Heure de réveil : 4 h (« vite, le billet d’hier ! »)

Je ferai une intro si j’ai le temps, il est 4 h 15, normalement j’ai au moins une petite heure pour regarder des trucs qui font peur.

Je te rassure, ce n’est pas gore. Ce matin, on parler de la Dame Blanche. C’est très légèrement effrayant mais y’a pas de description.

DES dames blanches, et c’est là que ça prend tout son intérêt. Tu t’en doutes, j’adore les histoires qui font peur, je biberonne aux creepypastas et j’adore tout ce qui est folklore horrifique. Et j’ai donc découvert que la figure de la dame blanche était présente aux Philippines et au Japon.
Comme je suis plus geek qu’anthropologue, prends mes écrits avec précautions, d’accord ? Si je fais une erreur je la corrigerais bien volontiers aussi d’hésite pas à apporter des précisions si tu en as envie.

Je vais partir de ce que je connais : les légendes de dames blanches en Europe et aux US. On va essayer ensuite de voir en quoi les dames blanches du « reste du monde » (C’est tellement ethnocentré que de dire ça, mein gott) sont différentes. Ouais, j’aimerais te dire que j’ai une connaissance innée du folklore mondial, mais non. Donc je ne vais pas me la jouer SJW d’élite, j’assume mes lacunes et je vais faire une partie occidentalocentrée et une reste-du-monde-centrée comme une bonne féministe blanche que je suis.

Je découvre plein de choses en même temps que toi sur ce billet, j’ai fait zéro recherche préalable parce que c’est le jeu, j’espère que ce sera au moins instructif.
(édit : ouais c’était cool j’ai appris des trucs et j’ai collé du féminisme et tout)


👻👻👻

🌺 La Dame Blanche du bord de la route 🌺

Ce sont les fantômes qui t’attendent au bord de la route. No shit, Sherlock.
Selon les versions, il faut, ou pas, la laisser monter à bord et de toute façon tout le monde meurt à la fin dans un affreux accident de voiture, tellement affreux que tu te demandes comment l’histoire est arrivée jusqu’à nous.
C’est en tout cas synonyme de mort ou de danger.

Il y a plusieurs versions de dames blanches du bas-côté et c’est tricky parce que quoi que tu fasses, tu es piégée. Ou pas, car elle n’est pas forcément maléfique, elle est surtout, dans le monde occidental, un fantôme flippant, parfois plus pathétique que dangereux. N’empêche, y’a deux écoles : la laisser monter en voiture ou ne pas la laisser monter en voiture.

Je te dirais : know your Dame Blanche.

En règle générale, les figures fantomatiques apparaissant sur le bas-côté sont financées par le Conseil Général pour sensibiliser les conducteur-ices aux dangers de la conduite de nuit après un dernier picon-bière.
Un peu pour tester ta vigilance, tu vois, comme l’art autoroutier ou les avertissements pour les radars dans ton appli GPS préférée. « Attention, une meuf s’est fait percuter ici, ralentis » à la manière des croix posées sur le bords des routes sur les lieux d’accidents. Je trouve les croix plus efficaces, parce qu’elles sont réelles, mais des fois faut du folklore pour en rajouter une couche.

C’est un peu particulier, comme politique de prévention, parce que tu risques l’accident rien qu’en la voyant. Les « victimes » étant souvent des hommes seuls à bord de véhicules, je pense que mes chances d’en croiser une sont proches de zéro donc on va dire très égoïstement que ce n’est pas mon problème.

Wikipedia nous donne une liste d’endroits connus pour leur Dame Blanche en France. Il y en a dans le Calvados, l’Hérault, les Hautes Alpes et l’Isère, mais je sais la liste non-exhaustive, il y en a aussi dans le Grand Est sur certaines routes. Lorsque j’habitais dans les Vosges il y avait une légende locale, toujours sur une route dangereuse. Je suis convaincue que CHAQUE département ou région possède sa propre Dame Blanche. Pour en savoir plus, appelle l’Office du Tourisme, y’en a sûrement au moins une près de chez toi.

Après l’avoir fait monter à bord, elle s’écrie parfois « attention ! » avant le virage sur lequel elle a été percutée, et disparaît ensuite. Ou elle disparaît d’un coup sans rien dire une fois le lieu de l’accident dépassé. Ou elle mange ton âme.
Je ne sais pas quelle est la version la plus flippante, parce que moi j’avais connu uniquement les bad endings où tout le monde meurt. J’apprends, là, ce matin, qu’elle ne tue pas systématiquement, même si, je le répète, hurler « ATTENTION » à une personne qui conduit n’est pas trop trop sécurité routière friendly. C’est même un peu le contraire. Moi, déjà, tu me colles un fantôme au bord de la route je verse dans le fossé, direct. Heureusement pour tout le monde que je ne conduis pas.

Cette figure est intéressante car malgré mon sarcasme elle reflète un des aspects fondamentaux des spectres et autres fantômes : l’aspect utilitaire. Ici, elle te prévient pour que tu lèves le pied. Elle apparaît aux endroits à risque pour te prévenir. C’est plutôt heu… sympa. Particulier, comme mode de prévention, mais bon.
C’est une des fonctions des légendes urbaines et du folklore. Si tu regardes bien, les histoires sont très similaires partout dans le monde, et pour cause : la route, c’est dangereux. Il faut transmettre le message et rien de mieux que les histoires qui font peur pour ça. La Dame Blanche Routière a donc une vraie raison d’être, tout comme l’Ankou et le Croque-Mitaine servent à empêcher les enfants de sortir en douce pendant la nuit.

🌺 La Dame Blanche du bord de la route (mais ailleurs) 🌺

Ce qui m’a donné cette idée, c’est surtout la question : pourquoi la Dame Blanche est-elle toujours blanche ? La couleur blanche n’a pas de symbolique universelle. Elle peut représenter la Vie ou la Mort, le Bien ou le Mal, la neige ou le goudron, ça dépend vraiment de ta géolocalisation.

Mon hypothèse est que le blanc se distingue mieux dans la nuit, surtout éclairé par les phares d’une voiture. Un fantôme noir sur fond noir aurait moins de succès, du moins dans le cadre routier. Un fantôme que tu ne vois pas n’existe pas. Enfin si, mais tu m’as comprise. Si il ne fait rien, ton fantôme, t’as pas peur, tu ne le vois pas, tu t’en fous, sale égoïste.

Ma recherche se complique cependant, car il y a beaucoup de pays dans le monde et qu’on est pas là pour faire une liste exhaustive des Dames Blanches de la Route (c’est galère). Le fait qu’elle soit au bord de la route est, finalement, trop limitant.

On va faire autrement et élargir un peu notre recherche. Y’a des fantômes en dehors du bord de la route. C’est marrant ça tombe là où je voulais aller dans le billet, je te jure que c’est sorti comme ça, rien dans les mains, rien dans les manches.

🦈🦈🦈

🌺 Les Dames Blanches du monde 🌺

Je disais plus haut que le blanc tranche mieux dans la nuit. Sans mauvais jeu de mots. Il existe des fantômes invisibles, des esprits frappeurs, mais là on est vraiment sur une femme habillée de blanc, qu’on retrouve dans moult légendes locales du monde entier.

Pourquoi du blanc ? Parce qu’on est dans la catégorie « fantômes » et qu’un fantôme, ça a un linceul. Dans certains pays d’Asie, le blanc est synonyme de deuil, ça tombe bien.
Le linceul blanc est aussi présent dans l’Islam. J’ai encore évidemment du mal à trouver des infos précises concernant le continent Africain mais je sais à qui demander. On emballe la mort comme on peut.

Ce que je sais depuis 4 minutes, en revanche, c’est qu’en mai 2021 on a découvert la plus ancienne sépulture humaine au Kenya.
Il y a 78 000 ans, on utilisait donc déjà des linceuls.

Voici Mtoto, un enfant de 3 ans, dans la plus ancienne sépulture connue à ce jour

Je me dis que ça tient peut-être à l’absence de procédés de teinture qu’on a du « blanc ». Mh 🤔
C’est plus probablement une étoffe en lin (ceul) claire qu’un beau drap blanc bien repassé de chez Mamie. Mais si tu es assez près pour t’en rendre compte, il est sans doute déjà trop tard et la couleur du tissu est le cadet de tes soucis.

Dans tous les cas, si le fantôme est une femme, c’est un fantôme qui est morte en couches, qui a perdu ses enfants, qui a été quittée, trompée ou tuée le jour de son mariage. C’est vraiment quelque chose de récurrent dans les différents folklores, cette histoire de femme victime qui se transforme en bourreau.

La Llorona en Amérique du Sud, Pontaniak en Malaisie, Kuchisake-onna au Japon, Mulher de Branco au Brésil, The Ring au Japon (pardon), Vrouwen in wit chez les Néerlandais-es, Kaperosa aux Philippines, et puis aussi au Québec, en Croatie, en Afrique du Sud, en Thaïlande…

Je n’ai pas TOUT parcouru. Excepté pour Madame Koi Koi (Nigeria, Ghana, Tanzanie, Afrique du Sud), on a une très large majorité de femmes victimes qui reviennent se venger. Madame Koi Koi était méchante avant sa mort donc je ne sais pas si ça compte.

Les points communs :
– Femme
– Fantôme
– Habillée de clair
– Cherche vengeance ou rédemption

Les différences tiennent surtout au comportement du fantôme : est-ce qu’elle veut te tuer ou pas ? Je vais m’abstenir de raconter ce que font certaines de ces spectresses sur cette page, c’est vraiment beaucoup trop gore pour le matin. En France, le risque de finir en pâtée est bien moindre qu’en Asie du Sud Est, par exemple. Mais si tu connais un peu le folklore dans ces eaux-là, tu sais qu’on est vraiment des petites joueuses avec nos Barbies de la Mort. Je connais mieux les histoires japonaises, et franchement, la peur est pas du tout au même niveau 😱on est des bisounours à côté.

J’ai voulu me renseigner sur le sujet car je me suis demandé comment on pouvait avoir des fantômes aussi similaires en des lieux si éloignés et nombreux. Il y a plusieurs explications, on va en donner quelques unes maintenant.

🌎 La symbolique de la Dame Blanche, déjà. On le voyait plus haut mais j’insiste : un fantôme en noir sur du noir c’est peu impressionnant. C’est l’effet de contraste qui provoque la peur. Y’a un truc là où y devrait pas y avoir un truc. Le blanc (la couleur) a ce côté pratique qu’il s’adapte très bien à toutes les cultures (alors que le blanc-pas-la-couleur, beaucoup moins).

🌍 On est aussi sur une idée de la Vierge, là. La meuf pure, immaculée, qui n’a rien demandé et qui n’est que victime de la vie. Sa tragédie personnelle se transforme en acte de prévention routière. Elle est utilisée comme repoussoir. Je rappelle que dans le cas des Dames Blanches de la route, les victimes sont quasi exclusivement des hommes.

🌏 Je crois qu’on a levé un stéréotype patriarcal universel, et c’est ça que ça devient intéressant (et ouais tu crois quoi, évidemment que je relie au féminisme).

Dans l’ensemble, les Dames Blanches, si elles sont synonymes de mort, ne sont pas agressives à proprement parler. Elles sont là pour « avertir ». Avertir que le virage suivant est chaud, qu’il faut pas te balader la nuit, qu’il faut être sympa avec les auto-stoppeuses, ce genre de trucs. Comme quand ta daronne te rajoute un pull avant de partir, la Dame Blanche te fait les gros yeux parce que tu conduis trop vite.


🍏🍏🍏

Et tu sais quoi ? Chercher « female ghost » (fantôme femme) sur Google te conduit à ce que tu veux. « male ghost » te renvoie à des costumes d’Halloween. Les fantômes ne sont pas que féminins mais ça, ça m’interpelle un peu. Evidemment.

Alors comme je suis déjà à la bourre, je me suis dit « je vais prendre la liste des fantômes de Wikipedia et vérifier la parité » Oui donc à tout à l’heure, hein, j’en ai pour un moment. Tu peux aller te refaire un café si tu veux te sentir calée sur mon rythme. Le moi de janvier 2023 qui édite ce texte pour le site va aussi aller se faire un café, tiens !

🦄

Ereshkigal, c’est le nom de la déesse de la mort en Mésopotamie. A priori première trace connue de fantômes (La Mésopotamie c’est une civilisation qui a existé entre 3500 avant JC et 400 après JC, c’est large) : elle revient sous forme spectrale pour visiter les vivant-es.

🍕 J’ai découvert l’existence de ce fantôme Japonais nommé « Shirime »

En voici un exemplaire

C’est bien ce que je pensais, sinon sur 123 fiches testées en 4 catégories de fantômes :
– Les « non genrés » parce qu’iels représentent toute une catégorie : 37 (30,8 %)
– Les « nommés » monstres : 13 (10,57 %)
– Les « nommées » femmes : 54 (43,9 %)
– Les « nommés » hommes » :19 (15,45 %)

Précision sur la notion de « nommé » : ça me vient de WoW, ça veut dire que c’est une entité qui sort suffisamment du lot pour qu’elle ait un nom.

Pour te donner une idée, j’ai fait 50 % de la liste sans trouver un seul fantôme désigné comme étant masculin. Tu vas me dire que c’est parce que le masculin est l’universalité pour gnagnagna.

Or, la majorité des créatures nommées (c’est à dire pas « les morts du Titanic » mais « Georgette Landru ») et qui ne sont pas « it » (« ça ») sont genrées au féminin. Les créatures plutôt « masculines » dans la représentation que j’ai trouvées étaient des monstres : animaux humanoïdes, dieux déchus, créatures difformes, difficiles à catégoriser. On est dans le « ça », la représentation est tout sauf humaine. Je n’ai pas trouvé de fantôme type « Homme Blanc » mais je pense que c’est qu’ils ont pas besoin du surnaturel pour faire chier le monde 🤭

Même en ajoutant le score « nommé » monstre + « nommé » hommes, on arrive à 26,02 % du total. C’est un peu significatif, non ? C’est du comptage à l’arrache sur une page Wikipedia, mais du comptage sur beaucoup de pays et cultures différentes. On pourrait affiner, oui. Je t’en prie : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_ghosts

Mais les fantômes identifiées comme féminins ont rarement des difformités semblables à celles des démons masculins. C’est d’ailleurs un peu toujours le cas dans les représentations culturelles en 2021. Les super-héros perçus comme masculins ont moins de difficultés à arborer des défauts physiques et des handicaps.

Regarde le tollé pour Charlize Theron dans Mad Max : Fury ! (Il lui manque un bras dans le film)
Ça fait des siècles qu’on peut avoir un héros handicapé, on doit attendre 2015 pour une telle représentation ? Non, évidemment, j’ai pas vu toutes les productions de la terre et il y a des exceptions. Mais c’est très éclairant qu’aucune exception ne me vienne à l’esprit, en réalité.

J’ai rapidement passé en revue ma liste mentale de manga/animes. Dans l’ensemble, les boss féminines sont toujours bonnes. Les méchants mascu, eux, font ce qu’ils veulent de leurs vies. Ils sont putrides et dégueulasses, suintent de partout, mais ça passe.

Les fantômes femmes peuvent séduire, se montreront plus sous une forme agréable à l’œil pour mieux sucer tes os. Et ce, quelle que soit ta culture, en fait. On a plus de mal avec les représentations non conformes aux canons lorsqu’il s’agit des femmes. Je n’aurais pas pensé que ça toucherait aussi les fantômes, j’en suis la première surprise.

Surprise, oui et non, c’est très logique et ça montre que quel que soit le pays, quelle que soit la culture, on a une certaine image stéréotypée de la fâme.

Même lorsqu’elle est un monstre.


🦖🦖🦖

Bon.
J’ai vu que le concept de « Dame Blanche » était quasi universel. Celui de « Dame Blanche sur le bord de la route » est plus utilisé en occident, mais il y a des occurrences de ce type de fantôme préventif dans tous les coins de la planète. Elles ne sont juste pas toutes au bord des routes.

En fait, celles sur le bas-côté sont les moins dangereuses. Après avoir vu toutes ces entités démoniaques, je peux te le dire : tu crains rien (si tu habites en France. Si tu habites au Japon, c’est foutu, adieu).

Par contre si tu vois une personne qui lave son linge au lavoir pendant la nuit, tu te casses, hein ? Pis tu fous quoi en pleine nuit près d’un lavoir, toi, aussi ? J’espère que t’es pas venue en voiture.

On les appelle les lavandières fantômes

Les femmes fantômes ont un véritable point commun :
– Ce sont des pêcheresses même si elles sont victimes

Beaucoup ont perdu leurs enfants ou sont mortes en couches. Et elles doivent manifestement l’expier toute l’éternité. Parce que c’est leur faute (sarcasme) bien sûr. Je ne vais pas re-m’amuser à faire des stats, mais la thématique est présente sur quasi chaque représentation nommée de fantôme de genre féminin.

Entre les mères échouées, les femmes assassinées par leurs amants et les femmes juste méchantes parce que ce sont des femmes, on est à fond dans l’objectification et le stéréotype.

Même fantômes, on doit toutes se ressembler.

Bah tu sais quoi ?
Moi, j’ai pas peur de la Dame Blanche, c’est la phrase précédente qui me fait flipper. J’ai vu la même meuf aux cheveux longs habillée de blanc dans plein de pays différents, ce matin. La même.

Je ne dis pas « toutes les cultures se ressemblent » parce que c’est faux et dangereux de penser ça. Mais il y a beaucoup de points communs et c’est normal. On trouve des traces de lévitation, de guérison miraculeuse, de pouvoir de résurrection ou de jeûne interminable dans chaque bouquin vendu comme parole divine. Tout ne vient évidemment PAS de la même source, on parle ici du reflet de la société sur les croyances ou des croyances sur la société. On aura une même idée (guérir miraculeusement par exemple) parce qu’on en a besoin, tout simplement. On veut bien manger, on ne veut pas mourir, on veut des enfants. Pas besoin d’ancienne civilisation alien qui a conquis la Terre. Les problèmes humains sont les mêmes partout. Y’a pas 50 000 réponses à ces questions non plus, la religion ayant en plus l’immense avantage de répondre à tout, souvent de la même manière (la faute aux meufs).

« La dame blanche », estampe d’Émile Vernier, 1862 – source : Gallica-BnF

Il y a des thématiques communes (les événements de la vie, de la naissance, de la mort) qui sont plus ou moins traitées avec cette même approche d’une pseudo-problématique féminine et à mes yeux ça en dit très long sur notre perception du féminin. « LA » Dame Blanche. Elle n’a pas vraiment de nom. C’est un archétype auquel on prête des attributs et une légende. Même si on lui donne un nom, elle reste « La Dame Blanche » ou toute autre appellation hors francophonie. Tu vois ce que je veux dire ? C’est une Dame Blanche, elle a sans doute un prénom mais y’en a tellement. C’est éculé, la Dame Blanche.

Elle est une fonction : faire peur, se venger, t’aider à passer ton permis poids lourds, t’avertir du danger et de la mort. C’est, en gros, exactement la même meuf dans tous les cas. Seule l’issue est différente, et encore, elle n’est pas toujours offensive. Mais la meuf est la même. Elle t’approche de la même manière, veut se venger des mêmes choses et te terrifie tout pareil.

C’est à la fois fascinant et absolument terrifiant. Le patriarcat en action, je veux dire. Je crois pas aux dames blanches. J’aimerais mieux.