wang Qiang, 45 meurtres, Yang Xinhai, 67 victimes… Je ne donne pas ces chiffres en vain : ce sont les cas que les autorités Chinoises ont bien été obligées de CONFIRMER. En 2011, une directive du bureau de la propagande demandait aux journalistes de bien vouloir bien fermer leurs gueules sur des affaires criminelles.

Les informations données au compte goutte. Surtout, elles doivent être uniquement positives en ce qui concerne les affaires internes. Dehors, c’est le chaos, mais la Chine va parfaitement bien. Dans ce contexte, il est simple de faire rester les gens dans leur pays de manière totalement artificielle. On fait gonfler la peur de l’extérieur, on censure les mauvaises nouvelles, on surveille tout ce petit monde qui doit rester le doigt sur la couture du pantalon en permanence. Ou, plus simplement, on t’empêche d’acheter un ticket de train et si t’y vas quand même, on a un prétexte pour te coller en taule.

Allez, on retourne (enfin) à Tencent, je pense que tu as assez de contexte pour la suite.

🦑🦑🦑

Tencent, c’est WeChat. WeChat, c’est la seule application dont tu aies besoin lorsque tu es Chinois-e. WeChat, c’est 1,3 milliard d’users avec 4h/jour sur l’appli. Ne pas avoir accès à WeChat t’empêche de régler ta note au restaurant ou de te déplacer. Plus de messagerie, plus rien : c’est comme si on supprimait directement chaque application de ton smartphone à distance. Ici, presque tout est centralisé sur cette application, qui permet un bon suivi du crédit social, qui permet de flagger les comportements “déviants” et de te localiser à chaque instant. Couplé à la télésurveillance et à la biométrie, tu es, normalement, entièrement monitoré-e.

Le Crédit Social est une note sur ta personne. Une note qui reflète ta fiabilité et ton sérieux. Si tu as une mauvaise note, tu ne peux par exemple pas faire un emprunt immobilier ou te déplacer hors de ta région. Les personnes à mauvais score sont même parfois affichées, avec photo et coordonnées, sur des panneaux d’affichage en pleine rue. Un mauvais score peut donc provoquer la suspension ou la suppression de ton compte WeChat unique et personnel, rendant ta vie de galère encore plus galère.

Ici, je me demande comment autant de tueurs peuvent sévir dans un pays si sécurisé. Puis, je me souviens que la Chine est un immense pays, et que tout ne se situe pas en zone urbanisée. Tout le monde n’est pas surveillé de manière aussi intensive. Si, dans les villes, on peut te tracer à 100%, c’est plus difficile dans les zones moins densément peuplées. Lors de mes pérégrinations en terres macabres, j’ai découvert cette histoire, celle d’une femme enchaînée dans le cabanon au fond du jardin, qui produisait des enfants élevés par son mari qui se la jouait père abandonné sur Tik Tok avant qu’un reporter aille voir derrière chez lui et entende des bruits… la Chine ce n’est pas que Pékin ou Shangaï.

Mais je m’égare.

Tencent, c’est un truc plus grand que ce que tu peux imaginer.

🦋🦋🦋

Pour commencer, j’ai tenté d’installer l’application. Sur émulateur, faut pas déconner. Et comme je ne parle pas chinois et que c’est pas prêt d’arriver, j’ai rapidement été bloquée. Les deux seuls mots en français du menu étaient “WeChat” et “Facebook”. Dans tous les cas, j’étais eue, car il faut indiquer un numéro de téléphone valide pour s’inscrire. Et il faut aussi avoir un réseau préexistant, recevoir la validation d’ami-e(s) pour voir son compte vérifié et pouvoir utiliser l’application.

Je précise ici que je bosse dans le ouèbe depuis 20 ans, j’ai fait des années de support applicatif et j’ai participé à des projets du flex de mon cul beaucoup trop souvent à mon goût. J’ai un fort intérêt pour la propagande et l’utilisation d’incitations (“incentives”) pour manipuler l’expérience client, je suis fascinée par l’UX (l’ergonomie) et les dark pattern, on en a même déjà parlé ici. Je sais aussi parler bullshit sur demande. Mais, en gros, j’ai testé un nombre assez impressionnant d’applications, j’ai fouiné, cherché, je me suis intéressée à ce qu’il y avait sous le capot des trucs et des machins, car c’est mon métier. C’est donc normal que je veuille tester cette application, vivre l’expérience.

Contrairement à n’importe quelle app que j’ai connue jusqu’à présent, tout est verrouillé d’emblée, tu n’as ni “démo”, ni présentation de l’appli, ni facilité de connexion avec un token FB ou Google, au contraire : avoir un compte WeChat, ça se mérite. Et je ne le mérite pas. Il existe d’ailleurs des tutos pour s’inscrire à cette application.

🐦 “Tout utilisateur WeChat existant peut vérifier un nouveau compte WeChat. Cependant, pour valider votre compte, ils doivent répondre à des exigences spécifiques, comme indiqué ci-dessous :

  1. Je me suis inscrit à Wechat il y a plus de six mois.
  2. N’a pas vérifié d’autres utilisateurs de WeChat au cours du dernier mois.
  3. N’a pas été bloqué au cours du dernier mois.
  4. Application de paiement mobile activée – WeChat Pay 微信支付 (wēi xìn zhī fù) développée par Wechat si l’ami se trouve en Chine.

Même si toutes les conditions sont remplies, WeChat peut refuser d’activer votre compte. Personne ne sait pourquoi certains comptes sont refusés même après vérification. Cependant, pour augmenter vos chances d’approbation, vous devriez contacter un ami en Chine continentale pour qu’il vérifie votre compte. Trouver un utilisateur en Chine continentale peut s’avérer difficile pour un utilisateur international, mais cela peut aider.

Lorsque vous trouvez quelqu’un, vous devez lui proposer votre code QR pour qu’il puisse vous vérifier. Malheureusement, il y a peu de chances que vous puissiez accéder à WeChat si vous ne terminez pas ce processus.”

C’est absolument contre-intuitif, et, à mon avis, ça sert à une chose : te faire ressentir un soulagement lorsque ton compte est validé. Vu la galère, et les blocages qui semblent frapper assez régulièrement at random, le fait d’avoir un compte WeChat fonctionnel, c’est déjà tout un truc. Donc, tu as galéré pour avoir l’appli, ça serait dommage de te faire bloquer, hein ?

L’autre avantage, moins flagrant, est que le principe d’une “super app” permet de télécharger des modules…en contournant la validation AppStore ou Google Apps. On peut donc utiliser des applications de hack ou de traçage de manière totalement décomplexée, te mettre un petit trou de souris en bundle avec ton application de tests cosmétiques.

Bonus : si tu es une entreprise étrangère, tu DOIS passer par une entreprise partenaire pour t’implanter en Chine. Et si t’as pas Alipay (le PayPal d’Alibaba, l’autre géant) ou WePay, t’es dans la merde, personne ne pourra te donner d’argent.

 

🐰🐰🐰

Contrairement à nos habitudes, où une application = un usage, WeChat permet tout. Pire : il te faut VRAIMENT VRAIMENT WeChat pour vivre en Chine, sinon tu vas en chier.

WeChat, c’est un peu le pack Premium of Doom.

En se loggant dans l’appli, on entre dans son espace personnel, un endroit qui regroupe absolument toute ta vie : tu peux recevoir ton salaire, payer tes factures, qui y arrivent directement, tu peux louer un vélo, prendre les transports, te déplacer (ou pas) dans le pays, effectuer des démarches administratives, prendre rendez-vous chez le dentiste, aller au restaurant ou acheter des fleurs. Même ton temps de jeu est monitoré par WeChat : les ado-es ne peuvent pas jouer plus d’un certain nombre d’heures par semaine. Les jeux sont aussi contrôlés par cette application, évidemment, Tencent possède trouzmilliards de trucs dans le gaming.

Je pense que maintenant, tu situes le souci : cette application connaît absolument TOUT de ta vie. C’est super utile de ne pas avoir à entrer un numéro de CB, hein ? Sauf que tes petites activités privées sont également surveillées par le gouvernement, qui a une emprise certaine sur l’entreprise. Sans la bénédiction des autorités, cette super-app n’aurait pas vu le jour. Mais on s’est vite rendu compte que l’avantage du chat en ligne via une application maison tenait en une chose : les données. Beaucoup de données. Beaucoup de flux de parole qu’on peut analyser quasi en temps réel. Par exemple, si tu dis “démocratie” tu risques d’avoir des problèmes. Je ne déconne pas.

Le gouvernement n’attend pas que tu passes à l’action : il est à l’écoute de ce qu’on appelle les “signaux faibles”. Avant de ricaner sur la suite, sache que comme t’as pas protesté contre la Loi Renseignement, on a l’équivalent en France, même si c’est plus discret. Je serais nous, je ferais pas trop trop les malines, si tu veux.

🌺🌺🌺

Admettons que tu sois une dangereuse extrémiste. Tu ne vas pas dire à tes potes “je vais aller acheter des clous rouillés et une bonbonne de gaz demain matin à Carrefour et payer en CB, rendez-vous à 16h au bar Le Balto pour terminer les plans maudits”. Non. Ou alors tu n’est pas faite pour la vie terroriste.

Tu vas faire une commande Amazon pour des gants en vinyle, une clé à pipe et, allez, un masque de clown parce que tu aimes le fun. Ensuite, tu vas aller au Carrefour susmentionné et acheter ta bonbonne de gaz en liquide (c’est une des raisons pour lesquelles l’argent liquide est de plus en plus découragé : trop peu traçable), puis tu prends le bus et tu utilises un burner phone (un téléphone à 10 balles) pour communiquer.

À aucun moment tu n’as fait part de tes plans : tu as bien segmenté tes préparatifs, en tout cas mieux que les 3 mots écrits plus hauts, tu n’as pas communiqué en clair, ET POURTANT TU VAS FINIR EN PRISON.

Parce que l’achat de bonbonnes de gaz peut être un indicateur (un signal faible), qu’on est vidéo-surveillé-es, que même le burner phone que tu as pris, tu l’as acheté en étant télésurveillée, qu’on peut retracer les mouvements de ton vrai téléphone ainsi que tes déplacements dans les transports. Même si à aucun moment tu n’as énoncé tes projets, le contexte permet de déduire que tu es une dangereuse terroriste. Si en plus tu fais partie de groupes dissidents ou si tu suis des personnes trop de gauche sur les réseaux sociaux, ça alimente encore ton contexte.

En France, ce n’est pas – encore – suffisant pour venir t’interpeller un beau matin de février, mais en cas d’explosion subite, on saura te retrouver rapidement. Bon, ok, je sais qu’il y a des interpellation de personnes sur la base de leur activité sur internet (beaucoup de fiché-es S, évidemment), mais c’était pour dire qu’on était – encore – un peu protégé-es. Bah ouais, imagine si, en vrai, tu construisais une fusée et tu avais besoin de gaz, de clous et d’outils de jardinage. On te laisserait éventuellement une chance de t’expliquer.

Revenons à nos patates. Chaque élément pris séparément ne veut rien dire : c’est l’ensemble des signaux faibles qui se transforme en signal fort.

En Chine, cet ensemble d’actions est déjà mille fois trop : ça fait un moment que tu as disparu de la circulation, à ce stade. Car si tu es une dissidente, tu vas sur des sites où tu lis des trucs. Si tu utilises un VPN, haha, tu te dis que t’as gagné, hein ? Sauf que le gouvernement sait que tu as utilisé un VPN ou TOR, et n’hésitera pas à te demander pourquoi. Le fait même d’utiliser un dispositif renforçant ta vie privée est un signal faible en soi.

🦆🦆🦆

“Je n’ai rien à cacher, de toutes façons” disent les gens de bien. Sauf que si, même en France, t’as des trucs à cacher. Ne serait-ce que tes préférences d’achat de Regalad fruits rouges versus Dragibus.

En Chine comme ici, on a un équilibre délicat entre liberté et sécurité. Le contrat social peut, comme en Chine, être de privilégier la sécurité au détriment de la liberté. On a encore de la marge, dis-tu ? Mouais, franchement pas tant que ça. Si ce connard d’Elon Musk veut que Twitter/X devienne un équivalent occidental de WeChat, c’est pas pour nos beaux yeux : il sait que la surveillance de masse est un domaine d’avenir.

Puis…tu es sûr-e que tu fais tout bien ? T’as pas parlé de Darmanin en mal, un jour ? Tu sais que tu peux avoir une peine de prison si tu utilises des mots trop violents pour répondre à une politique mortifère ? Tu sais que des gens sont emprisonnés à tort ? Bah t’es pas tant à l’abri que ça : le jour où on décide de t’emmerder, on le fera, FUSÉE OU PAS !

Tu sais pourquoi je n’utilise plus mon compte Facebook ? Car il est relié à la page des Monologues, que j’ai faite certifier. J’ai un autre compte de secours (j’en ai perdu un autre suite à l’élagage comptes inactifs…) que j’ai mis en place suite à mon premier strike. En gros, si mon compte perso se fait striker, par exemple si je montre un micro-short pour homme, je n’ai plus accès à ma page. Comme j’ai déjà été eue en parlant de micro-shorts pour hommes (…) puis en écrivant le mot “pelle” : si mon compte saute, je perds une grosse partie de mon travail. Certaines pages ont été fermées, pour aucune raison. Perdre la page, c’est perdre une immense partie de ce que j’ai construit, outre les mots.

Comme j’ai trop à perdre, je ferme ma gueule sur le profil perso autant que possible.

J’ai échangé ma liberté contre la sécurité. Ne t’en fais pas, on ne va pas partir dans une réflexion sur le sujet, c’est à toi de savoir quels compromis tu es prêt-e à faire et cela ne me regarde absolument pas…Car tu es libre de tes choix.

Pour le moment 👀

👀👀👀

Avec WeChat et les différents systèmes de surveillance mis en place, la Chine a donc accès à la vie de ses habitant-es (j’ai failli écrire citoyen-nes, laule) et peut menacer d’exclusion à peu près n’importe qui. Je te rappelle que Peng Shuai, une athlète Chinoise, a “disparu” après avoir dit que son gouvernement “meh”. Elle est réapparue en s’excusant et en disant que non non, tout allait bien, promis, dans une interview où elle était très nettement pas elle-même. La célébrité ne te protège de que dalle, dans ce pays. Au contraire : tu es connu-e ? Tu dois être exemplaire en toute occasion et tu es encore plus scruté-e. Mieux : la disparition d’une célébrité fait frémir tout le monde. Parce que personne n’est à l’abri, même, et surtout pas, les puissant-es. On en reparle plus bas.

Là, c’est le moment où tu dis “Pfff c’est une application en chinois que je peux même pas installer, j’en ai rien à battre”.

Et t’as pas tort : c’est une application Chinoise, je ne suis pas Chinoise, tout va bien.

OBJECTION !

Le truc, c’est que Tencent, la maison mère de WeChat, a eu l’autorisation du gouvernement Chinois pour investir un peu partout dans le monde.

On va faire une liste non-exhaustive et tu vas vite comprendre le truc.

Je remercie ici la chaîne PolyMatter qui a mis ses sources à disposition via cette vidéo :

🐬🐬🐬

https://www.notboring.co/p/tencent-the-ultimate-outsider

J’ai trouvé une liste assez complète (2021) ici, mais pour résumer, Tencent possède :

  • Universal Music : 20%
  • Tesla : 5%
  • Snapchat : 12%
  • Spotify : 10%
  • Roblox : 49%
  • Discord : 40%
  • Riot Games : 92,78%
  • Funcom : 100%
  • Sharkmob : 100%
  • Epic Games : 40%
  • Ubisoft : 9,99%

Ça, c’est un semi-organigramme de Tencent (https://www.notboring.co/p/tencent-the-ultimate-outsider)

 

Valeur des investissements de Tencent par pays :
Chine : 137,6 milliards d’€
US : 54,3 milliards d’€
Singapour : 20,6 milliards d’€
Finlande : 8,3 milliards d’€
Corée du Sud : 4,6 milliards d’€
Suède : 3,5 milliards d’€
Inde : 2,9 milliards d’€
Indonésie : 2,3 milliards d’€
Brésil : 1 milliard d’€
Australie : 887 millions d’€

 

 

Tu sais, ce qui est le pire ? C’est que le seul à pouvoir s’imposer contre Tencent, c’est Alibaba (Aliexpress, Alipay).

On pourrait se demander comment une entreprise parvient à une situation de quasi monopole dans le plus grand pays du monde, censément “””communiste””” en plus. C’est presque anormal, de donner autant de pouvoir à une entreprise privée, non ?

Si les habitant-es ont troqué leur liberté contre la sécurité, alors le gouvernement Chinois négocie ses principes et son désir de contrôle absolu par :

  1. Une entreprise extrêmement, extrêmement forte et rentable, un rayonnement à l’international et on joue à la Bourse pour rayonner et s’implanter de plus en plus à l’extérieur.
  2. Une meilleure “gestion” les marques étrangères : on achète ou on entrave. Personne ne vient poser son MacDo comme ça à l’arrache, non non.
  3. L’investissement dans des entreprises à l’étranger permet un certain contrôle de ces entreprises. Si ton actionnaire principal est Tencent, vaut mieux faire attention à ce que tu dis sur la Chine.

Le fun fact, c’est que le gouvernement reste l’ultime pouvoir : si on trouve que tu ne devrais pas entrer en Bourse, tu n’entres pas en Bourse. Et si un président décide que Pony Ma va aller en centre de rééducation, il gagnera. Tencent s’est récemment fait réprimander en ce sens : trop de pouvoir, attention, faites profil bas, un peu.

Tu ne me crois pas ?

Laisse-moi t’emmener vers le dernier (?) plot twist de cette histoire, avec un autre Ma. Jack Ma.

🏝️🏝️🏝️

Jack Ma, c’est le boss de Alibaba. Niveau cursus c’est le mauvais élève indiscipliné mais génial. Alibaba, on en a parlé plus haut, c’est un autre titan Chinois, et pas un des moindres. Les deux entreprises ont évolué côte à côte, se grignotant ça et là des parts de marché. Leurs investissements se situent régulièrement dans les mêmes portefeuilles, même si Tencent est plutôt situé dans le secteur “gaming et réseaux” et Alibaba mieux placé niveau plateformes e-commerce, logistique et tout le merdier.

Le 24 octobre 2020, Jack Ma a fait un discours qui a fini par lui coûter 877 milliards de dollars (selon Vanity Fair). Son tort ? Avoir voulu un peu trop flexer son audience, qui se constituait malheureusement de pas mal d’officiels Chinois. Il a ainsi “attaqué” le gouvernement en expliquant qu’en gros, il se passerait bien de faire des politesses. C’est super résumé, mais t’as des sources, j’ai même une excellente vidéo (EN) sur le sujet :

En réponse, en novembre 2020, le gouvernement Chinois pose un véto sur l’entrée en bourse d’Ant Group. Ant Group, c’est juste le moteur financier de Alipay, l’équivalent Chinois de Paypal et le concurrent de WeChat Pay dont on parlait plus haut.

🐦 “La défiance de Ma envers les autorités a couté très, très cher à son entreprise Ant Group. Environ 230 milliards de dollars selon un calcul réalisé par CNN. En effet, Ant Group vient d’annoncer un rachat de ses actions. L’opération révèle au passage la valeur de l’entreprise : 78,5 milliards de dollars. Soit 75% de moins que l’évaluation qu’elle avait obtenue il y a près de trois ans, avant l’introduction en bourse ratée.

La perte combinée de la capitalisation boursière d’Ant et d’Alibaba s’élèverait ainsi à quelque… 877 milliards de dollars, selon un calcul effectué par CNN sur la base des cours les plus élevés enregistrés fin octobre 2020, à peu près au moment où l’entrepreneur a fustigé les régulateurs financiers.”
(Vanity Fair)

Entre ça et les petits coups secs derrière la nuque, Alibaba s’est pris une châsse d’anthologie. C’est qui le patron ? C’est Win…Xi Jinping !

Mieux, c’est un Jack Ma absolument dépité, humble, et même…détruit…qu’on voit ensuite en interview. Car non, il n’avait pas disparu pendant près de 3 mois, il était, hum, en “vacances” à l’étranger, bien sûr, évidemment, hahaha.

Il s’est reconverti, dis. Il est devenu “philanthrope” et professeur à la fac. Sans doute sa vocation première, le retour à des valeurs plus simples pour pouvoir respirer dans sa vie. Et moi, là, j’étouffe sous le sarcasme et je me sens pas ouf, en fait, vraiment pas.

Que ce type soit  un requin, ça a plu au Régime, tant qu’il s’est agi de faire rayonner la Chine, de générer un max de thunes et d’investir à l’étranger. C’est Alibaba qui a vraiment marqué le regain des exportations chinoises, notamment avec Aliexpress, qui met en relation la Chine et le reste du monde de manière simplifiée. Les choses étaient bien plus compliquées avant Aliexpress (je parle au niveau B to B). Il fallait avoir un partenaire commercial en Chine et se soumettre aux contrôles gouvernementaux, bien sûr. Je ne dis pas qu’exporter des milliards de tonnes de merdes en plastique issues de l’exploitation de la force de travail de personnes qui vivent dans des conditions abominables est une bonne chose, attention. Ce que je dis c’est que ça a simplifié un truc qui était moins simple avant.

Ce type a rendu service à son pays, et au moment où il a franchi la ligne, il a été comme assassiné publiquement. C’est fini, pour lui. C’était un des hommes les plus riches du monde, et il donne des cours à la fac. Je dis pas que donner des cours à la fac c’est nul, mais ça fait une petite différence avec avant, genre pour le niveau de vie, tout ça. Oui, parce qu’on lui a sabré la moitié de son patrimoine, à Jack Ma, en plus de tout le reste.

Et pendant ce temps-là, mate qui est notre ministre de l’Intérieur 😬

☣️☣️☣️

Crois pas, Pony Ma, celui de Tencent, il sait tout ça. Si ça fonctionne encore, c’est que son côté rebelle est un peu moins violent. Il sait rester dans les clous. Cependant…il monopolise un peu trop certains secteurs en Chine, et ça reste tendu d’avoir un type qui contrôle autant d’argent, selon son gouvernement.

Et je suis d’accord, pour le coup. Les monopoles, je suis désolée, mais trouve moi un exemple qui n’est pas un bar PMU et qui fonctionne bien. Voilà.

Si, à mon avis, l’État doit gérer tout ce qui est santé, éducation, emploi, régulation de l’industrie pharmaceutique et agro-alimentaire pour pas qu’on fasse n’imp (j’ai beau être anar, je suis contente que certains trucs soient encore un peu régulés. Mais tkt, ça va pas durer), si on avait un seul opérateur téléphonique, par exemple, bah il ferait de la merde et on aurait pas le choix.

C’est une personne qui a bossé pour France Télécom et Wanadoo qui te dit ça : la baffe de l’ouverture du réseau téléphonique fixe a fait du bien aux pratiques du marché. Quand France Télécom avait le monopole, les prix étaient élevés et le service par toujours excellent. À ceci, j’oppose le néolibéralisme qui a forcé la mule pour extraire encore plus de fric, rendant les services plus chers et moins efficaces, mais on a dépassé les 4200 mots et on a beaucoup trop digressé jusqu’ici. Ensuite, France Télécom a perdu l’exclusivité de l’usage de sa propre infrastructure (payées par nous, au fait, tout comme les lignes de train) et a dû céder du terrain aux autres opérateurs.

Les mecs se sont ensuite rapidement entendus entre eux sur les prix, comme d’hab, puis Free est arrivé et les prix ont baissé par la force des choses. A chaque entrée d’un nouveau protagoniste, des “trucs” se sont passés : nécessité d’innover ou d’arrêter de déconner, ouverture de nouveaux segments, etc.

Encore une fois : à mon avis, tout ça ça reste de la merde néolib et c’est à cramer, hein ? D’accord ? J’essaye juste d’expliquer ce que je comprends des bénéfices de la concurrence comme si j’y croyais.

🦖🦖🦖

Il n’en reste que…

Bah d’un côté t’as un gouvernement omniprésent, omnipotent, qui exerce un contrôle quasi-permanent sur l’ensemble de sa population via des outils de contrôle et de surveillance de masse, de l’autre, tu as les entreprises qui mettent en oeuvre cette surveillance et génèrent de l’argent, en fait TOUT EST À CRAMER LÀ-DEDANS.

Tout est à cramer, mais c’est important de s’y intéresser. C’est pour ça que je vais sur ce terrain dont je ne connais que l’aspect pratique et que je me suis enquillé des heures de docus et de lecture : pour comprendre cette situation et en faire un article qui peut t’intéresser. Ce sont des notions chiantes, des histoires de fusion-acquisitions de ses morts, je déteste ça, tout comme je hais individuellement chaque milliardaire que ce monde a porté.

C’est important, car ce contrôle est aussi exercé, dans une moindre mesure, sur nos gueules. Alors savoir quelle forme peut prendre la perversion, connaître les canaux de propagande et les signaux faibles de la manipulation gouvernementale, sortir des termes techniques rébarbatifs et comprendre l’histoire telle qu’elle est, c’est vital.

Parce que t’en fais pas. Nos gouvernements, la biométrie, la reconnaissance faciale et le traçage internet, il kifferait savoir le faire à la Chinoise. Moins on est informé-es de ces possibilités et du fait que c’est utilisé aujourd’hui, sur des milliards de personnes, moins on sera prêt-es à se défendre quand ça nous arrivera. On se marre bien, hein, sur les Chinois ? Ces imbéciles qui vendent leur liberté, hein ? On ferait jamais ça, nous…sauf qu’on le fait tous les jours.

Personne n’a raison, dans l’histoire. Personne n’a raison et on est bien dans la merde.

Rien à cacher, hein ? T’es sûr-e de toi ?